Samyang AF 14 mm f/2,8 FE ED AS IF UMC : les meilleures offres



Comme l'AF 50 mm f/1,4, le Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC se destine à l'univers Sony plein format (Full Frame) et ne sera disponible qu'en monture E. Fabriqué à partir de 14 éléments répartis en 10 groupes, il intègre 3 lentilles asphériques et 2 éléments en verre à très faible dispersion. Il profite du traitement de surface UMC commun aux autres objectifs de la marque et dispose d'un pare-soleil.

Son ouverture f/2,8 a été choisie pour ne pas trop alourdir le produit, qui pèse 500 g et mesure 97,7 mm de long. L'objectif couvre un champ de 113,9° en 24x36, mais pourra parfaitement être monté sur un appareil en monture E et capteur APS-C : son champ se réduira alors à 89,8°, soit une focale équivalente de 21 mm.

Sa distance minimale de mise au point est limitée à 20 cm, offrant un rapport de grandissement de 0,12x. On ne s'adonnera pas à la macro avec ce modèle, mais on pourra néanmoins laisser libre cours à sa créativité en termes de cadrage. Comme sur l'AF 50 mm f/1,4, on remarque que Samyang n'a pas jugé nécessaire de faire figurer une échelle de mise au point sur l'objectif. Si le design du produit y gagne un style très épuré, cette absence pourrait être gênante à l'usage.

Caractéristiques

Monture : E
Format couvert : 24 x 36 mm
Plage focale : 14 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C: 21 mm
Ouverture maximale : f/2,8
Ouverture minimale : f/22
Distance de mise au point : 0,2 m
Nombre de lamelles du diaphragme : 7
Construction : 14 lentilles réparties en 10 groupes
Éléments spécifiques : 3 lentilles asphériques
Échelle des distances : non
Rapport de reproduction : 0,12
Motorisation : oui
Stabilisation : non
Dimensions : 85,5 x 97,5 mm
Diamètre filtre : 85,5 mm
Poids : 505 g
Pare-soleil : oui
Étui souple : oui

Prise en main

Ce nouveau super grand-angle reprend les codes établis sur le récent 50 mm f/1,4, premier objectif de cette gamme autofocus chez Samyang. C'est donc avant tout un bel objet. Le design est élégant et épuré (peut-être un peu trop). Sa construction tout en métal inspire un sentiment de robustesse, l'objectif est agréable au toucher et visuellement du plus bel effet. Malheureusement, rien n'est prévu pour contrer les conditions délicates de prises de vues (pluie, poussière, humidité).



Malgré ses 14 lentilles et sa construction métal, ce 14 mm est assez léger (505 g). Il est relativement compact et bien proportionné à un boîtier du calibre d'un A7. Bon point, il jouit aussi d'une conception à mise au point interne : quelle que soit la distance de mise au point choisie, il conserve les mêmes dimensions.



L'unique bague de réglage est dédiée à la mise au point manuelle. Elle est large et assez confortable à utiliser, mais malheureusement, elle est beaucoup trop fluide (encore plus que sur le 50 mm) et manque donc de précision. De plus, il s'agit d'une bague de contrôle qui commande un moteur : on manque aussi de sensations. Il n'y a ni indicateur de distance de mise au point sur le dessus de l'objectif ni repères de butée pour indiquer la distance minimale de mise au point et l'infini. Au registre des absences, oubliez également l'interrupteur pour passer en manuel et la bague manuelle de diaphragme, qui aurait été la bienvenue.


Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un Sony A7R II de 42 Mpx) et de la taille de son capteur (24 x 36 mm pour l'A7R II). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'A7R II dispose d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Ce nouveau grand-angle inaugure en bêta test notre nouvelle scène test. Elle n'est pas encore définitive, certains éléments seront encore installés dans les zones vides dans les prochains jours. L'une des particularités de cette scène, comparée à l'ancienne, est sa taille. Elle est beaucoup plus grande, pour être mieux adaptée aux larges focales (mécaniquement positionnées plus loin).
Nous avons donc sélectionné de nouvelles zones de comparaison, qui peuvent encore évoluer dans les semaines à venir. Une fois que tout sera bien calé, nous devrons repasser sur cette scène une grande partie de nos objectifs de référence pour les futures comparaisons et duels. Enfin, dernier chantier, la mire qui nous sert à faire les mesures sous Imatest passera dans les prochaines semaines dans des proportions comparables à la nouvelle scène test.



Quant au Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC, c'est à f/11 qu'il délivre le meilleur de lui-même : un piqué très élevé sur l'ensemble de l'image. Dans l'ensemble, les résultats sont excellents de f/8 à f/16. Au-delà, la diffraction fait son apparition et fait chuter globalement le piqué. De f/2,8 à f/5,6, on déplore entre le centre et les bords des images un manque d'homogénéité dont il faudra tenir compte au moment du cadrage. Quoi qu'il en soit, le niveau de piqué au centre aux plus grandes ouvertures est satisfaisant, même s'il n'atteint pas les performances du 50 mm.



Testé avec Imatest




> Téléchargez les fichiers originaux

Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 14 mm monté sur un A7R II, équipé d’un capteur plein format. Cette focale est assez spécifique. L'ultra grand-angle, sans tomber dans le fisheye, ne convient pas à tous les sujets ; il peut s'avérer judicieux pour des reportages, des paysages ou certains portraits. En utilisant cet objectif sur un appareil équipé d'un capteur au format APS-C (un A6300, par exemple), on obtient un équivalent 21 mm (avec un coefficient de conversion de 1,5x).

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 200 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/20 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Cet objectif vignette, et ce, à toutes les ouvertures. Bien entendu, le phénomène est particulièrement visible et présent aux plus grandes ouvertures. Dès f/5,6, il se fait plus discret, mais demeure jusqu'à la plus petite ouverture.





> Téléchargez les fichiers originaux

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Assez peu de distorsions pour cet ultra grand-angle : un bon point ! Bien entendu, elles sont visibles sur de faibles distances de mise au point, mais avec un peu de recul (pour des paysages), elles se font beaucoup plus discrètes.



Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Ce 14 mm n'est pas un objectif ultra lumineux. En effet, son ouverture maximale est seulement de f/2,8. Les effets de profondeur de champ très marqués seront donc assez délicats à réaliser, d'autant plus avec une focale aussi large. Pour noyer son sujet dans un beau flou d'arrière-plan, il faudra user de faibles distances de mise au point et d'un écart important entre le sujet principal et l'arrière-plan. 

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/30 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/400 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/40 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1000 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw






> Téléchargez les fichiers originaux

Galerie terrain

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/800 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1000 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/500 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1000 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/1250 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 50 ISO
Focale : 14 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC
Télécharger le fichier raw

Verdict

Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC

Ce nouveau Samyang AF 14 mm f/2,8 ED IF UMC est une bonne nouvelle pour les utilisateurs d'hybrides Sony A7. En effet, c'est la première fois qu'il peuvent disposer d'un ultra grand-angle de ce type avec une telle ouverture. En focale fixe, il n'y a aucune alternative avec autofocus. Il existe seulement un zoom 16-35 mm, mais ouvrant à f/4. Dans l'univers des focales fixes manuelles, on peut compter sur un 20 mm f/1,8 chez Samyang ou un 21 mm f/2,8 chez Zeiss, mais ils couvrent un champ moins large.

La qualité optique que délivre ce 14 mm est plutôt bonne, malgré quelques défauts (manque d'homogénéité du piqué aux plus grandes ouvertures, vignetage très marqué et quelques aberrations chromatiques également aux plus grandes ouvertures). De f/8 à f/11 en revanche, la qualité d'image est impressionnante et l'objectif avale les 50 millions de pixels d'un A7R II sans sourciller.

Comme pour le 50 mm, nous avons été plutôt agréablement surpris par les performances de l'autofocus qui est vif, rapide et précis. Mais même constat : à l'heure où Samyang se tourne clairement vers la vidéo (gamme Xeen), et compte tenu du positionnement des Sony A7, il aurait été pertinent de proposer un autofocus exploitable en vidéo, or ce n'est pas vraiment le cas. Le moteur AF est beaucoup trop bruyant : dommage.

Notre principale frustration provient de la prise en main et plus particulièrement de la bague de mise au point manuelle qui manque totalement de caractère : là aussi, c'est vraiment dommage. On aurait de plus aimé disposer d'un indicateur de distance de mise au point dynamique et d'une bague de diaphragme manuelle. Pour le reste, l'objectif est bien proportionné, profite d'une belle qualité de fabrication et d'un design discret.

Si Samyang veut clairement se positionner face à Sony ou même Zeiss (gamme Batis) avec ses objectifs autofocus, il va falloir que la marque franchisse également un cap au niveau de la prise en main de ses objectifs : il y a encore du travail et des points à améliorer. Pour le reste, force est de constater qu'ils assurent leur promesse (autofocus, qualité optique).

Points forts

Points faibles

Qualité optique entre f/8 et f/11 (homogénéité et piqué)

Manque d'homogénéité du piqué aux plus grandes ouvertures

Performance de l'autofocus en photo

Vignetage marqué

Faibles distorsions

Aberrations chromatiques aux plus grandes ouvertures

Gabarit, qualité de fabrication, design

Bague de mise au point manuelle

 

Bruit de l'autofocus en vidéo

 

Pas d'indicateur de distance de mise au point

 

Pas de bague manuelle de diaphragme



Samyang AF 14 mm f/2,8 FE ED AS IF UMC : les meilleures offres

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation