Sony FE 50 mm f/2,8 Macro

Après le FE 50 mm f/1,8 et le Planar T* FE 50 mm f/1,4 ZA, Sony continue d’enrichir son offre de focales normales avec l'objectif FE 50 mm f/2,8 Macro, un modèle à l’ouverture plus modeste mais dont la distance minimum de mise au point permet d’atteindre le rapport macro 1:1.



Avec sa distance de mise au point minimale de 16 mm permettant d’atteindre le rapport 1:1, cet objectif est plutôt destiné à un usage en macro. Il vient donc rejoindre le Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS dans l’offre destinée à la photographie rapprochée pour les hybrides 24x36 du fabricant. Une ouverture un peu plus grande aurait été appréciable, mais la profondeur de champ en macro étant particulièrement faible, les utilisateurs ne devraient pas se montrer trop gênés. Pour sublimer les arrière-plans flous, Sony l’a d’ailleurs doté d’un diaphragme circulaire à neuf lamelles.

Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS

Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS

Impossible de ne pas recommander cet objectif qui ravira sans aucun doute les amateurs de macro utilisant le système A7 de chez Sony. La qualité d'image que procure le Sony FE 90 mm f/2,8 Macro G OSS est très impressionnante.

Voir le test complet



Le FE 50 mm f/2,8 Macro est fabriqué à partir de 8 éléments optiques répartis en sept groupes et comporte un élément en verre ED à très faible dispersion. Sur son fût, on trouve un commutateur de mise au point, un bouton de verrouillage de la mise au point ainsi qu’un sélecteur permettant de limiter la plage des distances pour faciliter le travail de l’autofocus. Compact, il mesure 71 cm de long et pèse 236 g. Sony l’a de plus doté de joints d’étanchéité pour le protéger des ruissellements et de la poussière.

Le Sony FE 50 mm f/2,8 macro sera disponible au mois d’octobre 2016 pour 600 €.

Caractéristiques

Monture : Sony E
Format couvert : 24 x 36 mm
Plage focale : 50 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C : 75 mm
Ouverture maximale : f/2,8
Ouverture minimale : f/16
Distance de mise au point : 0,16 m
Nombre de lamelles du diaphragme : 7
Construction : 8 lentilles réparties en 7 groupes
Éléments spécifiques : NC
Échelle des distances : non
Rapport de reproduction : 1x
Motorisation : oui
Stabilisation : non
Dimensions : 70,8 x 71 mm
Diamètre filtre : 55 mm
Poids : 236 g
Pare-soleil : non
Étui souple : non

Prise en main

La qualité de fabrication de ce nouveau 50 mm est excellente et comparable à ce que l'on peut voir sur les objectifs de la gamme G (Gold de chez Sony). Il semble d'ailleurs étrange que cet objectif n'en fasse pas officiellement partie. On a donc affaire à une construction 100 % métal et à un design sobre et raffiné. L'optique est parfaitement proportionnée pour être utilisée avec un boîtier du calibre d'un hybride A7. Il pèse un peu plus de 200 grammes pour un encombrement (replié) d'environ 7 cm. 

Sony FE 50 mm f/2,8 Macro : produit

Dès que l'on utilise de faibles distances de mise au point (à partir de 28 cm), l'objectif se déploie et on voit apparaître sur le fût des indications de rapports de grossissement du 1/4 au 1/1, avec les distances de mise au point correspondantes. C'est une bonne chose mais cela n'excuse pas l'absence d'un indicateur de distance de mise au point dynamique qui aurait été plus précis.

Sony FE 50 mm f/2,8 Macro : produit

L'unique bague de réglage sert pour la mise au point manuelle. L'objectif dispose d'un interrupteur pour désactiver l'autofocus sur le côté ainsi qu'un limitateur de plage de mise au point. La fluidité de la bague frôle la perfection. Malgré sa légèreté, elle n'est pas trop souple, ce qui assure une belle précision. Bien entendu, cette bague actionne un moteur qui déplace des lentilles à l'intérieur de l'objectif. 

Sony FE 50 mm f/2,8 Macro : produit

Bon point, on retrouve également sur le côté un bouton de mémorisation d'exposition.

Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un A7R II de 42 Mpx) et de la taille de son capteur (24 x 36 mm pour l'A7R II). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'A7R II dispose d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Même s'il ne se révèle pas aussi impressionnant que le 90 mm f/2,8, ce nouveau 50 mm s'en sort relativement bien dans nos tests en laboratoire. Dans l'ensemble, l'objectif avale sans sourciller les 50 millions de pixels de l'A7RII. Quelle que soit l'ouverture, il y a assez peu de décalage de piqué entre le centre et les bords et celui-ci se tasse à mesure que l'on ferme le diaphragme. C'est à f/8 qu'il délivre le meilleur de lui même avec un niveau de piqué très élevé sur l'ensemble de l'image (du centre aux bords). On apprécie donc la belle homogénéité de l'objectif. Ses performances à f/2,8 sont un peu décevantes mais dès f/4 le niveau de croisière au centre est déjà atteint.



Testé avec Imatest




> Téléchargez les fichiers originaux




> Téléchargez les fichiers originaux

Impossible de ne pas comparer ce nouveau Sony (en utilisation non macro) à ses concurrents plus ou moins directs. Évidemment, on pense au nouveau Samyang 50 mm f/1,4, mais aussi au 55 mm f/1,8 signé Zeiss, au 50 mm f/1,8 Sony "classique", et au 50 mm f/1,4 également signé Zeiss. Dans un souci de cohérence, nous avons passé tous les fichiers sur une base de 36 Mpx (la définition des images faites avec le 55 mm f/1,8 et le Sony A7R premier du nom).




Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le Sony 50 mm monté sur un A7R II, équipé d’un capteur plein format. Cette focale est un grand classique : une sorte de couteau suisse capable de faire aussi bien du paysage ou du portrait que de la photo de rue. En utilisant cet objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (un A6300, par exemple), on obtient un équivalent 75 mm (avec un coefficient de conversion de 1,5x).

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/2500 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1600 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est bien présent et visible à la plus grande ouverture : il est très "entrant" et fort. En fermant à f/4 il s'atténue et devient presque négligeable à f/5,6.





> Téléchargez les fichiers originaux

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Oubliez les distorsions sur ce 50 mm : un bon point !

Sony FE 50 mm f/2,8 Macro : distorsions

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Pour ce qui est du bokeh, il est clair que l'on ne peut pas espérer les mêmes types de rendus qu'avec des objectifs ultra lumineux (f/1,8 ou f/1,4 par exemple). Ceci étant dit, en utilisation "normale" il est tout de même assez facile de faire ressortir un élément de son environnement avec une faible profondeur de champ et de fondre l'arrière-plan dans un joli flou.

En macro, le phénomène est tout autre : plus la distance de mise au point est courte, plus la profondeur de champ est faible et, par conséquent, plus le flou d'arrière-plan est marqué. En utilisation macro à 16 cm, elle est extrêmement courte et nécessite une précision redoutable pour positionner le plan de netteté. La moindre erreur est immédiatement sanctionnée !

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1250 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/800 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/250 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw







> Téléchargez les fichiers originaux

Galerie terrain

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 160 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/2000 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/80 s, ouverture : f/8.0
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/400 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/320 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1000 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 800 ISO
Focale : 50 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 50 mm f/2,8 Macro
Télécharger le fichier raw


Verdict




Sony FE 50 mm f/2,8 Macro : verdict

Difficile de ne pas recommander le Sony FE 50 mm f/2,8 Macro, même si l'objectif ne nous convainc pas autant que son grand frère le 90 mm. En effet, la macro au rapport 1/1 est particulièrement difficile avec un 50 mm. La distance de mise au point est alors extrêmement courte et limite grandement le nombre de sujets qu'il est possible de photographier. La distance minimale de mise au point de ce 50 mm est de 16 cm contre 28 cm avec le 90 mm. De plus à f/2,8, la profondeur de champ est extrêmement courte et nécessite donc une extrême précision qu'il est impossible d'atteindre à main levée ou sur des sujets en mouvement. Comptez 1 cm de zone de netteté pour le 50 mm à f/2,8 et une distance de mise au point de 16 cm, contre 2 cm environ de zone de netteté pour le 90 mm à 28 cm. La différence ne semble pas très importante mais cela change tout !

Passé outre ces considérations d'usage — qu'il faut tout de même impérativement prendre en compte avant de vous lancer dans un tel achat —, force est de constater que ce 50 mm procure une excellente qualité d'image : homogénéité, piqué élevé (sauf à f/2,8), absence de distorsions et d'aberrations chromatiques. Bonne note également pour ce qui est de la prise en main et de la qualité de construction : on aurait juste aimé disposer d'un indicateur de distance de mise au point dynamique.

Au final, est-ce que cet objectif est un bon 50 mm pour un usage classique : oui ! Est-ce que dans ce cadre, il est meilleur que le 50 mm f/1,8 : non pas vraiment, même s'il dispose d'une meilleure qualité de fabrication. Est-ce que cet objectif est performant en macro : oui ! Est-ce que dans ce cadre, il est meilleur que le 90 mm f/2,8 macro : non, pas du tout. Pour les utilisateurs d'appareils A7 de première génération, n'oubliez pas que cet objectif n'est pas stabilisé ; il convient donc de faire attention aux flous de bougé en macro.

Points forts

Points faibles

Qualité de fabrication, prise en main

Pas de stabilisation optique

Bague de mise au point manuelle

Usage en macro à main levé très délicat

Qualité optique générale

Vignetage marqué aux plus grandes ouvertures

Homogénéité des images

Piqué en retrait à f/2,8

Niveau du piqué

 

Pas de distorsions

 

Pas d'aberrations chromatiques

 


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation