Protocole de test

Rendu des couleurs

Nous effectuons une première série de mesures sur l'écran en configuration usine afin de connaître ses caractéristiques : point blanc, luminance, gamut. Nous réalisons ensuite un étalonnage manuel (point blanc, luminosité) de l'écran à l'aide du logiciel X-Rite i1 Profiler.

Pour cet écran calibré Rec.709, nous avons également le logiciel CalMAN. Dans ce cas, ses paramètres sont :
  • – point blanc : 6 500 K
  • – luminance : 120 cd/m²
  • – gamma : 2,4

Une fois le profil réalisé, nous effectuons à nouveau une série de tests avec PatchTool. Le premier, le Quick-Test, permet de mesurer le rendu des couleurs des différentes primaires (RVB). Le logiciel permet également de vérifier la température des couleurs sur la gamme de gris, mais également la fidélité des couleurs pour les primaires. Les mesures des différences des couleurs sont exprimées en delta E2000.

En plus des primaires et de la gamme de gris, nous réalisons des mesures sur une série de couleurs usuelles. Pour cela, nous utilisons toujours PatchTool avec la mire de test SWOP2600. Les couleurs correspondent à des couleurs imprimables. Le gamut de la charte se situe donc à l'intérieur de l'espace Adobe RVB. Là encore, nos mesures de fidélité sont exprimées en delta E2000, qui est la méthode de calcul la plus précise pour les couleurs affichées sur un écran.

Si l'écran dispose d'un système d'étalonnage matériel, celui-ci est naturellement mis en œuvre pour vérifier son fonctionnement.

Uniformité

Nous utilisons la procédure de vérification du logiciel i1 Profiler de X-Rite. L'écran est divisé en 9 parties dans lesquelles la luminance et la température de couleur sont mesurées.

Temps de rémanence

La rémanence mesure la vitesse à laquelle l'écran fait réellement disparaître une image après son affichage. Plus la rémanence est forte, plus les mouvements des objets paraissent flous. Par exemple, avec un écran très mauvais, si un objet traverse l'écran d'un point A à un point D en passant par B et C, des traces de l'objet seront encore légèrement visibles en B et très visibles en C, alors que l'objet sera déjà arrivé en D. Nous filmons le déplacement d'un objet à l'aide d'une caméra à 1 000 ips afin de mesurer facilement le temps d'affichage des images fantômes.

Énergie

La consommation électrique est relevée à l'aide d'un wattmètre, à la fois en réglages usine et une fois l'écran étalonné.

Rendu des couleurs : réglages usine

Nous avons réalisé les tests en configurant l'écran en mode Rec. 709 via l'OSD

Pour cette première série de tests, nous donc avons utilisé le logiciel CalMAN qui est plus spécialisé dans le calibrage de téléviseurs et q dispose d'options pour réaliser des mesures avec le gamut Rec. 709.

Par défaut, la luminance est très élevée (presque 350 cd/m²), mais la fidélité des couleurs est très satisfaisante avec un delta E2000 moyen de 1,6.

BenQ PV3200PT test review Rec.709

C'est donc un bon départ pour cet écran. Notez que la norme Rec. 709 impose une correction de gamma à 2,4, ce que confirme le rapport de CalMAN.

BenQ PV3200PT test review Rec.709

Rendu des couleurs : étalonnage matériel

L'écran dispose d'une LUT interne codée sur 14 bits qui permet un étalonnage matériel (le codage des tables de correspondances est fait par l'écran et non par la carte graphique).

Pour notre test, nous allons utiliser un nouveau logiciel d'étalonnage conçu par BenQ : Palette Master Elements.

Le logiciel est assez simple à mettre en œuvre et fonctionne aussi bien avec la dernière sonde X-Rite i1 Display Pro que les plus anciennes (Display 2, i1Pro / Pro2 et même la Spyder4 de Datacolor). Bon point, il est disponible sous Windows, mais aussi sous Mac OS X.



Le logiciel permet une personnalisation assez poussée des réglages en mode avancé. Ainsi, le sRVB et l'AdobeRVB sont configurés pour une température des couleurs à 6 500 K, que certains trouveront trop froide. Il sera alors possible de fixer le point blanc à la température désirée.

Vous pouvez également enregistrer deux réglages Cal1/Cal2 pour basculer rapidement d'un mode photo à un mode bureautique, par exemple. Naturellement, le réglage Rec. 709 est disponible dans cette version du logiciel.

Nous allons d'ailleurs commencer à mesurer les écarts entre la version usine et une version "calibrée maison".

BenQ PV3200PT calibrage rec709 palette master

Les résultats donnés par le logiciel sont très réconfortants, et même tout simplement excellents, avec un delta E moyen de 0,38, et une meilleure fidélité des couleurs.

BenQ PV3200PT calibrage rec709 palette master

Pour nous assurer des résultats, nous repassons l'écran sous la loupe de CalMAN et là, c'est la douche froide : les résultats ne sont pas du tout cohérents. Les joies de la gestion de la couleur, des sondes et des logiciels de calibrage... Qui dit vrai ? Le delta E moyen grimpe ici à 3, ce qui est encore raisonnable, mais moins performant que le réglage usine du moniteur.

BenQ PV3200PT résultats après calibrage rec709

Rendu des primaires RVB

Nous utilisons le logiciel PatchTool de BabelColor afin de vérifier l'espace colorimétrique, la température des couleurs et le rendu des primaires.

Penchons-nous maintenant sur le rendu photo avec l'espace colorométrique sRVB. Cette fois, nous utilisons le logiciel PatchTool après un calibrage avec Palette Master. Dans ce cas, les résultats sont un peu plus cohérents. Le logiciel BenQ indique de très bons résultats :

BenQ PV3200PT palette sRVB résultats BenQ après calibrage

Ils sont toutefois assez optimistes par rapport aux résultats avancés par PatchTool. Le delta E moyen tourne autour de 1,35 — ce qui reste très bon.

BenQ PV3200PT test review mesure après calibrage : sRVB, résultats PatchTool

La température des couleurs est excellente (6 543 pour 6 500 K demandés) et la luminance, assez fiable (123 cd/m² pour 120 demandés). Le gamut couvert par l'écran est identique au sRVB, la couverture est donc de 100 %.

Couleurs usuelles

Avec les couleurs usuelles (ColorChecker), les résultats sont excellents : pour les 24 couleurs de la mire, le delta E2000 moyen est à 1. Rien à redire.

BenQ PV3200PT test review mesure après calibrage gretag

Nous poursuivons nos mesures avec une belle palette de couleurs imprimables. Même constat : l'écran BenQ est d'une très grande qualité, avec delta E2000 moyen à 1,46. Tout cela est très bon.

BenQ PV3200PT test review mesure après calibrage SWOP

Homogénéité

L'homogénéité de l'écran est correcte et les écarts entre les différentes zones mesurées ne dépassent pas 15 %. C'est dans une bonne moyenne, sans être exceptionnel, d'autant que la compensation de l'éclairage est activée. Certains fabricants arrivent à de meilleurs résultats avec des dalles beaucoup plus grandes.

BenQ PV3200PT, test review, uniformité

Temps de rémanence

La rémanence est en vidéo est un paramètre particulièrement important.

Dans ce domaine, le BenQ PV3200PT n'est pas vraiment exemplaire. Si le temps de rémanence mesuré à 11 ms est assez classique pour une dalle IPS, on note sur les vidéos un effet assez important de reverse ghosting (les fameuses images fantômes).

C'est dû à l'overdrive. Cette technique permet, par une surtension appliquée aux cristaux liquides, d'accélérer leur changement de position. Cela permet d'afficher des images en mouvement plus nettes, ce qui est recherché en vidéo. Parfois toutefois, cet overdrive est trop poussé et le changement de position est trop important : il faut alors un peu de temps pour qu'ils reviennent dans la position voulue. C'est là que l'image fantôme apparaît. Certains moniteurs permettent de moduler l'overdrive pour trouver un bon équilibre entre netteté et reverse ghosting. Ce n'est malheureusement pas le cas sur l'écran BenQ.



Vous pouvez opter pour une suppression de l'overdrive, ce qui règle ce problème, mais laisse une image un peu floue sur les mouvements rapides.

> Tous les écrans art graphique testés
> Toute l'actualité (tests et articles)

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation