Nikon D60 recommandé

Sur le papier, le nouveau reflex Nikon D60 présente quelques nouveaux atouts comme le double système antipoussière, le développement des fichiers Raw sur le boîtier, l'aide à la mise au point manuelle, l'orientation automatique de l'affichage, le nouveau système de traitement des images Expeed et quelques modifications ergonomiques bienvenues.

Sur le terrain, certaines améliorations sont effectives, mais aucune n'apparait vraiment comme fondamentale.
La première déconvenue vient sans doute du nouveau système de contrôle de flux d'air pour limiter l'apparition de poussières sur le capteur avec un "savant" effet de Venturi. La réalité est beaucoup moins pompeuse et après quelques jours d'utilisation, des poussières sont facilement visibles malgré les nettoyages à répétition (chaque démarrage) et le fameux cycle de l'air à l'intérieur de chambre. Concernant l'orientation de l'affichage, l'idée est bien sûr convaincante, mais là aussi, le système n'est pas assez abouti et les menus, par exemple, restent irrémédiablement dans le mauvais sens lorsque l'appareil tourne (le problème est identique sur les appareils Sony).

En dehors de ces deux points, le Nikon D60 tient finalement ses promesses. La qualité des images est au rendez-vous même si j'attendais une petite amélioration sur le traitement du bruit numérique avec le nouveau système Expeed. Sur ce point, c'est en effet une petite déception. Les résultats sont toutefois excellents avec un moutonnement contenu et des détails encore visibles même dans les plus hautes sensibilités. La colorimétrie reste très "grand public" avec des tons rouges et bleus accentués et manquant un peu de "finesses" et de naturel. Un constat identique au D40x.
L'appareil se révèle réactif avec un mode rafale à un peu moins de 3 i/s et une mise sous tension quasiment instantanée. L'autofocus 3 points pourra déplaire à certains, mais force est de constater que celui-ci est très réactif et la mise au point de l'objectif rapide et silencieuse (motorisation ultrasonique).
L'optique 18-55 mm VR est de bonne facture avec une fabrication très honnête et une bonne définition. La stabilisation est très efficace et les différents défauts optiques limités. On notera toutefois une déformation marquée au grand-angle.

Au final, le Nikon D60 ne présente pas d'évolution majeure par rapport au D40x qu'il remplace. Il reste toutefois une valeur sûre pour les photographes en quête d'un appareil simple et efficace; le D60 présentant une qualité d'image hors pair pour un capteur à 10 Mpix déjà un peu ancien. Il reçoit donc un recommandé par la rédaction.

Points forts

Points faibles

Bonne qualité globale des images (piqué, exposition...)

Boîtier vraiment trop compact pour une prise en main agréable

Excellente gestion du bruit même dans les sensibilités les plus élevées

Mode Raw + Basic uniquement, pourquoi pas un JPEG de qualité ?

Mode rafale à 2,8 i/s sur 100 vues

Viseur encore trop étroit

Objectif 18-55 mm VR (AF-S) stabilisé de bonne facture

Écran LCD de 2,5 pouces (230 000 points) seulement

Excellente autonomie du boîtier (même avec la stabilisation)

Double système de nettoyage du capteur peu efficace

Système de développement des fichiers Raw dans le boîtier

Menus parfois trop complexes

Boîtier facilement personnalisable

Pas de gestion de flashes sans fil

Mode D-Lighting efficace

Compatibilité limitée aux objectifs AF-S

Écran LCD avec de bons angles de vision

Pas de logiciel pour traiter les fichiers Raw (logiciel très limité et format propriétaire)

AF sur trois points finalement convaincant

Pas de visée Live View

Bonne construction du boîtier

Pas de système de stabilisation optique intégré

Télémètre assez utile

Pas de testeur de profondeur de champ

Flash performant

Pas de traitement antiruissellement du boîtier

Appareil globalement réactif

 

Nikon D60
Qualité de fabrication :
Confort d'utilisation :
Vitesse :
Caractéristiques :
Qualité des images :
8/10
7,5/10
8/10
8/10
8,5/10
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation