Depuis l'annonce de DJI, le Mavic ne cesse de faire couler une pluie de pixels, son système de bras repliables semblant être le point d'orgue de tous les débats. Sa compacité nuit-elle à ses performances ? Sa dénomination Pro n'est elle pas usurpée ?  Ce drone peut-il vraiment asseoir la suprématie du géant chinois ? Nous avons pu mettre la main sur un exemplaire de test et voici notre verdict !



Étant donné la réglementation très stricte qui encadre l'usage des drones, nous avons pratiqué notre essai dans un cadre de loisir, en gardant l'appareil à vue, à une altitude inférieure à 150 m, loin de toute agglomération, habitation, zone d'aérodrome ou personne.

Présentation

Nous l'avons écrit il y a quelques jours, le monde des drones est en ébullition et en pleine mutation. Les principaux acteurs du secteur rivalisent d'astuces pour proposer des outils à la fois ludiques et pertinents tout en tentant par tous les moyens de damner le pion au maître du moment DJI. Sauf que ce dernier vient de lâcher une bombe qui risque de faire très mal à la concurrence ou en tout cas va l'obliger à réagir très vite. En quelques mois seulement la firme de Shenzhen a développé et mis au point ce qui pourrait bien devenir le meilleur drone du marché : le Mavic Pro. Pourquoi un tel engouement et tant de bruit autour de ce drone ? Pour la première fois, la question de savoir si on emporte son drone avec soi ne se pose plus. Certes il existe des centaines de drones petits ou compacts, et même GoPro avec l'annonce de son Karma surfe sur la modularité et la compacité sauf que là, le Mavic Pro fait la taille d'un boitier photo, tout en embarquant avec lui toute la technologie de son grand frère Phantom 4 voir un peu plus. 

DJI Mavic Pro test review en plein vol


Positionné à 1199 €, le Mavic est donc équipé de la détection et de l'évitement d'obstacle (Obstacle Avoidance), de modes de vol automatisés, d'une caméra 4K Ciné (4 096 x 2 160 px) montée sur nacelle stabilisée 3 axes et d'une télécommande intégrant des informations de télémétries. Autant d'atouts qui risquent de positionner le Mavic Pro comme l'étalon du moment.

DJI Mavic Pro test review detail des bras

Avec un poids de seulement 734 grammes, le Mavic Pro passe sous la barre fatidique des 800 grammes de la nouvelle réglementation et n'a pas besoin d'être immatriculé.  Et ce, en dépit de performances de tout premier ordre. En effet, ses quatre moteurs brushless, lui permettent d'atteindre la vitesse maximale de 65 km/h en mode Sport, mais surtout une distance de vol maximale de 13 km.  La nouvelle technologie de transmission OccuSync lui confère une portée de 7km avec un retour vidéo en HD 720 30p. Enfin, reprenant à son compte la fameuse devise de Colin Chapman, le concepteur des Lotus, Light is right, la batterie Lipo 3S de 11,4 V et 3 830 mAh autorise une autonomie de 27 minutes à la vitesse moyenne de 25k m/h.

DJI Mavic Pro test review detail de la batterie

Au-delà de ces caractéristiques techniques le Mavic Pro intègre une nacelle stabilisée 3 axes sur laquelle est montée une petite caméra équipée d'un capteur CMOS 1/2,3" de 12,35 Mpx permettant la prise de photos en Raw DNG + JPEG et surtout la captation vidéo en HD 720 120p, HDTV 1080 96p, 2,7K 30p, UHD 4K 30/25/24p et 4K Ciné 24p. L'objectif offre un angle de champs de 78,8° soit un équivalent 28 mm en full frame ouvrant à f/2,2 avec une distorsion inférieure à 1,5% et une mise au point permise entre 0.5m et l'infini. L'enregistrement se réalise sur carte microSD.

Configuration de test

Pour ce test nous avons utilisé le Mavic Pro dans sa configuration d'origine et tel que proposé à la vente avec sa télécommande inclue, 2 cordons USB l'un pour Android, l'autre pour iOS, le chargeur de 13.05V et 50W permettant la recharge simultanée de la batterie Lipo 3S et de la radio commande. Malheureusement nous ne disposions que d'une seule batterie ce qui nous a obligés à faire de nombreux aller-retour entre les points de charges et les lieux de prises de vues.

Prise en main

Sorti de son emballage le Mavic impressionne d'emblée. Non pas parce qu'il serait imposant, comme c'est le cas avec l'Inspire 1 par exemple, mais au contraire parce qu'il est extrêmement compact et petit.

DJI Mavic Pro test review avectelecommande

Avec ses dimensions de 83 mm  x 83 mm  x 198 mm (HxlxL) repliés, c'est plus petit qu'un Canon 5D mK IV et grosso modo la taille d'un reflex moyenne gamme sans objectif. Déplié il n'est guère plus encombrant puisqu'il entre dans un carré de 19,6 cm soit une longueur moindre que celle du Parrot Bebop 2 pour une qualité d'image et des caractéristiques techniques autrement plus élevées. Par ailleurs, ce faible encombrement ne joue pas sur la qualité des matériaux employés puisque c'est avec étonnement que nous constatons que le Mavic Pro est particulièrement bien fini, dense et offre un design soigné. Le premier contact est donc très positif et nous sommes loin de l'effet ressenti lors du déballage d'un Phantom 3 par exemple. 

DJI Mavic Pro test review detail cameras

En outre on apprécie avec plaisir la silhouette très animale de ce drone, sorte d'hybride entre un requin, un scarabée et un profilage très racé. La petite bulle de protection en plastique qui couvre la caméra est amovible et son dessin rappelle aussi vaguement la combinaison d'un cosmonaute. Bref nous avons affaire à un engin bardé de technologie et sa silhouette le laisse deviner. 

La technologie Flight Autonomy englobe 5 caméras (les capteurs optiques avants et inférieurs et la caméra principale), une double connectivité satellite (GPS et GLONASS), 2 télémètres à ultrasons, des capteurs redondants et un ensemble de 24 processeurs dédiés et puissants. Les caméras situées de chaque côté de la face avant du Mavic sont fixées à l'armature en aluminium pour assurer un alignement optimal de leur lentille.

DJI Mavic Pro test review detail des bras repliés

Quand le Mavic vole, les capteurs avants et inférieurs mesurent la distance entre eux-mêmes et les obstacles en prenant des clichés avec les quatre caméras et en créant une carte 3D à partir de ces données pour localiser les obstacles avec précision. Les capteurs avants et inférieurs requièrent une luminosité correcte pour fonctionner et peuvent voir jusqu'à 15 m en avant. L'ensemble permet donc une stabilité accrue, mais surtout aussi un gain en sécurité active ou la législation semble devenir plus contraignante pour les utilisateurs. Certes, à priori nous ne sommes pas au niveau du Module RealSense d'Intel testé avec le Typhoon H Pro, mais la voie de l'intelligence artificielle est toute tracée.   

DJI Mavic Pro test review detail module video

Il y a quelques jours nous louions la formidable télécommande ST16 du Yuneec Typhoon H Pro en raison du sérieux qu'elle offrait et de la véritable identité professionnelle qu'elle pouvait procurer devant un client. Difficile d'affirmer avec certitude l'effet que provoquera le Mavic Pro sur un tournage. D'un côté sa compacité lui nuira forcément, de l'autre la qualité de fabrication et l'ingéniosité, pourtant simple, de son système de bras repliables lui confèrent un aspect étonnant qui aura certainement son petit effet. Si l'appellation Pro est sans doute quelque peu exagérée, par rapport en tout cas aux plus lourdes plateformes DJI destinées et pensées véritablement pour des tournages, ses caractéristiques techniques n'ont finalement rien à envier à ses deux grands frères Inspire 1 et Phantom 4. D'ailleurs, le positionnement de ce dernier est même plutôt ambigu en regard de ce qu'offre le Mavic. 

DJI Mavic Pro test review telecommande

Préparatifs de vol

Charge et installation des hélices

La recharge complète d'une batterie Lipo 3S de 11,4V pour 3 830 mAh prend environ 1 heure 15, et celle de la radiocommande à peu près le même temps. La batterie du Mavic Pro intègre une diode qui indique l'état de charge par une simple pression même lorsque celle-ci n'est pas fixée sur le drone et la télécommande se vérifie de la même façon en appuyant une fois sur le bouton d'alimentation. 

DJI Mavic Pro test review decollage

Une fois l'ensemble des batteries chargées il suffit de déployer les bras articulés du Mavic Pro, de fixer la batterie, d'allumer le contrôleur par une double pression (une courte suivi d'une longue), d'allumer la batterie du drone de la même façon, de brancher son smartphone à la télécommande via le câble USB adéquat. L'application DJI Go, téléchargée au préalable se lance automatiquement.
Il ne reste plus qu'à décoller.

Notez que nous n'avons nulle part fait mention du montage des hélices puisque cette opération est ici inutile. En effet ces dernières sont montées sur une charnière au centre qui les rend pliables et en cas de crash elles se fixent par un système Quick and Release efficace et simple. Il n'est en outre pas nécessaire de déplier les hélices puisque la force centrifuge les positionnera correctement automatiquement au lancement des moteurs.

DJI Mavic Pro test review detail des moteurs

Télécommande

La télécommande du Mavic Pro est finalement tout aussi maline que le drone lui-même. C'est la première fois chez le constructeur chinois qu'un contrôleur de vol intègre un écran de rappel des informations de télémétries. Il est donc possible de vérifier l'altitude, la distance, la vitesse, la qualité du signal de transmission et l'autonomie. Des informations qui tombent en redondance avec l'application DJI Go et qui parfois noient un peu le pilote dans un trop-plein d'informations simultanées.

Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir: cette télécommande, assez proche du design d'une manette de jeu vidéo, est dotée de deux sticks analogiques et de plusieurs boutons paramétrables. Avec ses bras repliables et positionables, elle peut accueillir un smartphone jusqu'à 160 mm de long et d'une épaisseur de 6,5 à 8,5 mm. La transmission passe par un câble USB et la fréquence de fonctionnement va de 2,4 GHz à 2,483 GHz. Par-dessus tout cela elle est capable d'assurer une liaison jusqu'à 7 km avecle Mavic Pro selon la norme FCC. Distance impossible à atteindre pour nous français, puisque d'une part en Europe la distance maximale sera de 4 km et de toute façon nous devons garder le drone à vue.

Cependant, puisque bien souvent l'expression qui peut le plus, peut le moins prévaut sur le terrain, ces performances augurent une excellente qualité de transmission du signal selon la législation en vigueur chez nous. 

DJI Mavic Pro test review detail des bras

Enfin, il est possible de contrôler le tilt de la caméra, le zoom numérique, l'orientation à 90° de la nacelle, de prendre une photo ou encore d'activer le Return to Home. Nous avons volé avec le mode de control 2 qui place la gestion de l'altitude et du roll à  gauche et les gaz et la dérive à droite. 

L'application

L'application est la même que pour l'Inspire 1 et le Phantom 4. Bien que très complète, elle est finalement très encombrée et il manque la possibilité de choisir les informations que l'on souhaite voir apparaître ou non à l'écran. Les nouveaux modes de vol comme Selfie, Terrain Follow, Tripod ou Gesture font leur apparition, mais l'interface change peu. 

À noter que la compatibilité entre iPhone ou Android ne nous a pas posé de problème et que les deux types de smartphones sont compatibles. 

Nouveauté aussi chez le constructeur il est désormais possible de piloter le drone uniquement avec un smartphone. Un mode qui peut s'avérer utile pour dépanner ou réaliser quelques plans à la volée, mais les performances sont réduites. La distance maximale de transmission descend à 80 m, la hauteur est limitée à 50 m et la vitesse à 14 km/h.


Paramètres de prise de vues

L'interface de l'application offre un accès aux réglages très complets de la prise de vue. Comme avec les autres drones DJI testés il est possible de travailler entre 100 et 1600 ISO en photo et jusqu'à 3200 ISO en vidéo. L'obturateur permet de temps de pose allant de 8s à 1/8000s et il est possible de gérer la balance des blancs ou des profils d'images comme Art, Cinelike ou S-Log. La prise de vue peut s'effectuer en RAW + JPEG  en photo ou en MP4 ou MOV en vidéo encodé en MPEG-4 ou H264. C'est via l'application que l'on accède aussi aux différents formats d'image comme la HD 720 120p, HDTV 1080 96p, 2.7K 30p, UHD 4K 30p et 4k Ciné 24p.



 

Pilotage et prise de vues

Modes de pilotage

Pour lancer les moteurs il suffit de tirer les manettes en diagonales vers soit ou d'appuyer directement sur l'icône de décollage située à gauche de l'écran de l'application. Immédiatement après, le Mavic s'élève à une hauteur de 1,2 m et attend les instructions du pilote. 

Au décollage le Visual Positionning Système prend une photo du terrain d'envol qu'il associe à ses coordonnées GPS pour un retour plus précis à sa base lors du Return To Home.

DJI Mavic Pro test review premiers vols

Le Mavic Pro présente une pléthore de modes de vol dont un intelligent mode Tripod qui garantit une stabilité accrue en intérieur et une plus grande douceur et progressivité dans les commandes. L'Active Tracks quant à lui permet de reconnaître en 3D un sujet à suivre automatiquement, à condition que l'éclairage soit suffisant. D'ailleurs ce mode, comme c'était le cas sur le Phantom 4 , ne se contente plus de ne suivre qu'une personne, mais aussi un chien, une voiture ou tout autre objet en mouvement.  




En mode Normal, le Mavic se montre réactif, précis et nerveux. Un peu trop peut-être, car sur des enchaînements rapides l'image peut présenter quelques sautes. Il faudra bien décomposer les mouvements et l'étroitesse des commandes demande une petite habitude pour gérer une rotation en même temps qu'un tilt de caméra. Néanmoins, le coup de main vient assez rapidement et on se prend très vite au jeu. Du coup en passant en mode sport le Mavic gagne beaucoup en puissance et réactivité. La palette des plans que l'on peut réaliser est immense et à moins de devoir tourner dans un espace confiné on se dit que le Mavic Pro est incroyable de polyvalence. 



Sur un tournage professionnel, pour gérer avec précision un vol non planifié et une bonne captation sans à-coup il faudra déporter le contrôle et brancher une seconde manette afin qu'un opérateur gère uniquement le contrôle de la caméra, mais il y a déjà largement de quoi faire et la palette des automatismes permet déjà de réaliser un très grand nombre de plans seul.

Enfin un mot sur l'autonomie réelle: en dépit des 27 minutes annoncées, nous avons réussi à voler au mieux 23 minutes en activant la caméra 4K en permanence et en gardant 10% de batterie.

Qualité d'image

Montage vidéo UHD 4K 30p



En vidéo la qualité d'image est surprenante, notamment en UHD 30p. L'image est bien piquée et fourmille de détails, avec une accentuation un peu poussée. Du moins dans les basses sensibilités de 100 à 400 ISO. Au-dessus, le grain est visible surtout dans les ombres et le lissage affecte le contour des sujets. En 1080 60p nous sommes un peu déçus du résultat avec un rendu des textures un peu pâteux et un lissage excessif sur les sujets complexes comme les feuilles d'arbres. Ce phénomène est un peu moins visible en 96p. En tout cas la différence de rendu entre la vidéo 4K / UHD et le HDTV est assez importante donc n'hésitez pas à tourner en très haute définition si votre espace de stockage le permet.

En outre, la cadence de 30p est finalement suffisante pour les paysages et tant que vous ne filmez pas de scènes d'action. Attention le bitrate se limite à un débit de 60 Mb/s donc méfiance sur les sujets rapides, ces derniers risquent d'être saccadés et les plus fins détails un peu brouillés.

Extrait image issue d'un rush 4K

Mavic Pro de DJI test terrain exemple d'image filmée en 4K

Extrait image issue d'une vidéo HDTV 1080

Mavic Pro de DJI test terrain exemple d'image filmée en HDTV 1080

Notez que comme avec les Inspire 1 et Phantom 3 et 4 de la même marque, il est possible de tourner dans des modes d'images qui aplatissent les contrastes et la saturation pour donner au retoucheur une plus large marge de manoeuvre en post-production. Nous n'avons pas eu le temps de pousser véritablement les essais à ce niveau, mais il existe des tutoriels facilement accessibles qui vous permettront de coller une courbe de rendu pré-calibrée sur votre image pour homogénéiser votre montage. Sur ce point DJI s'inscrit véritablement dans la ligne de sa stratégie marketing de vouloir vendre des "caméras volantes" et nous ne pouvons que saluer l'effort d'autant qu'il sera en plus possible de jouer manuellement sur le contraste et la saturation, tout comme sur l'exposition en débrayant l'obturateur jusqu'à 8 s.

Extrait mode Cinelike

Mavic Pro de DJI test terrain exemple d'image filmée en Cinelike

On retrouve ces mêmes caractéristiques en photo où on peut travailler en RAW DNG et avec lequel, au prix de quelques efforts dans son dérawtiseur on arrivera à sortir une image décente même à 800 ISO. L'image est en outre bien détaillée avec un bon rendu des matières au centre, mais présente une mollesse désagréable sur les bords et pire encore dans les coins, mais ...il semble que cela soit dû à la taille de la lentille par rapport à la taille du capteur. En outre, la dynamique permet tout de même de récupérer des informations dans les ciels et les ombres. Au final, on s'amuse là encore même sur la table de montage ou dans Lightroom avec les images du Mavic Pro et surtout nous ne considérons finalement pas comme un inconvénient le fait que l'angle de champs soit resserré par rapport au Phantom 4. La distorsion est plus faible et il y a peu de retouches à effectuer au niveau des aberrations chromatiques ou du vignetage.

Exemple de Raw

Mavic Pro de DJI test terrain exemple d'image en RAW

Le défaut le plus important que nous avons constaté lors de nos prises de vue est que lorsque la lumière est dirigée entre 45° et 90° apparaissent des stries sur l'image. C'est malheureusement l'ombre des hélices qui entre en interférence avec l'angle de vue de la caméra. Du coup méfiance sur les tournages à votre positionnement.

Exemple de RAW

Mavic Pro de DJI test terrain exemple d'image RAW

Extrait d'une vidéo avec les stries



Fichiers natifs

Vous pouvez également télécharger des fichiers vidéo et des images brutes sans compression. 

> Vidéo UHD (108 Mo)
> Vidéo HDTV 1080 (360 Mo)
> RAW DNG

Verdict

 
DJI Mavic Pro test review recommandé

À la rédaction, la règle pour attribuer un recommandé à un produit testé est de savoir si nous, en tant que journaliste, nous serions prêts à investir dans le dit produit testé. La réponse est ici oui, cent fois oui. Nous commençons à avoir testé quelques drones et à l'issu de nos tests nous étions souvent enthousiastes, surtout après les essais des DJI Phantom 4 et Yuneec Typhoon H Pro, mais systématiquement la question de l'encombrement se posait et freinait un peu nos ardeurs. Pour chaque sortie avec un drone il fallait emporter un gros et lourd sac à dos (quand ce n'était pas carrément une valise avec l'Inspire 1) et rien d'autre, ou au mieux un hybride compact. Avec le Mavic Pro, la question du choix ne se pose plus et il n'est plus question de sacrifier un boitier ou un objectif à la place d'un drone. Le Mavic Pro se glisse dans n'importe quelle besace photo et gagne allègrement sa place à part entière en tant qu'outil de captation audiovisuelle. Donc oui, le Mavic Pro remporte son recommandé haut la main, et ce en dépit d'un prix élevé.

Derrière son astucieux système de bras repliables se cache une formidable somme de technologies, de capteurs et surtout une caméra suffisamment performante pour s'inscrire dans un flux de production photo vidéo professionnelle ou amateur. Certes cette dernière n'est pas exempte de défaut à commencer par un autofocus qu'il ne faut pas oublier d'activer sous peine de se retrouver avec des images floues ou encore une agaçante mollesse sur les bords en photo et une granulation vite gênante au-delà de 400 ISO. Mais le Mavic Pro est globalement polyvalent, stable et performant pour vous permettre de réaliser un très grand nombre de plans qu'il n'était pas encore possible de réaliser il y a peu, ou alors au prix d'un investissement conséquent. Surtout la qualité de rendu de la 4K est suffisante pour un large usage et il sera possible de personnalisé son style d'image avec les modes Cinelike, S-Log ou Art.

Son autonomie de 27 minutes est optimiste et en réalité il faudra compter sur un temps de vol couplé à un enregistrement vidéo permanent de 21 à 23 minutes. C'est un peu moins bien qu'annoncé, mais finalement dans la moyenne des drones du marché. De toute façon, sur un tournage ou pour une expérience prolongée il faudra que vous emportiez au moins une ou deux batteries supplémentaires.

Ses modes de vol automatisés permettent de se libérer du pilotage pour ne se concentrer que sur la prise de vue et les mouvements de caméra mais là aussi, pour vraiment bien faire il faudra un second opérateur. Cependant, de véritables efforts ont été réalisés à commencer par un Active Track en 3D beaucoup plus efficace que ce que nous avions testé sur le Phantom 4. Enfin, l'Obstacle Avoidance est moins précis que sur le Yuneec Typhoon H Pro RealSense mais permet tout de même de ne pas se prendre un mur ou un arbre de face, ce qui est déjà pas si mal. 

Au final, si vous recherchez une camera volante et pour peu que vous respectiez la réglementation, le Mavic Pro est certainement à ce jour le meilleur drone du marché ou en tout cas le plus polyvalent. À la rédaction il devient en tout cas notre référence.


Points forts

Points faibles

Compacité

Qualité d'image en baisse au delà de 400 ISO

Bras repliables

Granulation excessive en haute sensibilité

Hélices pliables et quick 'n release

Tremblements si mouvements brusques

Télécommande fournie avec écran intégré

Ombre des hélices apparante dans le champ de la caméra quand la source de lumière est latérale.

Portée OccuSync et retour HD

Rendu des textures en HDTV 1080 60p décevant

Application DJI Go très complète

Autonomie moins bonne qu'annoncée

Polyvalence d'usage

Application touffue

Performance globale

Menus des modes de vol automatisés pas toujours très clair

Stabilisation 3 axes de la caméra

Redondance des informations entre l'application et la télécommande

Vision Positionning System

Prix élevé

Mode Tripod pour les vols en intérieur

 

Qualité d'image en basse sensibilité

 

Qualité du rendu 4K / UHD

 

Obstacle Avoidance

 

Tracking du sujet efficace

 


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation