Photographe autodidacte, Sophie Thouvenin s'est depuis 15 ans fait un nom comme auteure dans un univers qui mêle rêverie et poésie. Ses domaines de prédilection sont le portrait et la macrophotographie qu'elle pratique à l'instinct, avec des images souvent abstraites.

En 1999, elle a créé le site prismes.com sur lequel elle diffuse ses créations. Elle vend ses images sous forme de tirages sur différents supports, mais collabore aussi avec la presse, l'édition et le monde de la décoration. Elle a accepté de répondre à nos questions et d'illustrer ce portfolio d'une dizaine d'images issues de sa série Abstraction.

Sophie Thouvenin Badminton
Badminton. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Comment êtes-vous venue à la macrophotographie et pourquoi en avoir fait une pratique presque exclusive ?

Sophie Thouvenin – Je suis venue à la macrophotographie très naturellement, car j'avais envie de m'approcher de mes sujets, de montrer et de sublimer les détails des choses. La macrophotographie m'a ramenée à mon enfance, lorsque je passais des heures à contempler le monde qui m'entourait. C'était donc la sensation d'arriver "chez moi". En revanche, je n'en ai pas fait une pratique exclusive. Mais c'est dans la macro que j'exprime mon univers personnel. Dans le portrait aussi, mais c'est sans doute moins flagrant.

Sophie Thouvenin Phoenix
Phoenix. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – À la différence des photographies macro descriptives et parfaitement nettes qu'on voit le plus souvent, vos images sont majoritairement abstraites ou peu détaillées. Pourquoi ce choix ? Les autres photos de macro ne vous parlent-elles pas ?

Sophie Thouvenin – Ce n'est pas réellement un choix, c'est surtout ainsi que je vois les choses. L'abstraction, c'est le rêve, c'est ce qui permet de prendre de la distance avec le sujet, tout en le sublimant. Il y a là un équilibre à trouver. Les autres photos macros me parlent, même les très nettes. J'admire alors la performance technique, mais je ne trouve pas cela très intéressant.

Cellular Sophie Thouvenin
Cellular. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Vous citez souvent comme source d'inspiration la peinture ou le cinéma, mais presque jamais des personnes qui pratiquent de la macro. Pensez-vous être plus inspirée par des univers que par les images d'autres personnes ?

Sophie Thouvenin – Il se trouve que lorsque j'ai commencé la macro, je ne savais même pas que c'était de la "macro". Je n'ai pris exemple sur personne, j'ai tracé ma propre route. A l'époque où j'ai fait mon site Internet, en 1999, j'ai bien vu que ce que je faisais étonnait beaucoup, je ne trouvais pas d'autres photographes qui s'étaient engagés sur le même chemin que moi. C'est seulement là que j'ai presque "décidé" de ne surtout pas regarder ailleurs, pour garder ma propre identité.

Donc oui, je suis inspirée par des univers (sous toutes les formes), et pas vraiment par d'autres personnes.

Plastic Dream Sophie Thouvenin
Plastic Dream. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Comment se déroule votre processus de prise de vue ? Planifiez-vous vos séances et réalisez-vous des mises en scène ?

Sophie Thouvenin – En général, je ne planifie rien. Un sujet va m'inspirer, et c'est spontanément que je vais commencer à faire des images, si la lumière disponible le permet. Je ne fais pas vraiment de mise en scène, je tourne simplement autour du sujet.

Sophie Thouvenin toile
Toile. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Quel matériel utilisez-vous et quelle importance représente-t-il dans votre démarche ?

Sophie Thouvenin – J'ai un Nikon D600 et un objectif macro 105 mm Nikkor. C'est tout.
L'importance du matériel est minime. Je lui demande simplement de me permettre de montrer ce que je vois. À part ça, je ne suis pas du tout intéressée par la question de la technique. Je fais en sorte de l'oublier, comme si je maniais un crayon de couleur.

memoire Sophie Thouvenin
Mémoire. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Utilisez-vous de la lumière artificielle ?

Sophie Thouvenin – Non, jamais. Ce qui m'intéresse, c'est de jouer avec la lumière disponible, quitte à ne pas pouvoir parfois faire de photos. J'aime cet aléa, cette contrainte.

Papillon Sophie Thouvenin
Papillon. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Vous avez également une passion pour le Polaroid SX70. À quel type
de prise de vue le réservez-vous et vous en servez-vous en macro ?


Sophie Thouvenin – Le Polaroid Sx70 est un très bel objet, que j'aime beaucoup. Là, contrairement à l'appareil numérique, le matériel a toute son importance, sa personnalité. J'aime le manipuler, ses bruits, ses parfums de chimie. Je m'en sert pour des sujets "de loin", jamais en macro. Plus pour des ambiances et sujets "vintage", auquel le Polaroid se prête particulièrement bien.

Medication Sophie Thouvenin
Medication. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Vous avez des sujets récurrents dans vos images : les fleurs, l'eau, les yeux. Comment faites-vous pour sans cesse vous renouveler autour d'un même sujet ?

Sophie Thouvenin – Sans doute suffit-il d'une lumière, ou d'un détail qui sera différent de la fois précédente, pour que l'inspiration se renouvelle. En macro, tout peut changer si l'on choisit le point de netteté au millimètre 1 ou au millimètre 2 !

Sophie Thouvenin Cellular2
Cellular 2. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Vous réalisez souvent des recadrages carrés de vos images, des conversions en noir et blanc et travaillez manifestement avec soin les contrastes et la balance couleur. Quelle place occupe la post-production dans votre activité photographique ? Anticipez-vous ces traitements à la prise de vue ?

Sophie Thouvenin – Non, je n'anticipe pas. Je travaille mes images avec soin, oui, mais très rapidement. Je n'ai pas envie d'y passer du temps. Mais cela dépend des thèmes abordés. Pour le végétal, j'aurai tendance à rester fidèle au réel, et pour l'abstraction, je m'amuse, je digresse.

Sieste Sophie Thouvenin
Sieste. Photo Sophie Thouvenin

Focus Numérique – Vous proposez depuis peu une formation sur la macro créative au studio Jiminy. Quel en est le contenu et quels sont les grands principes que vous souhaitez faire passer ?

Sophie Thouvenin – L'équipe de Studio Jiminy m'a suivie dans mes recherches, dans mon approche. Différents thèmes sont abordés : l'œil, la fleur, les bulles, et la poupée. J'y explique comment je travaille, ce que je recherche, ce que je tente de transmettre. Mais la chose la plus importante que je souhaite faire passer c'est : amusez-vous, ne vous encombrez pas trop du matériel, et laissez-vous porter par votre imagination.

> Le site Internet de Sophie Thouvenin

> Dossier – Tout savoir, tout comprendre, tout faire en macrophotographie
> Tous nos portfolios

> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation