Latitude d'exposition

Pour vérifier la latitude d'exposition d'un point de vue "artistique", nous avons photographié notre scène test sur une plage de +/-5 IL et corrigé les fichiers bruts avec le logiciel maison DPP 4 afin d'obtenir une exposition similaire. Nous vérifions que les images sont semblables avec une latitude de correction de +/-3 IL, le logiciel Canon ne pouvant pas aller au-delà.

Surexposition

Les fichiers du Canon EOS 5D Mark IV montre une latitude de recouvrement des détails pour les images surexposées assez classique, de 1,6 IL. Au-delà, certains détails sont définitivement perdus.



Nous avons reconduit nos mesures en réalisant des conversions des fichiers bruts DPR (Dual Pixel Raw). Les résultats sont sensiblement similaires.


Sous-exposition

En sous-exposition, le 5D Mark IV se comporte assez classiquement aussi : vous pouvez récupérer des informations assez facilement jusqu'à - 3 IL. Il est même fort probable qu'on puisse récupérer des détails jusqu'à -4 IL sans faire trop grimper le bruit électronique, mais malheureusement, les fichiers bruts ne sont pas encore pris en charge par Adobe Lightroom.

Là aussi, nous avons réalisé des tests avec les fichiers DPR et là aussi, les résultats sont identiques.


Dual Pixel RAW

En somme, les fichiers bruts du Canon 5D Mark IV se montrent assez classiques. Dans les hautes lumières, le reflex est même assez loin de ce que propose le Sony A7R II, qui permet de recouvrir de détails jusqu'à -3 IL.

Nous pensions que les RAW DPR apporteraient plus de souplesse de travail, d'autant plus que les développeurs de rawDigger ont montré que les deux fichiers bruts n'étaient pas exposés de la même manière, le "second" RAW apparaissant sous-exposé d'environ 1 IL. Malheureusement, cette possibilité ne semble pas encore exploitée par le logiciel de Canon DPP 4.

Pour montrer la différence d'exposition entre les deux RAW embarqués dans les DPR, nous avons photographié le canal Saint-Martin avec un ciel bas, et ouvert notre image avec rawDigger qui est déjà en mesure de lire les deux fichiers.

Le premier cliché montre clairement que le ciel présente des zones surexposées (en rouge), ce que confirme l'histogramme associé. Ainsi, les deux canaux verts sont saturés, comme le montre le "mur" à droite des histogrammes.



En ouvrant la "seconde" vue du fichier DPR, les résultats sont différents : le ciel ne présente plus du tout de surexposition et les canaux verts ne sont plus "clippés". Les deux images ne sont exposées de la même manière.



Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation