Fujifilm X-T2 test review recommandé

Allons-y sans détour, le Fujifilm X-T2 est l'un des boîtiers les plus intéressants du moment. L'objet déjà est un peu à part avec son design rétro. Le boitier est certes petit et certaines commandes, difficiles d'accès, mais quel plaisir de retrouver une ergonomie à l'ancienne, où chaque molette n'a qu'une fonction : ISO, ouverture (bague de diaphragme sur l'optique), temps de pose, correction d'exposition. Tout est simple et intuitif : du bonheur ! Cerise sur le gâteau, c'est également valable en vidéo. Le boîtier et certaines optiques sont résistants aux intempéries et vous n'aurez pas peur de le sortir, même sous un mauvais crachin.

Le viseur électronique est spacieux, fluide et agréable. En très basse lumière, il fourmille un peu, mais c'est l'un des meilleurs modèles actuels. Dommage que le X-T2 ne dispose pas d'un écran LCD tactile et complètement orientable. S'il bascule sur 2 axes, les mouvements sont alambiqués et peu pratiques.

Les ingénieurs de la marque ont largement fait progresser le système autofocus. Le X-T2 reprend les avancées introduites avec le X-Pro2 et améliore encore l'ensemble avec un mode boost avec la poignée d'alimentation. La mise au point est rapide et sensible, même en basse lumière. Le module s'enrichit d'un menu pour personnaliser au mieux le fonctionnement du système en fonction des sujets photographiés.

Cette profusion d'options rend l'utilisation un peu plus complexe, mais vous pouvez vraiment peaufiner le fonctionnement de votre appareil. Ce excellent module AF est couplé à une cadence rafale qui grimpe à 8 ips et qui flirte avec les 11 ips avec, toujours, cette fameuse poignée d'alimentation. Le X-T2 grimpe même à 14 ips sans suivi AF et obturation électronique. L'hybride de Fujifilm marche donc sur les terres des reflex sportifs comme le Nikon D500 ou le Canon 7D Mark II. Sans atteindre les performances des modèles haut de gamme (Nikon  D5 / Canon 1D X Mark II), le X-T2 impressionne et se révèle un très bon compétiteur à un prix nettement plus abordable.
En outre, cette même obturation électronique rend le boîtier parfaitement silencieux. Un vrai plus pour la photographie de spectacle.

La qualité des images est au rendez-vous avec une excellente gestion des hautes sensibilités ISO jusqu'à 6 400 ISO. Le capteur CMOS X-Trans III fait des merveilles et les JPEG, très bons, ne nécessitent pratiquement aucune retouche. Inutile de perdre du temps avec les logiciels de développement RAW, le gain est marginal : à peine pourra-t-on gagner un peu dans les hautes lumières.

Le bond le plus magistral est en vidéo. Nous reviendrons plus en profondeur sur cet aspect du boîtier, mais les résultats sont bons avec la possibilité de filmer au format UHD sur carte ou un enregistreur externe. C'est surtout par son ergonomie et la simulation de films que le X-T2 pourra séduire un vidéaste.

Au final, le Fujifilm X-T2 se montre un boîtier très séduisant. Il nécessite toutefois la poignée d'alimentation VPB-XT2, pour le mode boost bien sûr, mais aussi et surtout pour le surcroît d'autonomie. Il faut donc ajouter plus de 300 € aux 1 600 € du boîtier pour une addition au final un peu salée.

Quoi qu'il en soit, le X-T2 reçoit facilement un recommandé et se positionne pour être l'un de nos boîtiers préférés de l'année 2016.

Points forts

Points faibles

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO

Écran LCD pas totalement orientable

Finition à l'épreuve des intempéries

Écran LCD non tactile

Obturation mécanique au 1/8 000 s et 1/32 000 s en obturation électronique

Autonomie vraiment courte (300 vues environ). Le grip d'alimentation devient rapidement indispensable.

Enregistrement vidéo UHD

Pas de sortie casque pour le contrôle du son en vidéo. Il faut acheter le grip (il est de toute façon indispensable en vidéo).

Poignée d'alimentation qui fait office de booster et offre une autonomie de 1 000 vues

Leviers pour la motorisation (et vidéo) et la mesure d'exposition difficiles à manipuler.

Recharge par micro-USB et connexion USB 3

Joystick placé un peu trop bas pour une utilisation confortable

Système autofocus complet et efficace

Mode vidéo UHD F-Log uniquement par la sortie HDMI (pas sur la carte)

Rafale à 11 ips avec suivi autofocus

Le flash livré en standard ne peut pas piloter des flashes distants sans fil

Rafale jusqu'à 14 ips !

Niveau électronique sur un seul axe

Mise au point manuelle par focus peaking ou stigmomètre électronique

Ralentissement de la cadence rafale à partir de 25 600 ISO

Compatibilité avec les cartes SD UHS-II

Pas d'aide contextuelle dans les menus

Connexion Wi-Fi pour un pilotage distant

Dynamique du viseur électronique perfectible

Présence d'un déclencheur par câble souple !

Format RAW (.RAF) propriétaire

Différentes simulations de films en photo et vidéo

 

Présence d'une prise synchro flash

 

Viseur électronique large, précis et fluide

 

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation