Test Instax SP-2 de Fujifilm

Annoncée fin juin, la nouvelle "imprimante" nomade de Fujifilm, l'Instax SP-2, promet une meilleure qualité d'impression, un tirage plus rapide et différentes options d'impression.
Voyons tout cela de plus près et comparons-la à sa grande sœur, la SP-1 testée il y a plus de 2 ans.

Test Fujifilm Instax SP-2

Fujifilm profite de l'engouement important que rencontre la photo instantanée pour diversifier son offre.

D'un côté, vous avez les appareils photo Instax qui, selon le papier utilisé, peuvent sortir des images argentiques en format "mini" (image en 46 x 62 mm / format papier : 54 x 86 mm) ou "wide" (image en 99 x 62 mm / format papier : 108 x 86 mm). Pour ces appareils, chaque cliché est unique, puisque les images ne sont pas sauvegardées sur un support autre que le papier photosensible. C'est ce qui en fait le charme, mais aussi la frustration. 

Avec la série SP, Fujifilm propose tout simplement un "mini-lab" portatif ! Le papier photo sensible est ici exposé à partir d'un fichier numérique provenant d'un smartphone. 

Une coque plus moderne

Pour la SP-2, les designers de Fujifilm ont largement revu le dessin de l'imprimante. Les courbes font ici place à des lignes plus anguleuses. L'imprimante est plus haute, mais également moins large pour une épaisseur similaire. L'ensemble présente bien ; toutefois, si la SP-2 gagne en élégance et en sérieux, elle pourra sembler un peu fragile avec une qualité de finition un peu légère par rapport à sa grande sœur. 

Test de l'imprimante Fujifilm Instax SP-2

Les ingénieurs ont également fait évoluer le système d'alimentation. Adieu donc les piles au lithium CR2 3V, bienvenue à la batterie NP-45S qui pourra se recharger via une simple prise micro-USB directement sur l'imprimante. Le constructeur ne donne aucune information concernant l'autonomie ; pour notre part, nous avons pu imprimer 20 photos tout en conservant un bon niveau de batterie. De plus, il est tout à fait possible d'imprimer pendant la recharge. 

Sur l'un des côtés, vous trouverez un imposant bouton de mise sous tension "un peu mou", une touche Reprint et, sous un clapet en caoutchouc, la connexion USB pour la recharge. 

Test de l'imprimante Fujifilm Instax SP-2

Sur le sommet de l'imprimante, une série de leds affiche le nombre de vues restant à imprimer et, contrairement à la SP-1 qui indique le niveau de charge sur 3 niveaux, une led colorée pour indiquer le niveau de batterie : verte pour un niveau de charge supérieur à la moitié de la capacité, elle vire au rouge lorsqu'il est recommandé de recharger.

Test de l'imprimante Fujifilm Instax SP-2

Le chargement de la cartouche de 10 vues se fait toujours par derrière et, comme sur la SP-1, il convient d'éviter de la changer en cours de route. Si vous souhaitez passer d'un papier couleur à un noir & blanc, il faudra patienter sagement jusqu'à épuisement des 10 vues, sinon vous perdrez une photo à chaque changement, l'imprimante estimant en effet qu'il s'agit du cache de protection. Dommage. Une solution par logiciel devrait être envisageable.

Application revue

L'impression est disponible via l'application Instax Share, disponible pour iOs et Android. Nous regrettons qu'il ne soit pas possible d'accéder à la SP-2 depuis un ordinateur. Il est aussi possible d'imprimer directement depuis un appareil photo Fujifilm, mais pour le moment, seules quelques références sont compatibles (X-T1, X100T, X30, X-M1, X-A1, X-A2, XQ1, XQ2). Les boîtiers plus récents — X-Pro2, X-T2, X-A3 — sont sans doute compatibles, mais la documentation est encore manquante à ce sujet.

La connexion à l'imprimante se fait automatiquement et sans encombre par une liaison Wi-Fi. Un mot de passe peut être défini pour limiter l'accès et les impressions intempestives. Depuis l'application Instax Share, vous pouvez soit prendre une photo avec le module photo intégré à l'appareil, soit piocher dans votre galerie d'images ou récupérer des clichés sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram. 

test fujifilm instax sp-2 application instax share

Une fois votre image sélectionnée, vous pouvez la modifier (rotation, agrandissement), ajouter des filtres (sépia, noir & blanc, personnalisé...), des titres ou des stickers et, désormais (et uniquement avec la SP-2), organiser une composition avec plusieurs clichés. Vous pouvez associer jusqu'à 4 images avec la possibilité, là encore, de recadrer dans l'image. 

test fujifilm instax sp-2 application instax share

Impression plus rapide et plus dense

Fujifilm annonce une qualité d'impression améliorée grâce à un nouveau moteur d'exposition. Nous avons comparé quelques clichés imprimés à la fois sur la nouvelle SP-2 et la SP1 pour vérifier ces affirmations.

Les tirages gagent effectivement en consistance. Avec un pas d'impression de 320 dpi contre 254 sur la SP-1, les clichés sont de fait plus détaillés. Ils sont également plus denses, avec des couleurs plus saturées. Un bon point donc, car la SP-1 avait la fâcheuse tendance de surexposer les images. On veillera toutefois à éclaircir les images un peu sombres, pour éviter le risque de noirs très bouchés. 

Dans les exemples qui suivent, les clichés situés à gauche sont issus de l'Instax SP-2, et à droite, de la SP-1.

Comparaison tirage Fujifilm Instax SP-1 versus SP-2

Comparaison tirage Fujifilm Instax SP-1 versus SP-2

Comparaison tirage Fujifilm Instax SP-1 versus SP-2

Le mode noir & blanc est également sans appel, avec un rendu beaucoup plus neutre, en attendant de pouvoir utiliser le "véritable" papier Instax noir & blanc.

Comparaison tirage Fujifilm Instax SP-1 versus SP-2

Concernant le temps d'impression, le gain est également au rendez-vous. S'il fallait patienter jusqu'à 29 secondes avec la SP-1 à partir du moment où l'on appuie sur le bouton d'impression, la SP-2 réduit cette attente à 19 secondes en étant, de surcroît, moins bruyante.

Pour conclure

Petite, légère et délivrant de sympathiques clichés, la Fujifilm Instax SP-2 joue parfaitement son rôle : le partage d'un bon moment autour de la photo. Nous regrettons toutefois l'augmentation de son prix qui nous semble injustifiée (presque 50 € de plus), le prix assez (trop) élevé des consommables et l'absence d'un modèle au format "wide".

Fujifilm Instax Share SP-2 test review recommandé

Voir aussi : 
> Duel instantané : Fujifilm Wide vs Impossible Project i-1

Points forts

Points faibles

Meilleure qualité d'impression que la SP-1

Toujours pas de format Wide (pour l'instant)

Tirage plus rapide

Pas d'impression à partir d'un ordinateur

Recharge par micro-USB

Prix des consommables




PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation