Visée

Comme sur les précédents modèles, la visée optique de l'Olympus E-420 est très étroite malgré le grossissement de 0,92x important (la surface du capteur est plus petite). Avec l'optique 25 mm f/2,8, la visée est relativement claire et couvre environ 95% du champ. Les informations sont inscrites sur le côté droit de la visée. Un emplacement qui demande une petite gymnastique et que je trouve personnellement un peu moins pratique que la disposition plus "classique" en dessous de la visée. Les 3 collimateurs AF sont symbolisés, mais ils n'encombrent pas trop le champ de vision.

olympus e-420 visée

Malgré un dégagement oculaire assez court (16 mm), la visée reste confortable pour les porteurs de lunette. La visée en portrait n'est, par contre, par très aisée. Avec un oeil directeur droit, le nez vient buter contre la griffe du flash et avec un oeil directeur gauche, c'est le haut de l'oeilleton qui vient buter contre l'arcade sourcilière.

Bien sûr, l'E-420 offre une visée sur écran LCD. Avantages, le champ couvert est de 100% et la surface d'affichage confortable (2,7 pouces, 230 000 points). La visée directe procure un réel confort pour la mise au point manuelle (celle-ci est particulièrement délicate à faire en visée optique) surtout qu'il est possible de zoomer sur la partie de l'image sur laquelle on souhaite effectuer le point. La visée Live View a d'autres bénéfices comme l'affichage d'un histogramme d'exposition en temps réel, l'affichage de différentes balances des blancs.

Autofocus

Pas de changement sur le système autofocus du E-420. On reste malheureusement sur un module 3 points (assez rapprochés) qui se révèle pertinent en pleine lumière, mais beaucoup moins réactif en basse lumière (il n'a pas réussi à faire le point dans notre phase de test). La mise au point reste assez réactive jusqu'à un certain seuil de lumière au-delà duquel l'AF patine et ce seuil arrive plus rapidement qu'avec d'autres reflex. Après avoir essayé le système autofocus du E-3, on se demande pourquoi la marque n'a pas développé une version allégée (moins de collimateurs) du système pour ses reflex d'entrée de gamme.

Bien sûr, la nouveauté reste le système autofocus par contraste (comme sur les compacts). Celui-ci dispose de 11 collimateurs et peut être épaulé par un système de détection des visages. Dans l'ensemble, ces deux modes autofocus (uniquement en mode visée directe) ne sont pas très rapides et semblent un peu moins réactifs que le système du Panasonic L10 pourtant identique.
Reste également le problème des mouvements du miroir avant le déclenchement. En effet, l'obturateur nécessite un mouvement du miroir afin de fonctionner pour la prise de vue. Résultat, même en mode visée directe, le miroir effectue un aller-retour parfaitement inutile et bruyant. Impossible donc de prendre un cliché sans bruit et pire encore, la latence au déclenchement atteint presque 0,5 seconde. Notez qu'il existe un système de mise au point hybride qui utilise l'autofocus par contraste pour dégrossir le travail et l'autofocus par différence de phase (avec le miroir) pour réaliser le point et prendre la photo.
Nous avons également mesuré le temps de mise au point de l'Olympus E-420 avec le 14-42 mm sur une mire placé à 80 cm de l'appareil. L'objectif est placé à 14 mm, f/3,5 en enregistrant le son lors de la mise au point. Vous trouverez ci-dessous les graphiques des enregistrements sonores de la mise au point. La plupart des objectifs 4/3 disposent d'une bague de mise au point électrique, les tests ne sont donc pas identiques à ceux réalisés avec les autres kits, où la mise au point est positionnée à l'infini avant la mesure.

olympus e-420 test olympus e-420 test olympus e-420 test

Le premier graphique montre l'enregistrement de l'autofocus avec le 25 mm en pleine lumière. Le temps de latence est d'environ 0,52 s, ce qui n'est pas si mal. Le deuxième graphique montre la réactivité du module AF par contraste en mode visée directe. Ici, l'enregistrement donne un délai de 1,7 s, ce qui est pratiquement trois fois plus lent. Enfin, le 3e graphique présente la réactivité du module AF avec une optique SWD (12-60 mm à motorisation interne Supersonic Wave Drive). La aussi le résultat est remarquable, puisque le délai de mise au point est de 0,2 s, un des meilleurs scores enregistrés. Bravo Olympus. On attend un kit d'entrée de gamme équipé du système de motorisation !

Vous pouvez également écouter le podcast de Benoît Marchal (déclencheur.com) sur les systèmes AF avec Gunnar Bellstedt (Olympus France).
Comprendre l'autofocus d'un appareil photo avec Olympus

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation