Après vous avoir parlé du matériel nécessaire à la pratique de la macro, être partis à la découverte des images très composées de Stéphane Hette, de l'univers onirique de Sophie Thouvenin, des détails déconcertants de Ludovic Salomon ou encore des cristaux neigeux d'Alexey Kljatov, il est temps de passer à la pratique.

Il y a un mois et demi, nous avions consacré l'un de nos articles à la photographie de fleurs. Nous y avions parlé un peu de macro, mais pas seulement, et nous nous étions surtout concentrés sur notre sujet (les fleurs). Dans cet article, nous avons donc choisi d'aborder la macro d'un point de vue technique, en variant les applications. Car le bonheur de la macro, c'est de découvrir dans chaque petit détail de ce qui nous entoure une multitude de sujets possibles.

photo macro pascale brites

Le matériel

Nous n'allons pas revenir pour la énième fois sur la différence entre proxiphotographie, macrophotographie et hypermacrophotographie : ces termes ont été traités dans notre glossaire sur les notions importantes en macro.

Ce qu'il est important de prendre en considération, c'est qu'un appareil permettant d'atteindre le rapport 1:1 n'est pas indispensable pour réaliser de belles images de petits sujets. D'ailleurs, si vous observez un grand nombre de photographies de fleurs, d'insectes ou d'oiseaux publiées par des photographes naturalistes, il n'est pas rare qu'elles ne soient pas réalisées avec un aussi fort grossissement. Certains zooms estampillés "macro" mais ne dépassant pas le rapport 1:2 ou 1:3 seront parfaitement suffisants pour débuter et réaliser de belles images.

Néanmoins, utiliser un matériel permettant d'atteindre le domaine de la macrophotographie ou l'hypermacrophotographie fait immédiatement basculer dans une esthétique particulière et pleine de charme. Il permet de mettre en évidence des détails tellement fins qu'on les découvre souvent sur l'image, voire des éléments invisibles à l'œil nu.

macro pascale brites
f/3,5, 1/400 s, 100 ISO.

Système optique

Pour réaliser des photos macro, il n'est pas indispensable de posséder un reflex. Certains compacts ou bridges sont parfaitement à même d'atteindre de forts rapports de grossissement pour un investissement modéré et un encombrement réduit.

Il faudra cependant supporter les défauts inhérents à la petitesse de leurs capteurs, à savoir un bruit très vite handicapant en haute sensibilité. Pour cette raison, on leur préférera souvent les reflex ou les hybrides, qui permettent de travailler en conditions de faible lumière et d'obtenir des images piquées.

Le meilleur confort de travail est obtenu en employant un objectif macro autorisant les mises au point très proches et dont les performances optiques sont optimisées pour de courtes distances. Ce sont souvent des objectifs au piqué étonnant, qui ne se limitent pas forcément aux sujets de petite taille mais sont aussi très appréciés des portraitistes. Malheureusement, le ticket d'entrée est relativement élevé (voir notre guide d'achat).

bague allonge
La bague-allonge Savage possède une longueur variable, entre 40 et 56 mm.

Avant d'investir dans ce type d'objectif, la bonne solution pourrait donc être d'acheter une bague-allonge qui se monte simplement entre l'appareil et l'objectif : très bon marché, elle peut s'associer à tous vos objectifs et augmentera sensiblement leur grossissement. En débutant ainsi, vous pourrez vous familiariser avec la macro avant d'investir dans un objectif dédié si vous en ressentez le besoin. De plus, cette bague étant logiquement compatible avec l'objectif macro que vous achèterez par la suite, elle vous permettra de dépasser le rapport 1:1 et d'étendre son domaine d'application.

macro pascale brites

La macro n'est pas réservée aux plantes et aux insectes. Utilisée dans d'autres domaines, elle peut suggérer la douceur, être employée pour des compositions graphiques ou encore souligner une matière.

Quand tout bouge

Photographier un champ très étroit fait réaliser combien il est difficile de rester parfaitement immobile. Ajoutez à cela la profondeur de champ extrêmement faible induite par la courte distance de mise au point et vous constaterez bien vite qu'il est presque impossible de photographier à de forts rapports de grandissement à main levée et à pleine ouverture.

macro pascale brites
Ces trois images composées à main levée à f/3,2 à quelques centimètres du sujet montrent combien il est difficile de rester immobile pour faire le point au bon endroit.

La première solution consiste à fermer le diaphragme. Mais malgré cela, la profondeur de champ reste incroyablement faible : diaphragme fermé à f/16 au rapport 1:1, elle n'excède pas quelques millimètres. De plus, si vous n'utilisez pas un objectif à mise au point interne ou que vous employez une bague-allonge, la perte de lumière induite par le tirage plus important vous imposera de diminuer votre vitesse d'obturation ou d'utiliser de hautes sensibilités qui vont nuire au modelé des zones floues et à la restitution de fins détails. Il faudra donc faire des choix entre une vitesse élevée pour obtenir une image nette, une profondeur de champ suffisante pour couvrir la taille de votre sujet et une sensibilité basse pour conserver une bonne qualité d'image.

Pour cela, le trépied s'impose comme un accessoire indispensable pour un grand nombre de macrophotographes. Idéal pour des sujets immobiles autour desquels on va pouvoir prendre le temps de placer son matériel afin de composer son image avec soin, son usage ne résout tout de même pas tous les problèmes pour les petites bêtes.

libellule macro pascale brites
f/5,6, 1/750 s, 100 ISO.

Sur les sujets mobiles, il faudra faire preuve d'un certain talent d'observation pour repérer les plantes hôtes des différents insectes, vous armer de patience pour attendre que votre sujet vienne se placer et réagir vite pour déclencher au moment opportun. Malgré toutes les précautions, que vous utilisiez ou non un trépied, vous devrez sans doute faire plusieurs essais pour espérer obtenir le cliché que vous avez en tête. L'autofocus étant également source fréquente d'images ratées, on préférera travailler en manuel.

macro pascale brites
Difficile de faire le point en macro. Sur ces deux images réalisées à f/3,5 avec une profondeur de champ qui n'excède pas 2 millimètres, on voit qu'un très léger coup de vent ou mouvement du photographe va rendre le pistil flou ou net.

La lumière

Fort grandissement et faible ouverture de diaphragme rendent les besoins en lumière plus importants en macro. Le flash annulaire est d'un bon secours : attaché à l'avant de l'objectif, il ne demande pas de manipulation particulière et évite l'apparition d'ombres portées.

Sa proximité avec le sujet et ses faibles possibilités de réglages engendrent cependant une lumière assez plate, qui le rend moins intéressant qu'un éclairage créatif à l'aide de plusieurs cobras. La solution proposée par Nikon avec le kit macro Nikon R1C1 est en ce sens un compromis judicieux pour son ergonomie et sa compatibilité avec le système flash de la marque.

macro escargot pascale brites

Si vous n'êtes pas adepte de la photographie au flash et préférez l'éclairage naturel, vous pouvez parfaitement vous affranchir de cet accessoire pour jouer avec la lumière du soleil. N'hésitez pas à travailler en contre-jour, pour mettre en évidence la transparence et la structure des végétaux. Vous pourrez aussi photographier les insectes en ombre chinoise en cadrant le soleil de pleine face.

Pour déboucher une ombre sur votre sujet, pensez à prendre un petit réflecteur : un simple carton blanc fera l'affaire, étant donnée la taille du sujet. N'ayez pas peur des forts contrastes. De manière générale, les photographies en macro se distinguent par leur sens graphique dans lequel contraste et saturation jouent un rôle important. Vous serez sans doute amené à reprendre vos fichiers bruts en retouche pour accentuer un peu ces paramètres.

goutte macro pascale brites
Le graphisme des images macro autorise quelques libertés en retouche. Ici, la dominante bleue a été créée en effectuant un réglage de balance des blancs sur le fichier RAW.

macro toile araignée pascale brites
Le traitement noir et blanc se prête aussi assez bien aux macros.

Point de vue et cadrage

Se placer correctement par rapport à son sujet est une notion de base propre à tout type de photographie. Mais son importance est d'autant plus grande en macro que la petitesse du sujet demande un placement très précis.

macro papillon pascale brites
À f/3,2, la profondeur de champ est trop faible pour que l'ensemble du papillon soit net.

À moins de vouloir retranscrire la matière d'une surface plane ou la forme d'une fleur par une prise de vue frontale, placez-vous au ras du sol ou de la surface de votre sujet. Ainsi, vous découvrirez un petit monde invisible en temps normal. Vous serez également en meilleure posture pour photographier votre sujet de manière à ce qu'il se détache d'un fond bien flou.

Si vous employez un téléobjectif, vous serez sans doute tenté de réaliser des très gros plans. Mais s'il est toujours impressionnant de distinguer les yeux d'un insecte microscopique, pensez également à présenter la plante sur laquelle il se trouve et les autres fleurs autour. Pour cela, utilisez un objectif proche de la focale normale ou un grand-angle afin d'inclure votre sujet dans son environnement.

macro goutte pascale brites

Tournez autour de votre sujet et regardez-le sous différents angles : vous passerez vite de la photo plate et sans intérêt à une vision plus graphique. Comme souvent, seule la pratique vous aidera à parfaire votre technique.

Alors avant de vous attaquer aux petites bêtes, observez tous les éléments qui vous entourent. Nous avons déjà consacré un tutoriel à la photo de fleur, sujet inépuisable en macro, mais nous aurions pu le faire avec l'eau, n'importe quelle matière végétale ou minérale ou encore les petits objets du quotidien. Vu sous l'angle de l'infiniment petit, les choses les plus banales peuvent se révéler les sujets les plus intéressants. Le meilleur conseil pratique que nous puissions vous donner est donc de vous saisir de votre appareil et d'observer ce qui vous entoure à travers votre viseur. Il se pourrait qu'en peu de temps, vous deveniez complètement accro à la macro !

> Dossier – Tout savoir, tout comprendre, tout faire en macrophotographie
> Tous nos tutoriels
> Toute l'actualité (articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation