Une fois ces remarques faites en studio, il est important d’aller vérifier ce que cela donne à l’extérieur. Et pour cette optique c’est plutôt assez bon. En effet, le piqué au centre est toujours présent, et le petit mou qu’on avait pu ressentir sur les bords de l’image est plus discret. Cela nous permet également de constater que le vignetage est très peu présent, sauf bien évidemment à pleine ouverture en ultra grand-angle, mais très bien contenu aux autres ouvertures et focales. En revanche, cette optique a un peu de mal à gérer les fortes luminosités, qui ont tendance à provoquer des contours colorés assez disgracieux. L’apparition de franges colorées tantôt vertes tantôt magenta est assez fréquente et vient un peu gâcher le beau tableau affiché jusqu’à présent.

Tamron SP AF 10-24 mm f/3,5-4,5 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/3,5 à f/8 en position grand-angle, bord de l'image.

Sur des scènes plus classiques, le manque de piqué est sensible en grand-angle et pleine ouverture, mais il est moins gênant que sur les mires. On note aussi la présence de franges violettes assez prononcée sur le bord des images.

Tamron SP AF 10-24 mm f/3,5-4,5 - évolution du piqué en fonction de l'ouverture de f/3,5 à f/8 en position grand-angle, bord de l'image.

Aberrations chromatiques

Tamron 10-24 mm aberrations chromatiques

En grand-angle, des aberrations chromatiques (franges vertes/magenta) sont visibles sur les bords des images.

Autofocus
Si vous êtes adepte de la photo d’action, à laquelle se prête bien cette optique, vous serez attentif à la qualité de l’autofocus et à sa rapidité. Ici, malgré l’absence de motorisation sonique (un point que Tamron doit absolument corriger), l’autofocus se révèle assez rapide, notamment grâce à la faible course qu’il a à effectuer pour passer de la mise au point mini (24cm) à l’infini, environ 90°. Toutefois, la motorisation est assez bruyante et peu discrète.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation