Troisième volet de notre série destinée aux photographes désireux de se lancer en vidéo : après avoir vu les fondements de cette technique et la grammaire de l'image animée, nous vous proposons de vous lancer dans la réalisation de votre première interview et de mettre en pratique quelques-unes des techniques évoquées précédemment.

Dans ce tutoriel, nous tenterons d'être le plus pragmatiques possible et de vous emmener sur le terrain après avoir fait un rapide détour sur le matériel.

La question du son

Comment-réaliser-une-interview

Le son est une composante à part entière de la vidéo : il amplifie les actions, magnifie un sentiment, provoque une émotion... même à l'époque du cinéma muet, la bande sonore permettait de ponctuer le film. Nous n'allons pas entrer dans le détail technique de la captation sonore, puisqu'il s'agit ici de vous présenter les moyens techniques qui doivent être déployés pour réaliser une interview, mais sachez que vous devez apporter un soin particulier à votre prise audio. Généralement, si le spectateur tolère une image légèrement dégradée, il ne supportera pas une prise de son ratée. Le simple bruit d'un moteur qui démarre ou le souffle d'une climatisation lors de l'enregistrement d'une interview peut vous obliger à tout recommencer.

Le son crée donc l'ambiance et l'atmosphère. Dimension essentielle mais invisible, c'est bien sur lui que, souvent, les photographes qui voudraient se lancer dans la réalisation vidéo butent. Les règles de composition pour les valeurs de plans demeurent peu ou prou les mêmes, mais le son est une composante totalement nouvelle qu'il faut apprendre à gérer a minima. 

Pour rappel : les trois principaux types utilisés en interview

Son in : son qui se rapporte au contenu de la vidéo ; il est associé au champ ou au hors-champ de l'image.

Son d'ambiance : il s'agit d'un ensemble de sons qui donneront au spectateur l'impression d'être immergé dans un environnement particulier. Les sons naturels, comme ceux de la pluie ou du vent, ou ceux de la circulation, par exemple, font partie de l'environnement sonore.

Voix off : procédé narratif qui consiste à faire intervenir, au cours du déroulement d'un plan, la voix d'un personnage qui n'est pas visible. Ce personnage peut faire partie de ceux que le spectateur a déjà vus dans le récit ou être un narrateur sans visage, dont la voix nous guide dans les moments décisifs ou apporte des informations complémentaires. La voix off est beaucoup utilisée en reportage ou en documentaire.

Comment-réaliser-une-interview

La prise de son pendant le tournage

Deux possibilités s'offrent à vous pour la prise de son pendant le tournage :
  1. en direct via le boitier ;
  2. via un enregistreur numérique externe.

1. La prise de son en direct via le boîtier. La plupart des boîtiers, reflex ou hybrides, sont équipés d'un micro intégré pour enregistrer, en mode vidéo, le son en stéréo. Cette prise de son est automatiquement lancée pendant l'enregistrement, donc synchronisée avec l'image : elle démarre en même temps que la vidéo.

Nous vous conseillons de ne jamais la couper, même si vous utilisez en parallèle un enregistreur externe, car cela vous facilitera la synchronisation au montage. Néanmoins attention : le micro intégré enregistre aussi tous les bruits de votre boîtier, comme les craquements de manipulations, le bruit de la stabilisation ou encore l'hésitation de l'autofocus.

La plupart des boîtiers du marché disposent aujourd'hui d'une prise micro afin d'ajouter un micro externe, mais rares sont ceux équipés d'une prise casque pour écouter en direct la qualité sonore et avoir un retour son en direct de la prise. Selon la configuration de votre interview, il peut donc être intéressant de raccorder directement à votre boîtier un micro externe, comme un micro-cravate : vous n'aurez pas de synchronisation à faire en post-production.

Comment-réaliser-une-interview

2. La prise de son avec un enregistreur externe. L'utilisation d'un enregistreur séparé vous offre la possibilité de choisir entre différents types d'enregistrement. Nous privilégions les omnidirectionnels et les cardioïdes.

L'omnidirectionnel capte le son de façon uniforme sur 360°. Utilisé pour capter le son d'ambiance, il enregistre tout son environnement. Il reçoit les sources sonores et leurs résonances. Généralement peu coûteux, il convient aux prises d'ambiance ou aux scènes sans dialogues.

Le cardioïde est directif et orienté vers le sujet. Il est discriminant : utilisé pour les interviews, le chant ou les instruments, il privilégie les sources placées devant lui, rejette les sons provenant de l'arrière et atténue ceux provenant des côtés. En contrepartie, il est sensible aux bruits de manipulation, aux "pops" buccaux ou aux effets de proximité de type Larsen.

S'il vous permet de positionner la caméra loin de la source audio, il faudra néanmoins réaliser une synchronisation du son et de l'image au montage, d'où la nécessité de réaliser un clap en début de tournage pour donner un point de repère sonore et visuel aux différentes pistes.

Comment-réaliser-une-interview

Le matériel

La prise de son

Si vous réalisez une interview dans une configuration qui ne comporte pas trop d'interférences, la meilleure solution est donc de brancher un récepteur HF directement à la prise micro de votre boîtier, de le clipser à la griffe-porte accessoire et de brancher un émetteur HF sur votre interviewé, soit via un micro-cravate, soit via un micro main.

Vous vous assurez ainsi deux points : vous n'aurez pas besoin de réaliser de synchronisation au montage, et l'enregistrement audio du sujet sera bien discriminé par rapport à l'environnement.

Le boîtier

Aujourd'hui, tous les boîtiers sur le marché présentent une prise micro permettant d'ajouter un micro auxiliaire pour avoir une prise de son plus élaborée que celle enregistrée par le micro du boitier. Néanmoins, puisqu'il est ici primordial que le propos soit intelligible, la prise de son ne doit pas être parasitée par les bruits d'ambiance. Nous ne saurions donc que trop vous recommander d'opter pour un boîtier également équipé d'une prise casque, afin de pouvoir vérifier en direct le retour audio et de savoir précisément en temps réel quels sont les défauts de votre enregistrement.

Ces boîtiers sont plus rares. Sans les énumérer tous, nous avons pour l'heure un petit faible pour le Sony Alpha 6500, le Fujifilm X-T2 ou encore le Nikon D500. En 24x36, les Sony Alpha 7 Mark II ou Alpha 7S II remportent notre préférence, d'autant que leur capteur est stabilisé.

Comment-réaliser-une-interview

Objectif

Comme pour une prise de vue classique, un zoom transtandard de type 24-70 mm f/2,8 sera un atout, car vous pourrez cadrer facilement votre sujet et, surtout, utiliser la grande ouverture du zoom pour bien détacher votre sujet de l'arrière-plan. Néanmoins, attention : en raison de la faible profondeur de champ de l'ouverture f/2,8, si votre sujet effectue des mouvements en avant et en arrière, il apparaîtra flou par moments et cela pourra perturber la lecture du spectateur, bien que ce dernier soit de plus en plus habitué à voir une image cinématographique, et non plus toute nette comme à la télévision.

Si vous disposez d'un second boîtier, c'est également un avantage, car vous pourrez l'équiper d'une focale différente afin de jouer sur des raccords de plans différents. N'oubliez pas, comme évoqué ci-dessous, la règle des 180° et de synchroniser les deux boîtiers en réalisant un clap en début de tournage pour poser un repère visuel — cela peut simplement être vos deux mains que vous frappez une seule fois.

Trépied

Vous fixerez votre ou vos boîtier(s) sur un trépied équipé d'une tête de fluide, de façon à stabiliser parfaitement l'image ; vous pourrez réaliser si besoin quelques panoramiques sans trembler.

Comment-réaliser-une-interview

Éclairage

Vous l'avez remarqué en photo : dès que l'on monte trop haut en sensibilité ou que les conditions de lumière se dégradent, du bruit apparaît dans l'image. C'est la même chose en vidéo, sauf que le grain fourmille. Méfiance donc, car en cas de tournage sans lumière, à moins de rechercher un effet très particulier, le grain sera dérangeant et donnera un aspect amateur et désagréable à votre image.

Un éclairage d'appoint est donc plus que bienvenu : lumière en continu fluo ou tungstène. Des kino ou des éclairages Led sont conseillés. Des panneaux Led pourront être montés soit sur votre boîtier, soit sur un trépied et vous permettront non seulement d'éclairer votre sujet, mais aussi de donner du peps à votre image.

Comment-réaliser-une-interview

Sur le terrain

Préparer son interview

La réalisation d'une interview demande un travail en amont soigné.

Vous pouvez évidemment filmer un entretien conduit par une tierce personne, qui remplira la fonction de l'intervieweur, auquel cas vous pourrez vous concentrer exclusivement sur la réalisation de votre interview. Mais vous si vous devez mener l'entretien vous-même, il vous faudra alors d'autant plus le préparer en amont, afin de pouvoir jongler au mieux entre les deux fonctions de réalisateur et d'intervieweur.

Pour cela, documentez-vous évidemment sur le sujet de votre interview. Vous devez avoir un minimum de connaissances pour pouvoir poser des questions pertinentes et être capable de rebondir sur les réponses de votre interlocuteur. Préparez vos questions en amont : il n'y a rien de plus déstabilisant pour un interviewé que d'être confronté à quelqu'un qui cherche un fil conducteur. Cela permet de plus, si la discussion dévie, de la recadrer et de la recentrer autour du sujet principal.

Enfin, comme dans toute situation où la dimension relationnelle est forte (portrait, photographie de mariage...), mettez à l'aise votre interviewé durant la mise en place ; si vous avez le temps, posez-lui quelques questions sur son parcours, sur ce qui vous amène à l'interviewer...

Comment-réaliser-une-interview

Pendant l'enregistrement, ne posez qu'une seule question à la fois, essayez d'être compréhensible et articulez distinctement. N'hésitez pas si besoin à faire des pauses ou à reformuler votre question.

Privilégiez les questions ouvertes, de sorte que le dialogue s'installe ; faites en sorte que l'interviewé puisse développer son propos et ne réponde pas simplement par oui ou non à vos questions. Par exemple, au lieu de : "Avez-vous aimé cette nouvelle édition du Salon de la Photo ?", demandez-lui plutôt : "Que pensez-vous de cette nouvelle édition du..."

La mise en place

Installez votre set en prenant bien soin de choisir avec pertinence l'arrière-plan. Il ne doit pas perturber l'attention que le spectateur portera à l'interviewé, mais doit aussi être contextualisé en fonction du sujet de discussion.

Une fois l'installation réalisée, portez une grande attention à la balance des blancs et l'exposition. En effet, l'image vidéo est beaucoup plus difficile à retoucher qu'une photo et ce, pour une raison toute simple : excepté si vous tournez avec une RED (comme la Raven), vos images ne seront pas en RAW. La latitude de retouche est donc limitée et il sera très difficile de récupérer de l'information dans les hautes lumières si elles sont brûlées, ou de corriger une dominante colorée. Avec des boîtiers plus élaborés, vous pourrez éventuellement tourner dans des profils d'image de type Ciné-Log mais même le seuil de retouche reste limité aussi.

Avant de lancer l'enregistrement, assurez-vous que la vitesse de l'obturateur est positionnée sur 1/50 s pour une meilleure fluidité, et tâchez de ne pas montrer trop haut en sensibilité et de rester sur une ouverture moyenne.

Enfin, avant le clap de tournage, faites évidemment quelques essais voix, pour vous assurer que tout fonctionne, et offrez un verre d'eau à votre interviewé, pour qu'il n'ait pas la bouche sèche : cela limitera les bruits de bouche lors de ses réponses.

Le dispositif scénique minimal


Il y a deux types d'interviews : croisée ou frontale. Dans le premier cas, deux personnes au minimum échangent autour d'un point de vue ; dans le second cas, vous n'interrogez qu'un seul interlocuteur.

Dans les deux cas, l'intervieweur peut rester invisible et être hors champ. Vous pourrez conserver les questions en voix off, ou les remplacer par des intégrations graphiques au montage.



La technique du champ-contrechamp est très souvent utilisée pour filmer des interviews et des entretiens. Elle consiste à montrer successivement deux sujets face à face. La caméra se déplace virtuellement, sur un demi-arc de cercle tout en pivotant sur elle-même de façon à montrer en alternance les deux protagonistes de l'interview.

Rappelez-vous la règle des 180° énoncée dans le tutoriel précédent : les caméras doivent être situées du même côté que les personnages, sinon vous perdrez de la cohérence au montage et on a aura l'impression que les plans n'appartiennent pas à la même scène.

La composition

Préservez le champ du regard de votre sujet : lorsque la personne que vous filmez regarde vers la gauche ou vers la droite, laissez respirer le champ de son regard.

Travaillez votre cadrage, la lumière et la composition : votre œil de photographe sera pour cela un atout et fera la force de votre interview.

Enfin, veillez à respecter les règles de composition, car s'il est communément admis de recadrer l'image en photographie (ce qui est possible grâce à la grande définition des images), en vidéo en HDTV 1080, l'image n'excède pas 2 Mpx. Évidemment, si votre boîtier filme en 4K, vous disposerez de plus de marge avec 8 Mpx, mais les fichiers sont beaucoup plus lourds à traiter ou stocker.

En synthèse

Pour réaliser votre interview vidéo, il vous faut donc :

  • - un boîtier avec un objectif lumineux (en option, un deuxième boitier avec une deuxième focale et un deuxième trépied pour dynamiser le montage) ;
  • - un trépied ;
  • - un éclairage d'appoint ;
  • - un micro externe, branché soit directement sur le boîtier, soit sur un enregistreur numérique ;
  • - un casque pour contrôler en live le retour son de la voix de votre interviewé ;
  • - un carnet avec les questions à poser à votre interviewé ;
  • - et vos deux mains pour réaliser un clap de synchro en début de tournage !

Comment-réaliser-une-interview

À vous de jouer, ça tourne !

Nous vous retrouvons dans la quatrième et dernière partie pour aborder avec vous le montage...

> S'initier à la vidéo 1 : le matériel pour se lancer
> S'initier à la vidéo 2: plans, cadrages, composition

Voir aussi :
> Tous nos tutoriels
> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation