Olympus E-420 test

Au final, l'Olympus E-420 est un boîtier ambigu. En effet, j'ai eu beaucoup de plaisir à utiliser le E-420, pourtant, je ne peux pas le recommander à tous les photographes. J'ai particulièrement apprécié la compacité et la légèreté de l'appareil. Des caractéristiques finalement très importantes, car je n'ai jamais hésité à transporter le petit reflex lors de mes déplacements, alors que la question se pose constamment avec des reflex d'un gabarit supérieur. Le E-420 et son kit 25 mm format "pancake" peuvent devenir rapidement un bloc note numérique pour les photographes. Facile à utiliser, délivrant des images de qualité dans des conditions lumineuses normales, le petit reflex devient rapidement un discret compagnon pour la photographie quotidienne. Je le recommande donc aux personnes pour qui le critère de la taille est primordial. Pour les autres photographes, ce choix est discutable.
Car, l'E-420 est pénalisé par quelques défauts irritants. Si l'on s'habitue au viseur optique étroit, il ne permet pas de réaliser facilement et rapidement des mises au point manuelles. Difficile alors de pardonner l'autofocus trop souvent hésitant en basse lumière. Si l'aspect visée sur écran est bien mis en avant par Olympus (différents modes AF, détection des visages, histogramme...), la réalisation est plus décevante et l'autofocus beaucoup trop lent pour une utilisation familiale par exemple. Enfin, le manque de stabilisation intégrée et la gestion du bruit électronique en dessous de la concurrence ne jouent pas en faveur du petit reflex.

S'il est attractif par son prix, l'Olympus E-420 séduira avant tout le photographe à la recherche d'un reflex discret, compact et léger. Des caractéristiques sur lesquels Olympus reste indéniablement le meilleur.
En prenant en main le E-420, on se dit surtout qu'Olympus pourrait fabriquer facilement un compact expert équipé d'un capteur 4/3 et d'une optique grand-angle qui pourrait rivaliser sans peine avec les Ricoh GRD II ou Sigma DP1...Une affaire à suivre.


Points forts

Points faibles

Compacité et légèreté du boîtier tout en conservant une bonne prise en main

Pas de stabilisation intégrée au boîtier (mais compatibilité avec les optiques stabilisées 4/3)

Finition sérieuse du boîtier

Viseur optique encore très étroit

Kit 25 mm f/2,8 compact et de qualité

Système AF peu convaincant en basse lumière

Système antipoussière performant

Modes AF en mode visée directe encore trop lents et peu concluants

Bon rendu des couleurs

Autonomie réduite de la batterie

Accès direct sur l'écran aux principaux réglages de l'appareil

Gestion du bruit électronique à améliorer dans les hautes sensibilités

Écran LCD de 2,7 pouces de qualité, même en plein soleil

Menus encore trop complexes

Rafale à 3,5 i/s

Dynamique des images assez limitée

Histogramme d'exposition et rendu des balances des blancs en mode visée directe

Latence au déclenchement en mode LIveView

Bonne exposition au flash

Pas de possibilité d'utiliser les deux slots mémoire simultanément

Technologie Shawdow Adjustement fonctionnelle

Mauvaise position des attaches pour la sangle

Flashes externes pilotables à distance et sans fil

Pas d'extinction automatique de l'écran LCD à l'approche des yeux

Bonne qualité du zoom 14-42 mm

 

Autofocus performant en pleine lumière

 

Face au Nikon D60, le nouveau reflex Olympus aligne une compacité supérieure, un poids inférieur, un mode visée directe sur écran LCD complet, une rafale plus véloce et le meilleur système antipoussière du moment. Toutefois, le Nikon D60 possède des arguments convaincants et notamment un objectif stabilisé de qualité, une excellente gestion du bruit jusqu'à 1600 ISO (possibilité de grimper jusqu'à 3200 ISO). Les photographes à la recherche de la meilleure qualité d'image opteront pour un D60. Ceux qui cherchent une alternative peu encombrante considéreront l'Olympus E-420 avec intérêt.

Nikon d60

Face au Sony Alpha 350, l'Olympus E-420 affiche quelques fonctionnalités similaires : visée LiveView ou un système antipoussière. Le reflex Olympus dispose d'avantages certains sur son concurrent : antipoussière plus performant, compacité largement supérieure, écran LCD plus large, rafale plus rapide. Pourtant, les photographes à la recherche d'un système LiveView performant préféreront sans doute le modèle Sony avec son autofocus (sur 9 collimateurs) performant et précis. Ils apprécieront également l'écran LCD orientable et le capteur à 14 millions de pixels. Au niveau de la qualité des images et de la gestion du bruit électronique, les deux appareils sont au coude à coude.

Sony Alpha 350

Face au Pentax K200D, le reflex Olympus présente une compacité et une légèreté largement en sa faveur. On appréciera également la possibilité de la visée directe et le mode rafale à 3,5 i/s et le système antipoussière performant. Le K200D dépasse toutefois son concurrent sur de nombreux points : viseur beaucoup plus large et agréable, fabrication tropicalisée, la qualité des images en haute sensibilité, un mode d'exposition priorité sensibilité et un format RAW ouvert (DNG).

Pentax K200D

Face à l'EOS 450D, le E-420 peut difficilement rivaliser si ce n'est (une fois de plus) par sa compacité et sa légèreté. Le Canon EOS 450 propose en effet un boîtier délivrant une qualité d'image supérieure, plus rapide (mise sous tension), doté d'une autonomie largement supérieure, un écran 3 pouces plus confortable (mais moins lisible en plein soleil) et surtout un autofocus plus réactif en basse lumière. La facture finale n'est évidemment pas la même non plus.

Canon EOS 450D

Olympus E-420
Qualité de fabrication :
Confort d'utilisation :
Vitesse :
Caractéristiques :
Qualité des images :
8/10
7,5/10
7/10
7,5/10
8/10
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation