Ricoh GR Digital II test

À sa sortie, il y a pratiquement 2 ans, le Ricoh GR D se présentait comme un compact atypique dans une sphère photographique qui ne proposait que des appareils dotés d'un zoom, puisque le GRD était équipé d'une focale fixe 28 mm lumineuse f/2,4.
Aujourd'hui, le Ricoh GR Digital II reprend cette principale caractéristique en ajoutant un nouveau capteur à l'intérieur du boîtier. Celui-ci passe de 8 à 10 Mpix tout en s'élargissant peu (de 1/1,8 à 1/1,75 pouce). Dans les améliorations peu visibles, le Ricoh GRD II intègre une nouvelle puce de traitement des images (GR Engine II) et un peu plus de mémoire vive. Autre différence, beaucoup plus visible cette fois, la présence d'un écran LCD de 2,7 pouces.

Pour le reste, le Ricoh GRD II conserve, et c'est tant mieux, l'excellente ergonomie de son prédécesseur et malheureusement un goût affiché pour le luxe. En effet, à 500 euros, Ricoh fait payer le prix fort son petit compact expert.


Ergonomie - prise en main

Au premier contact, le Ricoh GR-Digital II est séduisant. L'assemblage, quoique tout en plastique, est soigné et l'appareil semble très robuste. La construction de l'appareil est remarquable. Pour sa taille, le Ricoh GR Digital II est assez lourd (presque 200 g en utilisation), mais cela rassure. Toutes les commandes réagissent correctement sans le moindre jeu, ce qui est très appréciable.

Le seul point délicat pourrait être l'optique 24 mm qui nécessite (malheureusement) une extension pour se mettre en place. L'objectif est donc légèrement proéminent et demande quelques secondes pour se caler correctement. Pourtant malgré une utilisation quasi quotidienne sur 1 mois, l'objectif n'a pas posé le moindre souci.

La poignée est fine mais large et se cale idéalement sous le majeur. Le léger renflement au niveau du pouce finit d'assurer une bonne préhension. Le revêtement caoutchouté est à la fois confortable et adhérent, et ce compact est sans aucun doute parmi ceux qui tiennent le mieux en main.

Ricoh GR Digital 2 test

Le design du Ricoh GR Digital II est très sobre et l'appareil arbore un revêtement mat du plus bel effet. En outre, la construction du boîtier est remarquable.

Ricoh GR Digital 2 test

Sur l'avant de la poignée du Ricoh GR Digital 2, vous trouverez une petite molette de réglage.

Ricoh GR Digital 2 test

L'interface du Ricoh GRD 2 est très bien pensée : un barillet pour la sélection des modes d'exposition. Une manette de zoom qui sert pour la correction d'exposition (le GRD 2 dispose d'une focale fixe) et un commutateur (ADJ)) pour paramétrer rapidement des options.

Ricoh GR Digital 2 test

On regrettera tout de même quelques détails malheureux, comme la trappe des connexions (AV-out et USB) en caoutchouc mou, difficile à ouvrir sans ongles et qui tend à se refermer toute seule. Autre petit soucis : s'il y a trois supports pour la dragonne (on peut ainsi la place où elle gênera le moins), ils ont tous trois un fond carré qui oblige à aller chercher le passant avec une aiguille à tricoter pour pouvoir l'installer.

Ricoh GR Digital 2 test

Petit détail à revoir : la fixation du pied n'est pas dans l'axe de l'objectif. Dommage. Batterie ou piles AAA, le choix est possible avec le GRD II.

Ricoh GR Digital 2 test

Dernier détail, la sortie du flash intégré fait vraiment peur, avec un bruit très "toc" et une fixation qui paraît bien fragile...

Interface

Première surprise, surtout pour les habitués de compacts : le GR-D II propose une vraie molette de réglages sous l'index, et un original basculeur intitulé ADJ. sous le pouce. Celui-ci est cliquable, et permet d'appeler les réglages de correction d'exposition, de balance des blancs et de sensibilité (la liste est entièrement personnalisable). L'association de la molette et du basculeur transforme l'utilisation du mode manuel en pur bonheur.

Ricoh GR Digital 2 test

Commandes principales : l'interrupteur, la molette devant, le basculeur ADJ. derrière, la molette de modes et le déclencheur.

En revanche, le manque d'accès directs est parfois un peu lassant. Heureusement, on peut choisir ceux qui manquent : l'appareil est très largement personnalisable, autant au niveau du menu rapide (accessible par le bouton ADJ.) que de la touche Fn ou de l'interrupteur de zoom.

Ricoh GR Digital 2 test

Les boutons de commande : le basculeur ADJ., le basculeur de zoom et la touche Fn sont entièrement personnalisables. On peut leur attribuer, au choix, le mode de mise au point, le verrouillage d'exposition, l'utilisation du Raw+Jpg, le passage en noir et blanc, le mode et la compensation d'exposition, la balance des blancs, la sensibilité, la qualité d'image, le mode rafale ou la correction de puissance du flash...

On peut également très simplement utiliser les réglages personnalisés (MY1 et MY2) pour stocker des fonctions que l'on utilise souvent.

Ricoh GR Digital 2 test

Le GR Digital II, comme tout compact expert digne de ce nom, propose une griffe pour recevoir un flash externe, mais également un viseur optique.

Remarquons une fonction très agréable : le démarrage de l'appareil en mode lecture. Pour ce faire, il suffit de presser durant deux secondes la touche lecture ; le GR Digital II démarre alors sans ouvrir l'objectif. On peut à tout moment le déployer pour passer en mode prise de vues en pressant de nouveau la touche lecture -- ici, nous aurions aimé pouvoir juste presser le déclencheur.
Notons également que le capteur d'orientation est actif en mode lecture : vous pourrez donc visualiser les photos en portrait simplement en basculant l'appareil. Une très bonne idée.
Plus inhabituel, le capteur d'orientation permet à l'appareil de vous afficher un niveau. Parfait si vous avez l'habitude de faire pencher vos paysages...

Ricoh GR Digital 2 test
Ricoh GR Digital 2 test

Le niveau permet de s'assurer de l'alignement sur l'horizon, en portrait comme en paysage.

Au final, après avoir réglé l'appareil pour qu'il corresponde à vos habitudes, vous ne passerez que rarement par les menus.

Menus

On y accède en pressant la touche centrale du trèfle. Ils sont clairs et complets. Notons qu'à tout moment, la molette avant permet de naviguer de haut en bas et le basculeur ADJ. de passer à gauche ou à droite. C'est souvent beaucoup plus agréable que de passer par le trèfle. L'organisation en deux onglets (un pour les réglages permanents, un pour les réglages du mode en cours) est logique et la présentation en pages permet de s'y retrouver rapidement. Ici, on préfère la présentation des menus Canon, mais Ricoh s'en sort avec les honneurs. Les libellés sont généralement explicites malgré quelques abréviations hasardeuses, et le photographe expérimenté devrait s'y retrouver très facilement.

Ricoh GR Digital 2 test

Très étrange : la fonction de bracketing est traduite par l'incompréhensible "Cadrage auto".

Le GR Digital II conserve en mémoire la quasi-totalité des réglages lorsqu'il est éteint. Il faudra donc s'habituer à trouver au démarrage, notamment, la même correction d'exposition que l'on avait lors de la précédente séance de photos. Cela peut séduire ou énerver ; en tout état de cause, on aurait aimé choisir quels réglages doivent être réinitialisés au démarrage.
Le mode scène est, lui, très inhabituel. On n'y retrouve en effet aucun des pré-réglages à la mode. Seules trois options sont disponibles : la vidéo (maximum 640x480 pixels à 30 images par seconde), la photographie de texte (en fait, un mode noir et blanc étudié pour faciliter la reconnaissance de caractères) et le redressement des perspectives.

Logiciel

Pour un appareil clairement destiné aux experts, le GR Digital II fait quelques impasses étonnantes à ce niveau.

En effet, le logiciel fourni, Irodio Photo & Video Studio, semble plus destiné aux débutants. Son interface n'est pas sans rappeler les navigateurs d'images (XnView ou ACDSee par exemple), et il intègre comme son nom l'indique la photo et la vidéo, sans le faire mieux que d'autres. On aurait préféré avoir un bon logiciel photo et un bon logiciel vidéo plutôt qu'un intégré moyen.
Le développement des fichiers Raw est clairement son gros point faible : les options sont basiques et peu nombreuses et le programme est nettement plus lent que les produits concurrents (Camera RAW ou UFRaw par exemple), sans donner de meilleurs résultats. Heureusement, le format Raw retenu par Ricoh est l'Adobe DNG, format ouvert qui permet d'utiliser virtuellement n'importe quel convertisseur. En passant par Camera RAW (intégré à Photoshop ou à Lightroom), on obtient beaucoup plus souplement d'excellents résultats.
L'installateur du CD-Rom fourni place aussi sur votre machine un pilote spécifique permettant d'automatiser importation et classement des photos et vidéos sitôt le GR Digital II connecté. Pas franchement indispensable, l'appareil pouvant être reconnu comme un simple disque dur externe, solution là encore beaucoup plus souple.

Au final, donc, la plupart des utilisateurs de Windows feront sans doute comme les utilisateurs d'autres systèmes, pour qui Ricoh ne fournit rien (politique surprenante étant donné le nombre de photographes travaillant sur Mac) : compter sur la reconnaissance comme disque externe pour transférer leurs fichiers et sur leurs propres logiciels pour les traiter.

Spécificités techniques

Zoom
Le Ricoh GR Digital II est équipé d'un objectif focale fixe 28 mm f/2,4, à la fois grand-angle donc et assez lumineux. Pas de zoom donc (c'est assez rare pour être signalé) et pourtant le déploiement de l'objectif est téléscopique et nécessite un peu de temps.

Ricoh GR Digital 2 test

L'objectif est légèrement proéminent. Une absence de mécanisme aurait été souhaitable pour des raisons de solidité et de rapidité.

Le Ricoh GR Digital 2 en action...

Ricoh GR Digital 2 test

Le 24 mm du Ricoh GR Digital 2 test offre un angle de vue très appréciable. Il est de surcroit assez lumineux.

Ricoh GR Digital 2 test

La construction optique du Ricoh GR Digital 2 permet une mise au point à 1,5 cm.

Alimentation
Le Ricoh GR Digital II utilise pour son alimentation une batterie propriétaire, de 3,7 V et 1150 mAh, dont la référence est DB-60. Cependant, lorsque celle-ci est ôtée, il est possible de l'alimenter avec deux piles ou deux accumulateurs de type standard AAA, une vraie bonne idée qui permet de combiner les avantages de la batterie et ceux des piles.

Ricoh GR Digital 2 test

La batterie permet un peu plus de 320 déclenchements dans le cadre d'une utilisation classique. Une autonomie honorable qui permet de partir sereinement pendant une journée. En outre, il est possible de faire fonctionner l'appareil avec des piles AAA.

Ricoh GR Digital 2 test

Dans le même compartiment, on trouve le logement de la carte SD. Si on alimente l'appareil par piles, il faudra faire attention à ne pas les laisser tomber en ouvrant la trappe ; la batterie, elle, dispose d'un clip de blocage.

Stockage et connectique
Dans le même compartiment que la batterie, vous trouverez le logement pour carte SD/SDHC (MMC et MMCPlus). Le Ricoh GR Digital 2 dispose également d'une mémoire interne de 54 Mo. Un fichier JPEG pèse entre 2 et 4 Mo et un fichier DNG (Raw) occupe quant à lui 14,8 Mo. Pour décharger vos images, vous pouvez utiliser le port USB 2 du boîtier qui a le bon goût d'être standard et d'être relativement rapide : comptez 6,8 secondes pour décharger 10 photos depuis l'USB contre 4,5 depuis un lecteur de cartes classique.

Visée et écran LCD
L'écran est assez grand (2,7 pouces) et d'une définition correcte (230 000 points), mais demande des nettoyages fréquents. La visée est agréable, avec des angles de vision assez larges, les couleurs sont fidèles mais on note un contraste un peu fort qui masque les détails dans les ombres. Toutefois, l'affichage manque de fluidité et même en pleine lumière vous noterez une légère saccade.
La mise au point dispose de plusieurs modes intéressants et originaux. L'autofocus multizone et l'autofocus spot fonctionnent en général assez rapidement, sauf quand la lumière manque. Le mode de mise au point manuelle affiche une colonne de distances à gauche, de 1 cm à l'infini avec une coupure à 30 cm, correspondant au passage en mode macro. Il faut ici noter une particularité rare qui ravira les photographes experts : l'association de la mise au point manuelle et des modes priorité à l'ouverture ou exposition manuelle permet de calculer la profondeur de champ. Celle-ci est affichée sous la forme d'une zone verte de part et d'autre de la distance de mise au point, un système très lisible et extrêmement agréable.
Deux autres modes de mise au point raviront les paysagistes et ceux qui ne peuvent attendre que l'autofocus finisse sa tâche : la mise au point bloquée à l'infini et la mise au point bloquée à environ trois mètres. Le premier est idéal pour le travail en extérieur, notamment quand la lumière manque ou quand le contraste est faible ; le second est utile pour saisir des instants que l'AF aurait ratés.

Ricoh GR Digital 2 test

L'écran du GR Digital II marque le moindre contact de doigt.

Format des images
Le Ricoh GRD II propose 3 formats d'images.

Ricoh GR Digital 2 test

Un mode classique en 3648 x 2736 pixels (format 4/3).

Ricoh GR Digital 2 test

Un mode 3/2 en 3648 x 2432 pixels.

Ricoh GR Digital 2 test

Et un intéressant mode 1:1 (carré) en 2736 x 2736 pixels.

Performances
Le Ricoh GRD II est un appareil globalement agréable à utiliser, mais pas spécialement rapide. Appareil éteint, comptez environ 2,5 s avant d'enregistrer votre première image. Le temps de traitement entre deux images n'excède pas, quant à lui, 1,4 s et tombe à 2 secondes avec le flash. L'autofocus est réactif dans de bonnes conditions lumineuses (0,6 s environ), mais les performances tombent vite dès que la lumière vient à manquer. Dans notre studio (dans lequel sont réalisés les tests des appareils photo), il faut 1,2 s au Ricoh GRD II pour faire le point en mode spot. Le mode rafale est assez classique. En JPEG (10 Mpix), la cadence atteint 1,4 i/s ce qui n'est pas vraiment extraordinaire. En mode Raw, la rafale ne fonctionne pas. Le Ricoh GRD II dispose d'un mode Continu-S qui aligne 16 images en 2,13 s soit une cadence de 7,5 i/s. Attention, les 16 images sont en fait regroupées sur un seul fichier de 10 Mpix.
Le mode lecture est nettement moins réactif : le chargement des images souffre d'un retard perceptible (identique que l'image soit un Raw ou un Jpg, d'ailleurs). Ensuite, le zoom et le déplacement dans l'image sont quasiment instantanés ; on regrette d'autant plus le délai du chargement initial.

Stabilisation

Malheureusement, le Ricoh GRD II ne dispose pas de mécanisme de stabilisation (alors que la série R de Ricoh utilise un système par déplacement du capteur), ce qui est vraiment dommage.

Détection des visages

Le Ricoh GR Digital 2 ne dispose pas de système de reconnaissance des visages.

Flash

Ricoh GR Digital 2 test flash
Ricoh GR Digital 2 test flash

Même avec une focale à 24 mm avec laquelle l'appareil est souvent proche des sujets, le flash donne globalement de bons résultats. Les personnes sont bien exposées et ne présentent pas de zones trop brillantes.

Qualité des images

Précision

Les fichiers JPEG montrent une compression importante et un traitement des images assez sévère (GR Engine II). Pour une qualité optimale, le Raw s'impose et démontre une bonne qualité de l'optique.

Ricoh GR Digital 2 test précision

À pleine ouverture (f/2,4), le capteur 10 Mpix associé à l'optique 24 mm, le logiciel HYRes 3.1 discerne 1892 lignes (LP/PH) sur un fichier JPEG. Un résultat honnête, à peu près équivalent à ce que l'on obtient avec un Canon SX100. Pour obtenir un maximum de détail, il est préférable d'utiliser le mode Raw. En effet, un fichier Raw (DNG) converti en JPEG haute qualité donne 2074 lignes (LP/PH).
En fermant le diaphragme (f/5,6), les résultats sont pratiquement identiques, en tout cas peu significatifs.

Vignetage


Ricoh GR Digital 2 test vignetage Ricoh GR Digital 2 test vignetage

À pleine ouverture (f2,4), le vignetage est perceptible (environ 1 IL) sur notre mesure en studio. Dans la vraie vie, celui-ci est assez peu visible et finalement peu contraignant.

Distorsion


Ricoh GRD II distorsion Ricoh GRD II distorsion

La distorsion est très bien contenue pour un objectif 24 mm. Le travail des ingénieurs est remarquable.

Aberrations chromatiques


Ricoh GRD II aberrations chromatiques

On note très peu d'aberrations chromatiques. L'optique est très bien fabriquée.

Franges pourpres


Ricoh GRD II franges pourpres
Ricoh GRD II franges pourpres

Si les franges pourpres sont parfois visibles sur des sujets très contrastés, il reste relativement discret et s'élimine assez facilement avec des logiciels spécialisés comme Adobe Lightroom.

Couleurs et balance de blancs


Ricoh GRD II colorimétrie

En mode balance des blancs manuelle, le rendu colorimétrique du Ricoh GRD II est assez doux. Les couleurs sont finalement peu saturées. Cela permet de retravailler plus facilement ses clichés sur ordinateur. On note une petite dérive dans les bleus, mais rien de dramatique. La balance des blancs automatique donne de bons clichés avec quelques modifications à apporter pour les éclairages artificiels tungstènes.

Gestion du bruit électronique
Voilà un chapitre où, après ses oeuvres précédentes, Ricoh était attendu au tournant. C'est en effet un des problèmes récurrents de leurs productions.
Hélas, le GR Digital II n'apporte aucune solution définitive à ce problème. Visible dès 80 iso, le bruit devient gênant pour des grands tirages à 200 iso et abîmera même des 10x15 à 400 iso, qui représente sans doute la limite du raisonnable dans la vie quotidienne. À 1600 ISO le bruit est véritablement pénalisant et seule une transformation en noir & blanc sauve un peu la mise.

Ricoh GR Digital II 80-800 ISO
Ricoh GR Digital II 1600 ISO
Canon PowerShot G9 80-800 ISO
Canon PowerShot G9 1600 ISO

Mode vidéo
Le mode vidéo du Ricoh GRD II est assez quelconque. L'appareil filme en 640 x 480 pixels et en 30 i/s au format AVI. La compression est importante et les images manquent un peu de précision. Les films sont au format AVI et 30 secondes de vidéo représentent plus de 33 Mo sur la carte mémoire.

Ricoh GR D II mode vidéo

Les voix et les sons enregistrés dans les vidéos sont assez "étouffés" par la compression.

Exemples


1/1250 s, f/9, ISO 100
1/100 s, f/2,4, ISO 800
1/100 s, f/2,4, ISO 800
1/4 s, f/2,4, ISO 400
1/1160 s, f/3,2 ISO 800
1/640 s, f/7,1, ISO 100
1/1000 s, f/8, ISO 100
1/2 s, f/2,8, ISO 100

Conclusion

Le Ricoh GR Digital II est un compact expert, dépourvu de nombreux automatismes à la mode (pas de reconnaissance des visages ni de mode scènes), mais clairement étudié pour un usage fréquent des modes semi-automatiques (programme, avec choix du couple ouverture/vitesse, et priorité ouverture) et mode manuel. Les commandes sont nombreuses, avec une association unique sur un compact entre une vraie molette et un basculeur permettant de régler presque instantanément tous les paramètres de prise de vue.
Bien construit à quelques détails près (fixation du flash et trappe des connexions principalement), il tient très bien en main et frôle le sans-faute sur le plan ergonomique. Il domine notamment la référence des compacts experts, le Canon G9.
Sa focale fixe grand-angle en fait également un cas à part (en attendant le toujours reporté Sigma DP1) et confère à cet appareil une personnalité remarquable. En revanche, étant donnée la taille du capteur, il n'est pas possible, malgré l'ouverture à f/2,4, de flouter les arrière-plans autant que l'on aimerait.
Plutôt réactif en usage normal, sans bien sûr atteindre la rapidité des reflex, le GR Digital II est donc très séduisant à l'usage...

Reste le point noir, attendu, de tous les appareils de ce type : la qualité d'image, toujours critique avec des petits capteurs bourrés de pixels. Le GR Digital II améliore sensiblement les choses par rapport à son prédécesseur, mais se heurte au mur des 400 ISO comme tous les autres compacts, hormis peut-être les Fuji à SuperCCD. Au-delà, entre lissage excessif et bruit excessif, Ricoh choisit une voie médiane qui n'est ni pire ni meilleure que la concurrence.
Reste bien sûr l'épineux problème du prix. À un peu moins de 500 euros, le Ricoh GRD II reste un produit de luxe qui, même s'il n'est pas vraiment comparable, vient se frotter directement aux reflex numériques.

Merci à Franck Mée et Guillaume Gautreau (http://www.ghusse.com) pour leur aide à la réalisation de ce test.


Points forts

Grand angle lumineux (f/2,4)
Ergonomie irréprochable et mode manuel vraiment utilisable
Gadgets utiles (niveau, indication de la profondeur de champ)
Mode macro 1,5 cm
Réactivité en mode prise de vue en pleine lumière
Bon mode flash
Possibilité de photographier au format carré
Fichier Raw au format DNG

Points faibles

Gestion du bruit dès 400 ISO
Pas de système de stabilisation optique
Trappes énervantes et fixation du flash décevante
Traces de doigts très visibles sur l'écran
Délai au chargement en mode lecture
Manque de réactivité de l'autofocus en basse lumière
Mode rafale anémique
Mise sous tension un peu lente (déploiement de l'objectif)
Affichage LCD qui manque un peu de fluidité

Ricoh GR Digital II

Ricoh GRD II

Qualité de fabrication : 8/10

Confort d'utilisation :     9/10

Vitesse :                          7/10

Caractéristiques :          8/10

Qualité des images :     7/10



 


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation