Si le carton d'emballage est plutôt rassurant, les rangements internes sont un peu légers. L’objectif est simplement emballé dans un film plastique fin (qui a d’ailleurs craqué à la première ouverture) et protégé à ses deux extrémités par du plastique moulé, mais pas des plus résistants. De plus que Canon a pris la mauvaise habitude, au contraire d’autre marque comme Sigma, de ne pas systématiquement proposer de pochette en toile rigide pour la protection lors du transport ou du rangement. Ce 18-200 mm étant quand même polyvalent, on peut supposer qu’il ne quittera pas souvent le boîtier. Mais tout de même, une petite sacoche aurait été la bienvenue. Autre déception, l’absence de pare-soleil. Et avec une optique démarrant au 18 mm, cela peut très vite devenir handicapant. Vous pourrez tout de même vous le procurer en option, alors que la grande majorité des marques livre ses objectifs avec le pare-soleil.

Après ces quelques points négatifs et agaçants, passons aux choses sérieuses et aux vrais bons points positifs .

Nous l’avons déjà dit, cette optique est lourde. Mais c’est aussi un atout et un gage de solidité. En outre, le poids facilite également une meilleure stabilisation pour les poses un peu longues. Associé à l’excellent stabilisateur optique intégré, sur lequel nous reviendrons plus en détail, vous voilà paré pour réaliser des photos nettes et sans flash dans les caves enfumées des boîtes de jazz.

Canon 18-200 mm IS test Canon 18-200 mm IS test

La découverte du Canon EF-S 18-200 mm f/3,5-5,6 IS.

L’optique est agréable à prendre en main : la surface caoutchoutée entourant la bague de zoom est bien large et propose une bonne préhension. Les stries permettent une bonne accroche, même par temps chaud avec les mains moites ou avec des gants (légers quand même, oubliez les moufles…). Cette bague est fluide, on ne ressent pas d’à-coup quand on passe d’une focale à une autre, mais ça reste ferme. Pourtant, la tête vers le bas, l'objectif a tendance à coulisser toute seule. D'ailleurs, pour le transport, la position bloquée est recommandée. La bague de mise au point est un peu trop étroite pour être facilement utilisée. Il faudra faire confiance au module autofocus de l'appareil.
La motorisation est quant à elle silencieuse et efficace. Elle n’est pas non plus extrêmement rapide, mais remplit très bien son rôle. Pas une fois, elle n’a tourné dans le vide, d’avant en arrière, pour trouver la bonne mise au point. Un bon point.

Canon 18-200 mm IS test

Le transtandard en position grand-angle et télé.

Autre bon point, plus pratique celui-ci, la présence d’un bouton de verrouillage du zoom. L’optique peut donc être bloquée en position 18 mm, ce qui évite qu’elle ne se déploie et se retrouve toute seule en position 200 mm, par exemple quand le boitier est porté sur l’épaule et l’optique la tête en bas. L’aspect extérieur et esthétique de cette optique est donc très encourageant. Voyons maintenant le point qui nous intéresse le plus, la qualité d’image.


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation