test Sony RX100 V review recommandé

Comment se renouveler après 4 itérations qui ont finalement apporté tout ce qu'on pouvait attendre - ou presque, nous le verrons par la suite - d'un compact expert ? Sony a choisi, pour le Mark V, la voie de la vitesse. Si le RX100 Mark V ressemble comme une goutte d'eau à son prédécesseur à peine âgé de 10 mois, les ingénieurs de Sony ont réussi à doper les processeurs de traitement des images pour faire du petit compact expert de poche, une arme redoutable pour fixer le mouvement. Le nouveau capteur 1 pouce n'apporte pas le moindre pixels supplémentaire, il dispose désormais d'un système autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase et pas des moindres puisqu'il aligne 315 collimateurs AF ! Épaulé par un nouveau couple de processeurs pour le traitement des images, le RX100 V se montre très réactif et donc très agréable à utiliser, notamment pour le suivi d'un sujet en mouvement. 

Le RX100 V impressionne également – surtout – par sa cadence rafale qui atteint aujourd'hui 24 ips. Oui, la cadence du cinéma. Et nous parlons bien d'images en pleine définition en JPEG ou en RAW ! Le boîtier a même le loisir d'effectuer la mise au point et de réaliser une mesure de la lumière entre chaque vue. À ce petit jeu, le compact de Sony pulvérise les records établit par le reflex professionnel de Nikon ou Canon respectivement "limités" à 12 et 14 ips pour une définition d'image à peu près équivalente. C'est tout simplement ahurissant.

Pour mesurer la progression, il faut se rappeler que le RX100 Mark IV plafonne à environ 6 ips. Nous sommes sur une cadence 4x supérieure. Un bond prodigieux donc. Attention toutefois, lors de nos tests, nous avons noté que cette cadence est atteinte avec une obturation égale ou supérieure au 1/250 s avec des irrégularités entre deux images.

Côté vidéo, le RX100 V propose toujours des enregistrements très hautes vitesses à 250, 500 voire 1 000 ips. Là aussi, les possibilités offertes présentent un véritable intérêt pour la création vidéo. Naturellement, vous retrouverez l'enregistrement UHD et les fonctionnalités vidéo avancées comme les zébras, le focus peaking ou l'enregistrement S-Log qui teinte le compact d'une touche professionnelle. 

Pour le reste, le RX100 V ne change pas beaucoup et conserve donc les points forts, mais également les points faibles. Le boîtier est toujours aussi compact et tient dans une poche de pantalon (non slim) et propose un flash intégré, un viseur électronique escamotable ainsi qu'un écran LCD orientable. Côté zoom optique, il reconduit le 24-70 mm f/1,8-2,8. Nous aurions aimé que la position télé s'allonge un peu, mais ce zoom 3x reste assez polyvalent et lumineux. Malheureusement, l'écran LCD n'est toujours pas tactile, ce qui reste assez incompréhensible. La petite taille est un atout appréciable, mais le RX100 V est parfois délicat à prendre en main et les différentes commandes sont très petites et parfois difficile à manipuler. Les menus n'ont pas changé et restent un peu denses et confus. Bref, il reste quelques améliorations à apporter pour la prochaine évolution. 

Reste la question épineuse du tarif. À 1 200 €, le RX100 V est le compact expert le plus cher de sa génération. Si le surcroit de rapidité au niveau de la rafale ou de la vidéo n'est pas un critère pour vous, vous avez tout intérêt à regarder d'autres boîtiers mieux positionnés à commencer par les autres RX100 qui sont toujours en gamme !! Vous pouvez également attendre les premiers avis du très attendu LX15 de Panasonic qui dispose d'un mode Photo 4K à 30 ips (8 Mpx).

Dans tous les cas, le RX100 V est un produit séduisant, certes positionné à un tarif aussi stratosphérique que l'est sa cadence rafale. Complet, aussi doué en photo qu'en vidéo et présentant des fonctionnalités inédites, le RX100 V mérite amplement un recommandé. 

Points forts

Points faibles

Boîtier compact

Autonomie en retrait et toujours faible

Viseur électronique escamotable

Toujours aucun chargeur de batterie livrée !

Modes vidéo HFR, jusqu'à 1 000 ips

Toujours pas d'écran tactile

Rafale photo jusqu'à 24 ips en pleine définition (attention 17 ips avec des images différentes)

Prise en main trop lisse sans véritable accroche

Autofocus globalement réactif

Interface physique petite et parfois difficile à manipuler

Mode vidéo 1080 et UHD complet (S-Log2 / S-Gamut, zébras, peaking...)

Menus toujours complexes

Interface hautement personnalisable

Pas d'entrée micro ou de sortie casque pour l'enregistrement vidéo

Wi-Fi et NFC intégrés pour un pilotage distant sans fil ou un transfert vers un smartphone

Absence d'un connecteur pour des accessoires

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 3 200 ISO

Extraction manuelle du viseur électronique obligatoire

Filtre ND intégré

Toujours pas finition à l'épreuve des intempéries

Flash intégré et orientable (au doigt)

Pas d'équivalent au SmartBridge de Nikon pour transférer les images vers un smartphone

Obturateur électronique jusqu'au 1/32 000 s.

Le mode RAW bloque toujours quelques fonctionnalités comme le mode panoramique

Boîtier silencieux

Format RAW propriétaire

Mode panoramique par balayage

Pas d'option pour développer un fichier brut sur le boîtier

Recharge par micro-USB et possibilité de brancher une batterie externe

Toujours pas d'aide contextuelle dans les menus


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation