Julie PoncetNous avons fait la connaissance de Julie Poncet cet été aux Rencontres d'Arles 2016, à la Little Big Galerie où elle nous avait d'ailleurs fait disparaître dans l'un de ses "Wall Flowers".

Née en 1982, Julie Poncet est auteure-photographe depuis 2013. Après cinq ans d'expatriation au Maroc en tant qu'agronome, elle se tourne vers la photographie et en explore les capacités narratives. Ses travaux ont retenu l'attention du Prix Picto de la jeune photographie mode (finaliste 2014) et de la Bourse du Talent.

Sa démarche photographique est scénaristique : elle puise son inspiration tant chez les photographes (Erwin Olaf, Mac Adams) que chez les réalisateurs (Alfred Hitchcock, Wong Kar-wai).
Julie Poncet s'inscrit dans la continuité du Narrative Art et conduit le spectateur à pénétrer dans un univers, à se l'approprier pour y construire sa propre histoire : ses photos constituent un point de départ vers une narration qu'il appartient à chacun de construire ou de compléter.

Chaque série, et au sein d'elle chaque photo, met ainsi en place un cadre où les détails ont toute leur importance. De l'ambiance générale de la série aux moindres accessoires dans chaque image, tout est pensé pour constituer un univers à part entière. Un univers tantôt sombre, tantôt acidulé, que le spectateur est invité à explorer ; atmosphères et décors rétro, souvent créés de toute pièce, design ou vintage, constituent le cadre dans lequel évoluent les personnages mis en scène. Au fil des séries, ceux-ci se découvrent petit à petit, au gré des indices distillés de façon plus ou moins explicite. Dans cette démarche de narration suspendue, en pointillés, il appartient au spectateur de revenir plusieurs fois sur chaque scène, afin de discerner peu à peu l'intention de l'auteur.

Le rôle du spectateur est ainsi accru : il est invité à jouer avec les différents angles de vue proposés et navigue dans un univers fugace où les apparences sont souvent trompeuses. Et le travail en diptyque tient une place importante dans ce processus : l’appréhension de la seconde image invite le spectateur à s’interroger, voire à réinterroger sa première lecture et sa perception initiale.

Nous avons choisi ici de présenter sa série Petits Meurtres en couple. Chacun des diptyques juxtapose un portrait, extrait d’une scène de vie quotidienne d’apparence banale, et une scène de crime issue de la même scène, vue sous un autre angle. Révisant son jugement initial à la lecture de la seconde image, le spectateur est invité à reconstituer librement ce qui a pu déclencher le drame conjugal à partir de ses projections personnelles. Entre glamour et cynisme, à chacun de faire la part entre le fantasme cathartique et la réalité. En inscrivant sa série dans les années 1950, Julie Poncet nous invite aussi à questionner les clichés sexistes sur le couple. Nous avons voulu en savoir plus.

Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple
Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple

Focus Numérique – En parcourant ton site Internet, nous avons immédiatement été séduits par la série Petits Meurtres en couple : une belle réalisation plastique et une intrigue qui nous pousse à imaginer la deuxième image avant de la découvrir. Peux-tu nous en dire plus ? Comment est née cette série ?

Julie Poncet – C'est une série de diptyques inspirée de la série Mysteries (1973-1980) de Mac Adams. Elle est née à la suite d'une lecture de portfolio d’une précédente série inspirée du film Les Diaboliques. J’ai eu envie d’explorer plus en profondeur le travail en diptyque, et l’ambivalence des personnages dans une ambiance noire. Les Diaboliques mettant en scène une histoire de meurtre au sein d’un trio amoureux, les Petits Meurtres en couple étaient une suite logique.

Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple
Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple

Focus Numérique – Comment se déroulent les prises de vue ?

Julie Poncet – Comme pour chaque série, une fois que j’ai l’idée générale, j’essaie de la décliner en une quinzaine de visuels. Je réfléchis aussi en fonction des lieux auxquels j’ai accès. J’ai réalisé ces diptyques en faisant appel à de vrais couples la plupart du temps, chacun pouvant "tuer" l’autre à tour de rôle. Comme ça, pas de jaloux !

Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple
Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple

Focus Numérique – La série est-elle achevée ?

Julie Poncet – La série est toujours en cours : il reste encore 3-4 meurtres en stock, manquent encore les lieux. Mais ça viendra !

Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple
Photo Julie Poncet, Série Petits Meurtres en couple
Crédit pour toutes les photos : Julie Poncet

> Le site de Julie Poncet
> La page Facebook de Julie Poncet

> Tous nos portfolios
> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation