Pouvant parfois être considéré comme une erreur technique, le contrejour est une situation de prise de vue que les amateurs s'efforcent d'éviter, tandis que les photographes confirmés parviennent à l'utiliser à leurs fins pour en tirer un effet esthétique des plus intéressants.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Exercice photo : le portrait en contre-jour (Brooke Cagle)
Photo : Brooke Cagle.

Le principe

Le contrejour est une situation de prise de vue particulière, à l'occasion de laquelle la principale source de lumière qui éclaire la scène se trouve face au photographe. Cet effet est particulièrement utilisé en portrait pour le halo lumineux qu'il crée autour du modèle, permettant notamment de le dissocier de son arrière-plan, au même titre qu'un effet de profondeur de champ.

Exercice photo : le portrait en contre-jour (Andrew E. Weber)
Photo : Andrew E. Weber.

En extérieur, l'aube et le crépuscule — plus particulièrement le moment appelé heure dorée — constituent des occasions idéales pour obtenir un effet de contrejour : le soleil est en effet bas dans le ciel et la lumière qu'il dispense est rasante. Notez cependant qu'il est aussi possible de profiter d'un tel effet avec certains types d'éclairages artificiels. Tout dépend en réalité de la position de la source lumineuse, de l'emplacement que vous suggérez à votre modèle et de l'angle de prise de vue choisi.

En pratique

Techniquement, le portrait en contrejour ne diffère pas réellement de la pratique du portrait dans d'autres situations de prise de vue. L'utilisation d'un "petit téléobjectif", c'est-à-dire d'une focale proche de 85 mm, est ainsi conseillée. À défaut, sachez qu'un objectif 50 mm à grande ouverture (en général plus accessible financièrement) peut également s'avérer propice au portrait.

Utilisé conjointement avec ce type de focale, le mode "Priorité à l'ouverture" permet de jouer sur la profondeur de champ et d'isoler le sujet de l'arrière-plan. La vitesse d'obturation étant sélectionnée par l'appareil en fonction de votre choix d'ouverture, libre à vous de varier les effets selon l'importance que vous souhaitez donner à l'environnement de votre modèle.

Exercice photo : le portrait en contre-jour (Philippe Schreyer)
Photo : Philippe Schreyer.

Il convient de jouer avec le placement du modèle et les réglages de votre boîtier de façon à doser correctement la quantité de lumière atteignant le sujet et l'arrière-plan. Si la différence d'exposition entre ces deux éléments est trop importante, sachez qu'il est possible de l'atténuer avec des accessoires : orienté vers le visage d'un modèle, un réflecteur permet notamment d'augmenter la quantité de lumière dont il bénéficie, comme nous avons pu le voir dans notre tutoriel "Le portrait en extérieur 2 : travailler sa lumière".

Si l'utilisation d'un flash intégré ou d'un flash cobra est parfois à déconseiller — leur emplacement proche de l'axe optique a tendance à écraser les volumes —, ils peuvent servir de lumière d'appoint et adoucir les ombres d'un visage. L'emploi d'un flash déporté permet quant à lui de modeler la lumière et de démultiplier les possibilités créatives (voir "Le portrait en extérieur 3 : utiliser des flashs").

Pour conclure

Exercice photo : photographier au ras du sol (Rachael Williams)
Photo : Rachael Williams.

Bien que la pratique du contre-jour nécessite un placement spécifique de la part du photographe et de son modèle, il convient néanmoins d'observer le lieu de prise de vue au maximum de façon à soigner l'arrière-plan du portrait. Gardez notamment à l'esprit que les différents plans de l'image doivent s'accorder sans se confondre.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !

> Tous nos exercices photo
> Tous nos tutoriels
> Toute l'actualité (tests et articles)

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation