Il faut avouer que c'est un peu par hasard que nous sommes tombé sur le travail de Ludovic Salomon. Une image perdue parmi des milliers fournies par un moteur de recherche bien connu, mais qui nous a tapé dans l’œil au point de vouloir en savoir un peu plus. Sur la photo bien sûr, mais surtout sur le travail qui se cache derrière ! Conversation entre la Guyane qui finit sa journée au son des oiseaux tropicaux et une Europe enveloppée de nuit noire et silencieuse.

Photo Ludovic Salmon
Café fractal. © Ludovic Salomon

Focus numérique – Cette photo fait son petit effet. Notre cerveau cherche des éléments qui peuvent l'aider à identifier ce qu'il perçoit... C'est assez troublant... Qu'est-ce que c'est ?

Ludovic Salomon – Oui, vous avez bien choisi. C'est une photo qui percute souvent les gens ! Ils me demandent souvent ce que j'ai photographié : un œil de reptile ? Une broche ? Eh bien pas du tout. C'est une bulle dans mon bol de café du matin où se reflètent les rayures d'un store jaune et blanc éclairé par le soleil qui tape ! La partie centrale qui rappelle une pupille, c'est mon ombre ! Ici, j'ai juste recadré pour centrer sur cet ensemble de bulles et enlevé simplement quelques impuretés. C'est tout !

Focus numérique – Cette image est très lumineuse et les rendus, très précis... Quel genre d'appareil utilisez-vous ?

Ludovic Salomon – Un vieux bridge Sony d'il y a environ 5-6 ans. Je ne sais même pas de tête le nom du modèle ni le nombre de pixels du capteur. Dans ce genre de photo, ce n'est pas le matériel qui fait la photo...

Photo Ludovic Salmon
Oxygénation. © Ludovic Salomon

Focus numérique – Dans votre portfolio, quelles sont les images que vous aimez particulièrement ?

Ludovic Salomon – Il y en a deux en fait... La première, je l'ai appelée dans mon livre Oxygénation. Ce sont en fait deux gouttes d'eau prises sur un parterre de mousse qui est derrière la maison. L'eau provient de l'évacuation d'un climatiseur et les micro-bulles d'air renferment l'oxygène que les mousses rejettent ! Ce que j'aime bien, c'est que l'image rappelle les paysages d'ici vus en photo aérienne... En fait, en brouillant les échelles, mes images se placent dans la ligne des objets fractals, c'est-à-dire la reproduction à l'infini d'un même objet à des échelles différentes... Mes gouttes d'eau peuvent rappeler des lacs perchés dans une forêt tropicale.

C'est la même chose avec Exoplanète. Cette espèce de sphère jaune striée de couleur est une graine de palmier. Elle flottait en bord de plage. Je l'ai ramassée et disposée simplement sur un fond noir pour l'isoler. À une échelle de l'infini grand, cette sphère rappelle une planète hors de notre système solaire (ou même le noyau de la terre), et le noir infini de l'espace... J'aime ne pas livrer d'indice ; j'élimine tout ce qui peut donner une indication. Mais mon approche est avant tout scientifique. Le côté esthétique, c'est davantage pour interpeller les gens. Grâce à mes images, je peux parler de la mécanique des fluides, de l'érosion, de la fragmentation des choses, de la cristallisation ou même du réchauffement de la planète, puisque j'ai proposé Exoplanète dans un concours sur ce thème.

Photo Ludovic Salmon
Exoplanète. © Ludovic Salomon

Focus numérique – Que faites-vous de ces images ? Quelle est leur vie ?

Ludovic Salomon – J'ai publié un livre à compte d'auteur ; cent exemplaires, qui ont été épuisés très rapidement. Mais en septembre, je vais lancer à la rentrée une autre campagne de financement participatif pour une nouvelle édition. Il n'y aura que peu de corrections ou d'ajouts. Côté expo, j'en ai fait quelques-unes à Kourou, Lyon et Paris il y a quelques années, mais je n'en ai pas pour le moment en prévision.

Photo Ludovic Salmon
Fougères boréales (qui sont en fait de la formation de cristaux de givre sur un pare-brise). © Ludovic Salomon

Focus numérique – Êtes-vous entré dans la photo par la photo ? Est-ce une photo qui vous a donné l'envie de photographier ?

Ludovic Salomon – Non, pas tellement. Pas du tout même. Mais je suis inspiré par les artistes comme Escher ou Gaudi, et le fameux livre de Yann Arthus-Bertrand, La Terre vue du Ciel, a confirmé mon choix et celui de la photo comme moyen de m'exprimer.

Photo Ludovic Salmon
Banquise d'argile (fine surface d'argile flottant sur une flaque d'eau). © Ludovic Salomon
Textures aux frontières du vivant
Ludovic Salomon
72 pages sur papier épais
Format carré 30 x 30 cm. Dos carré collé.
50 € livraison comprise
Précommande à partir de septembre 2016

> Le site de Ludovic Salomon (Nateko)

> Dossier – Tout savoir, tout comprendre, tout faire en macrophotographie
> Comprendre – Les notions importantes en macrophotographie

Voir aussi :
> Tous nos portfolios
> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation