Verdict

À l'heure du choix, les différences entre les protagonistes paraissent assez ténues, chacun ayant des avantages et des inconvénients selon les situations. Toutefois, le Panasonic Lumix DMC-FX55 est l'appareil le plus équilibré de notre comparatif avec une prise en main aisée, un bon mode rafale, une bonne qualité d'image même en haute sensibilité et un mode vidéo en 16/9.

Canon Ixus 860 IS

Canon Ixus 860 IS C'est le compact avec lequel j'ai pris le plus de plaisir à photographier. Élégant et très simple d'emploi, l'Ixus 860 IS séduit avant tout par sa réactivité : mise sous tension, mise au point, déclenchement, navigation dans les menus et les images, tout est fluide et les commandes réagissent instantanément. J'ai été également séduit par l'écran de 3 pouces fluide en toutes circonstances, même s'il granule rapidement dans la pénombre.

Le système de stabilisation optique est très performant (les meilleurs résultats de notre sélection) et la qualité des images très bonne jusqu'à 400 ISO (bonne colorimétrie, exposition juste...). En haute sensibilité, la qualité se dégrade rapidement et les images sont rapidement envahies par des pixels aberrants et colorés. C'est sans doute, le plus gros défaut de l'Ixus 860 IS.

Reste la vidéo, un domaine dans lequel le petit compact Canon excelle, même si le zoom optique n'est pas fonctionnel.

Points forts

Boîtier élégant et bien construit
Très bonne réactivité générale
Bonne qualité des images jusqu'à 400 ISO
Ergonomie et interface graphique très agréables
Qualité des vidéos
Stabilisation optique performante
Grand-angle 28 mm
Écran LCD 3 pouces de qualité
Bon mode macro

Points faibles

Mode rafale décevant
Gestion du bruit électronique largement perfectible
Pas de zoom optique pendant l'enregistrement des vidéos
Pas de mode haute définition pour la vidéo ni 16/9
Pas d'histogramme d'exposition à la prise de vue
Distorsion importante au grand-angle
Pas de modes à priorité
Peinture facilement rayable

Canon Ixus 860 IS  
   
Qualité de fabrication 8,5
Confort d'utilisation 9
Rapidité 7,5
Caractéristiques 7
Qualite des images 8



Fujifilm FinePix F50fd

Fujifilm FinePix F50fd Avec l'arrivée de la stabilisation optique (par déplacement du capteur), le FinePix F50fd avait presque tout pour séduire le photographe amateur : sensibilité ISO jusqu'à 6400, écran LCD de 2,7 pouces, vidéo en 640 x 480 pixels, zoom 3x...Pourtant, les caractéristiques techniques du F50fd sont désormais au niveau des standards actuels voire un peu en dessous. Aujourd'hui les écrans LCD font 3 pouces, le mode vidéo enregistre en 16/9 et la stabilisation optique équipe désormais tous les appareils haut de gamme...

La bonne gestion du bruit électronique devait permettre au F50fd de se distinguer face à une concurrence toujours plus féroce. Las, l'augmentation du nombre de pixels (12 millions) a malheureusement diminué l'efficacité du traitement numérique. Si les images restent assez propres, les détails sont souvent dilués et par rapport aux autres boîtiers qui ont fait d'énormes progrès, les différences ne sont plus flagrantes. Le Panasonic FX55 se permet même de faire mieux à 1600 ISO. Le FinePix F50fd reste un bon boîtier qui peine finalement à sortir du lot et qui reste pénalisé par l'absence de grand-angle.

Points forts

Excellente définition des images
Boîtier bien construit
Écran LCD de qualité
Stabilisation optique (par déplacement du capteur)
Modes à priorité A/S
Système de détection des visages performante
Accepte les cartes xD et SD
Optique de qualité

Points faibles

Gestion du bruit électronique décevante comparée aux précédents modèles
Pas de zoom optique pendant les vidéos
Zoom optique 3x seulement
Pas de grand-angle
Qualité des vidéos
Pas d'histogramme d'exposition à la prise de vue/lecture
Mode macro perfectible
Pas de rotation automatique des images

Fujifilm FinePix F50fd  
   
Qualité de fabrication 8,5
Confort d'utilisation 8,5
Rapidité 7
Caractéristiques 7
Qualite des images 8



Panasonic Lumix DMC-FX55

Panasonic Lumix DMC-FX55 Si le Lumix FX55 se fait voler la vedette par le FX100 qui dispose d'un capteur à 12 millions de pixels, ce compact mérite votre attention. Sous un design relativement dépouillé, voire un peu austère (sur lequel Panasonic devrait peut-être travailler), le Lumix FX55 est le digne héritier d'une lignée de compacts de plus en plus aboutis. Disposant d'un large écran LCD de 3 pouces, d'un grand-angle 28 mm, d'une stabilisation optique, le FX55 est l'appareil idéal pour ceux qui privilégient les automatismes. Doté de nombreux automatismes (ISO intelligent et auto Intelligent), le compact sait s'adapter à de nombreuses situations de manière autonome.

La qualité des images est à la hauteur des prétentions de la marque avec une bonne précision, un rendu colorimétrique très satisfaisant et un très bon traitement du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO. Bien sûr, le Lumix FX55 n'est pas parfait et on pourra lui reprocher une petite dérive colorimétrique en haute sensibilité, l'absence de zoom optique pendant les vidéos et une certaine lenteur (mise en route, entre deux photos). De petits défauts qui ne viennent pas gâcher l'impression générale du boîtier, qui mérite la recommandation "Focus Numérique" pour son homogénéité.

Points forts

Très belle fabrication
Facilité de prise en main
Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1600 ISO
Stabilisation optique performante
Mode rafale à 4 i/s
Enregistrement vidéo en 16/9
Système de détection des visages performant

Points faibles

Écran LCD très brillant et manquant de précision
Lenteur de la mise en route
Pas de zoom optique pendant les vidéos
Autonomie de la batterie
Pas de vidéo en haute définition
Lenteur du zoom
Pas de modes à priorité

Panasonic Lumix DMC-FX55  
   
Qualité de fabrication 8,5
Confort d'utilisation 8,5
Rapidité 7
Caractéristiques 7,5
Qualite des images 8,5



Ricoh Caplio R7

Ricoh Caplio R7 Avec son énorme (et très intéressant) zoom optique 7,1x, le Ricoh Caplio R7 fait un peu figure d'intrus, en surclassant largement ses adversaires sur ce terrain. Le zoom est la véritable pièce maîtresse du compact. Il offre une plage focale intéressante, du grand-angle 28 mm au télé 200 mm avec un mode macro à 2 cm. Bien sûr, pour être exploitable, le zoom est équipé d'un système de stabilisation optique (par déplacement du capteur). L'intérêt du R7 ne se limite toutefois pas à son zoom et vous apprécierez sans doute les options de personnalisation du boîtier (paramétrage de certaines touches) et son mode rafale.

Les images sont également de bonne qualité même si la colorimétrie n'est pas des plus juste. Le système d'exposition est performant et la gestion du bruit plutôt honnête. Le R7 peut se mesurer sans (trop de) complexes du Fujifilm F50fd. Ricoh signe donc un compact ambitieux et terriblement séduisant, mais qui souffre de quelques défauts comme la lenteur à la mise en route, un autofocus un peu plus lent que la moyenne et un système de détection des visages peu concluant. La construction du boîtier est également un cran en dessous de la concurrence.

Points forts

Zoom optique 28-200 mm
Stabilisation optique (par déplacement du capteur)
Personnalisation du boîtier
Stabilisation optique (par déplacement du capteur)
Très bon mode macro
Modes rafales intéressants

Points faibles

Fonctionnement bruyant
Pas de zoom optique pendant l'enregistrement des vidéos
Touches de l'interface très petites
LED d'assistance AF verte aveuglante
Pas de rotation automatique des images
Ouverture limitée de l'objectif en grand-angle

Ricoh Caplio R7  
   
Qualité de fabrication 8
Confort d'utilisation 8
Rapidité 7
Caractéristiques 8,5
Qualite des images 8

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation