Panasonic DVX200 test review

Au terme de ce test de l'AG-DVX200 signé Panasonic, nous restons sur un mélange de déceptions et de bonnes surprises à la fois.

Alors que les publicités vantent les capacités de cette caméra à offrir un effet de bokeh prononcé, la taille de son capteur est en fait identique à celui du GH4, donc inférieur à celui des caméras équipées d'un capteur APS-C ou 24x36. À mi-chemin entre un capteur broadcast de 2/3" (11 mm de diagonale) et un capteur APS-C (30 mm de diagonale), ce n'est pas réellement une machine à faire du flou, mais plutôt un compromis.

De plus, le choix du codec interne H.264 en seulement 8 bits 4:2:0 semble étonnant pour une caméra dont le prix tourne autour de 5 000 € et qui se vante de faire du Log. Même réflexion que pour la LS300 de JVC : pourquoi ne pas avoir été plus audacieux et offrir un vrai codec, en adéquation avec la qualité de la caméra ?

Pour obtenir de la HD de qualité en Log (10 bits 4:2:2), l'utilisateur devra :
  • - soit faire le pari de l'enregistrement en UHD, en payant en post-production le prix de la puissance demandée pour exploiter ces fichiers lourds à décoder sur un ordinateur et au final les exporter en HD ;
  • - soit sortir le signal vidéo vers un enregistreur externe en 10 bits 4:2:2, dans le cas où il y a une intention artistique exigeant un étalonnage poussé (il faudra donc ajouter entre 1 500 et 2 000 € pour l'enregistreur externe) ;
... chacune de ces deux solutions demandant un effort particulier pour obtenir une image de qualité au-delà des 8 bits.

"Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué" semble ainsi être le credo de l'enregistrement interne, sous-qualifié par rapport aux capacités Log de la caméra. Dans une période où, chez la concurrence, la petite Sony Z150 intègre en standard un codec 10 bits 4:2:2 pour 1 000 € de moins, et  où les petites JVC testées dernièrement proposent elles aussi du Log en 4:2:2 / 8 bits pour un budget plus bas, ce choix semble difficile à justifier.

Parmi les points négatifs, la DVX200 est donc moins performante pour fabriquer de la HD (moirage et piqué) que pour produire un signal UHD (ce qui, nous le disions ci-dessus, vient alourdir les besoins en puissance informatique et reporte l'effort en postproduction) et ses performances en basse lumière sont pauvres.

Hormis cela, la DVX200 est une caméra robuste, complète (ralentis à 120p en HD, 50p en UHD, V-Log, HD et UHD, zoom intelligent, très bonne qualité de l'optique et piqué en 4K...). Elle mérite une belle carrière dans un domaine de prédilection qui pourrait être le documentaire (besoin de réactivité importante), en plus du reportage d'actualité.

Au final, le choix est difficile pour le vidéaste/cinéaste à la recherche d'une caméra "Run and Gun" avec bokeh. La Panasonic AG-DVX200 est entourée de caméras Log à plus grand capteur S35, comme la JVC LS300, moins chère, ou la Sony FS5 qui en propose plus (10 bits 4:2:2 en S-Log) pour 1 500 € supplémentaires, sans parler de l'URSA Mini de Blackmagic. La différence de prix avec un GH4 qui partage la même taille de capteur peut faire hésiter.

Points forts

Points faibles

Prise en main - Ergonomie

Limitation du record interne 4K 4:2:0 8 bits

Prises XLR

Enregistrement interne désactivé lorsque la sortie HDMI est en 4K ou sur 10 bits

Nombreux boutons assignables extérieurs

Coupures sortie HDMI lors des déclenchements du rec interne

Switchable 50 HZ / 60 HZ

Choix HDMI ou SDI (pas en même temps)

Enregistrement sur carte SD

Zébra limité à 50% alors que le VLOG est posé à 40 ! (obligation d'utiliser l'oscilloscope)

Mode Background d'enregistrement en boucle (pré-recording en boucle)

Manque de solidité du viseur

Enregistrement de fichiers Proxy HD en même temps que les fichiers 4K

Qualité moyenne de l'écran LCD (inutilisable en extérieur)

Piqué en 4K

Arborescence du menu lors de l'exploitation via le viseur laborieuse

V-Log

Windowing dans le capteur selon la définition enregistrée

10 bits via HDMI - HD SDI

Remise à zéro des menus après chaque sortie

VFR à 120 i/s en HD

Ergonomie des menus grand public (idem X1000) façon console de jeu

UHD à 50 i/s

Moirage en HD

Stabilisation optique sur 5 axes

Réactivité de l'autofocus en dessous d'autres modèles

3 bagues

 
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation