Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM

Avec cette troisième version du 16-35 mm f/2,8, Canon annonce un objectif dont la résolution est en parfaite adéquation avec les ultra hautes définitions de ses capteurs — les EOS 5Ds et 5DsR et leur 50 millions de pixels en tête.

La construction optique du Canon EF 16-35 mm f/2,8L III USM fait toujours appel à 16 lentilles, dont la répartition change quelque peu, puisqu'elle sont désormais réparties en 11 groupes (au lieu de 12 sur le précédent modèle, déjà âgé de presque 10 ans). Selon les informations divulguées par la marque, l'utilisation d'éléments de dernière génération améliorerait essentiellement le pouvoir séparateur de l'objectif.

Le bokeh devrait également gagner en douceur, grâce à l'utilisation d'un diaphragme circulaire à 9 lamelles (contre 7 précédemment). La distance de mise au point minimale est inchangée, à 28 cm, offrant un facteur de grandissement de 0,25x au 35 mm. Canon a conservé la motorisation ultrasonique annulaire USM avec retouche manuelle du point ainsi que la protection contre les insertions de poussières et les ruissellements.

L'objectif reste néanmoins dépourvu de système de stabilisation, sans doute considéré comme superflu sur cette plage de focales. Il conserve une grande luminosité avec une ouverture constante de f/2,8.

La nouvelle construction optique lui fait prendre un peu d'embonpoint par rapport à son prédécesseur : il gagne 16 mm en longueur et 150 g, affichant désormais des mensurations de 88,5 x 127,5 mm et 790 g.

Caractéristiques

Monture : Canon EF
Format couvert : 24 x 36 mm
Plage focale : 16-35 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C : 25-56 mm
Ouverture maximale : f/2,8
Ouverture minimale : f/22
Distance de mise au point : 0,28 m
Nombre de lamelles du diaphragme : 9
Construction : 16 lentilles réparties en 11 groupes
Éléments spécifiques : NC
Échelle des distances : oui
Rapport de reproduction : 0,25x
Motorisation : oui
Stabilisation : non
Dimensions : 88,5 x 127,5 mm
Diamètre filtre : 82 mm
Poids : 790 g
Pare-soleil : oui
Étui souple : oui

Prise en main

L'objectif est relativement imposant avec ses 13 cm de long (en position repliée) et ses 9 cm de diamètre. Il pèse près de 800 g, ce qui le rend tout juste proportionné à un boîtier du calibre d'un EOS 5D : l'utilisation d'un grip est un plus pour rééquilibrer l'ensemble.

Canon Ef 16-35 mm f/2,8  L III USM : prise en main

Bon point, c'est un objectif à encombrement constant : ses dimensions ne changent pas en fonction de la focale ou de la distance de mise au point, seul le bloc frontal se déplace mais à l'intérieur du fût. Comme souvent sur ce type de zoom, le pare-soleil ne modifie pas beaucoup la longueur de l'objectif.

Canon Ef 16-35 mm f/2,8  L III USM : prise en main

Série L oblige, la qualité de fabrication est irréprochable. L'objectif est réalisé dans un beau et solide plastique légèrement granuleux. Il bénéficie d'une construction "tout temps" et est paré pour affronter les pires conditions de prise de vue.

Canon Ef 16-35 mm f/2,8  L III USM : prise en main

La bague de zoom est remarquable. Sa course est modérée et sa fluidité, parfaite. Elle est très agréable à utiliser. Il en va de même pour la bague de mise au point manuelle, positionnée vers l'avant. Elle est proche de la perfection. Elle est large et confortable à utiliser. La course est limitée et la fluidité, parfaite. L'objectif dispose même de repères de butées pour la distance minimale et l'infini : rien à redire, donc. On retrouve aussi sur le dessus de l'optique un indicateur de mise au point dynamique.

Canon Ef 16-35 mm f/2,8  L III USM : prise en main

Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Canon 5DsR de 50 Mpx) et de la taille de son capteur (24 x 36 mm pour le 5DsR). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

Le 5DsR dispose d'une définition de 8 736 x 5 856 px. Chaque pixel mesure donc 4 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Le nouveau 16-35 mm f/2,8 Canon s'en sort bien au labo. Il procure des images très piquées et ne sourcille pas devant les 50 millions de pixels de l'EOS 5DsR. Cependant, force est de constater que l'objectif souffre de problèmes d'homogénéité entre le centre et les bords des images et ce, dans toutes les configurations (focales/ouvertures). Comme prévu, passé f/11, la diffraction fait son apparition et le niveau de piqué général de l'optique baisse de manière significative.

À 16 mm, le piqué au centre est bien constant et très élevé. Sur les bords et les extrémités, il croît à mesure que l'on ferme le diaphragme. C'est à f/8 que l'objectif délivre le meilleur de lui-même avec une homogénéité quasi parfaite mis à part les bords extrêmes des images.

Aux autres focales (24, 28 et 35 mm), le comportement est plus homogène et l'objectif délivre presque le même niveau de piqué, quelle que soit l'ouverture utilisée : un bon point.





> Testé avec Imatest




> Téléchargez les fichiers originaux

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 16-35 mm monté sur un EOS 5D, équipé d’un capteur 24 x 36 mm : sur un reflex équipé d'un capteur APS-C et avec le coefficient de conversion de 1,6x, on obtient un équivalent 26-56 mm. Cet objectif est idéal pour les paysages et la photo de reportage, par exemple.




Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est bien présent. Le phénomène est très important aux plus grandes ouvertures et particulièrement au grand-angle 16 mm. Il faut fermer à f/8 pour le voir totalement disparaître.



Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont visibles à toutes les focales, mais assez contenues. Elle se corrigeront sans peine en post-production.




Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Même avec un zoom grand-angle, il est possible d'obtenir des effets de profondeur de champ marqués. Les 28 cm de distance minimale de mise au point associés à une ouverture de f/2,8 facilitent grandement les choses. Voici une petite étude de l'évolution du bokeh en fonction de l'ouverture et de la focale, pour que vous puissiez vous faire une idée des possibilités de l'objectif en la matière. Le bokeh produit, à f/2,8, est très doux. C'est assez agréable à l'œil.





> Téléchargez les fichiers originaux

Galerie terrain

Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/500 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/400 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/640 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 31 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/400 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 16 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw
Marque : Canon
Modèle : Canon EOS 5DS R
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 400 ISO
Focale : 35 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Canon EF 16-35 mm f/2,8 L III USM
Télécharger le fichier raw

Verdict

Canon Ef 16-35 mm f/2?8  L III USM : recommande

Ce nouveau 16-35 mm affronte sans sourciller les 50 millions de pixels de l'EOS 5DsR. C'est une bonne optique qui délivre un haut niveau de piqué malgré des défauts d'homogénéité entre le centre et les bords les plus extrêmes à toutes les ouvertures — ce phénomène est cependant relatif, car le niveau de piqué général est très élevé. Malheureusement, l'objectif souffre d'un vignetage très présent dans toutes les configurations jusqu'à f/8. La qualité de fabrication est exemplaire et la prise en main, très agréable. Nous le recommandons donc sans trop d'hésitations, mais émettons tout de même des réserves d'usage.

Un 16-35 mm f/2,8 est un "must have" pour les photographes qui en ont les moyens et un pilier du trio incontournable des zooms à ouverture constante f/2,8. C'est un objectif conçu pour les amateurs de reportages et de paysages, quoique pour ces derniers, un 11-24 mm (ou 12-24 mm chez Sigma) sera plus intéressant : il est certes moins lumineux (f/4 constant) et moins long (24 mm versus 35 mm), mais il est beaucoup plus large (11 mm versus 16 mm) et a l'avantage de disposer d'un plus "beau" comportement et de plus faibles distorsions. De plus il n'y a pas chevauchement de focales entre un 11-24 et un 24-70 mm, ce qui n'est pas le cas avec un 16-35 mm.

Il y a encore peu, Canon était seul sur ce créneau. C'était sans compter sur Tamron, qui propose désormais un 15-30 mm (presque la même plage de focale), également à f/2,8 constant et qui plus est équipé d'une stabilisation optique (dont l'intérêt est discutable sur ce genre de zooms grand-angle). Comme autre alternative, il y a aussi une version f/4 stabilisée signé Canon en série L. C'est moins lumineux d'un diaphragme, mais au final, sur ce type de focale, sont-ce les effets de profondeur de champ qui sont importants ?





Points forts

Points faibles

Ouverture constante f/2,8

Manque d'homogénéité du piqué

Qualité de fabrication, prise en main

Vignetage très important

Poids et encombrement

 

Bagues de réglages

 




PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation