Fujifilm X-T2 face vue capteur


Après un très intéressant X-Pro2 en début d'année, Fujifilm met à jour son modèle hybride au look de reflex (visée électronique seulement) avec le X-T2. Au programme des nouveautés, un nouveau capteur de 24 Mpx, un module autofocus optimisé et la vidéo UHD ! Découverte.

Présentation

Boîtier : des évolutions par petites touches

Copie presque conforme du précédent modèle (X-T1), le X-T2 en reprend les grandes lignes tout en apportant quelques modifications. Ainsi, sur le dessus de l'appareil, la commande vidéo (rouge) disparaît : il faudra désormais chercher le mode vidéo au niveau de la couronne sous la molette ISO. Le correcteur d'exposition dispose maintenant d'un mode C qui permet d'atteindre des valeurs supérieures, jusqu'à +/- 5 IL.

Fujifilm X-T2 test review vue de dessus

Le touche vidéo disparaît du capot du X-T2. Le système de verrouillage des molettes ISO et vitesse dispose désormais de deux positions.

Au dos de l'appareil, vous noterez l'arrivée d'un joystick pour faciliter le contrôle des collimateurs AF. Ce joystick est apparu sur le X-Pro2 et nos avons déjà pu en apprécier le fonctionnement. L’œilleton du viseur change également et s'il reste rond, le cadre en caoutchouc, plus présent, permet une meilleure isolation de la visée contre les rayons de lumière parasites.

Fujifilm X-T2 test review vue de dos avec poignée alimentaiton booster

Notez la présence d'un joystick sous le commande Q comme sur le X-Pro2.

Plus réactif

Le X-T2 est équipé d'un nouveau processeur de données qui apporterait une amélioration globale des performances. L'appareil serait plus rapide à mettre sous tension, la latence au déclenchement plus courte. Le boîtier dispose même d'un mode "booster" plus gourmand en énergie permettant d'accélérer l'autofocus, mais aussi la cadence de rafraîchissement de l'écran qui passe de 60 ips à 100 ips pour un affichage plus fluide.

Le viseur électronique reste (malheureusement) à 2,36 millions de points et on ne gagnera pas en précision avec le X-T2, mais la dalle est nouvelle avec une luminance qui passe de 200 à 500 cd/m².  Le grossissement reste de 0,77x, ce qui en fait l'un des viseurs électroniques les plus spacieux du moment. Les ingénieurs ont toutefois travaillé sur le confort de visée en réduisant le temps "aveugle" correspondant au temps de lecture des données du capteur, pendant lequel l'affichage de la visée est impossible. Ce temps était de 200 millisecondes sur le X-T1, et serait réduit à 130 ms. Un gain important qui permet au X-T2 de grimper à une cadence de 5 ips en mode rafale avec la visée directe, contre 3 ips avec le X-T1. Dernier point intéressant, il sera possible d'afficher un cadre lumineux orange autour de la visée électronique afin de pouvoir cadrer dans une quasi-obscurité : ingénieux. Dans le même esprit, nous aurions aimé des commandes rétroéclairées, mais il n'en est rien — dommage.

Le X-T2 fonctionne au choix avec un obturateur mécanique de 30 secondes au 1/8 000 s et jusqu'au 1/32 000 s avec un obturateur électronique (donc silencieux). La synchro flash s'effectue au 1/250 s. Ce même obturateur électronique autorise une cadence rafale à 14 ips (sans suivi AF) alors qu'il est limité à 8 ips en obturation mécanique.

Encore plus réactif avec la poignée pour "booster"

Le X-T2 est accompagné de la poignée d'alimentation VPB-XT2 qui non seulement augmente de manière significative l'autonomie du boîtier, mais aussi le "booste" pour certaines opérations. Pour l'alimentation, la poignée embarque 2 batteries supplémentaires portant l'autonomie à un peu moins de 1 000 déclenchements (en tout, le X-T2 dispose de 3 batteries). La poignée sert également de chargeur de batteries (deux en même temps) grâce à une entrée pour une alimentation secteur. Le X-T2 utilise la même batterie Li-Ion que les précédents modèles : NP-W126S.

Fujifilm X-T2 test review poignée booster VPB-XT2

La poignée permet également de "booster" le boîtier sur différentes fonctionnalités. Ainsi, la cadence rafale passe de 8 à 11 ips avec l'obturateur mécanique et le suivi autofocus. Fujifilm promet aussi des temps de latence plus courts : la latence au déclenchement passerait de 50 à 45 ms, le temps entre deux déclenchements, de 190 à 170 ms et le temps "aveugle" en mode rafale, de 130 à 114 ms.

Enfin, la poignée apporte une sortie casque (malheureusement absente du boîtier) pour contrôler la prise sonore en vidéo.

Fujifilm X-T2 test review vue de côté avec et sans poignée alimentation

Le X-T2 dispose toujours de deux emplacements pour cartes mémoire compatibles UHS-I/II. Le boîtier intègre également une connexion USB 3.

Wi-Fi et écran

Le boîtier dispose d'une puce Wi-Fi pour le pilotage à distance sans fil depuis un smartphone ou une tablette. Un plug-in pour Adobe Lightroom sera également bientôt disponible afin de pouvoir utiliser le X-T2 en mode connecté depuis un ordinateur. Le Wi-Fi permet également de partager rapidement des clichés vers des appareils ou sur Internet.

L'écran LCD évolue en termes de définition (7,5 cm pour 1 620 000 points) et peut désormais s'orienter sur différents axes. En mode paysage, il peut s'incliner vers le haut ou le bas selon une double charnière horizontale. En mode portrait, il peut être relevé pour faciliter la visée et le cadrage. Néanmoins, une fois de plus, nous préférons largement les écrans montés sur une véritable rotule qui offre une orientation plus libre.

Fujifilm X-T2 test review écran LCD

Capteur du X-Pro2, mais autofocus de pointe

Pas de surprise du côté de l'imageur : Fujifilm reconduit le modèle APS-C de 24 Mpx déjà présent dans le X-Pro2. La qualité d'image devrait donc être peu ou prou identique, à savoir très bonne avec une excellente gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO, comme vous pouvez le constater sur la planche contact ci-dessous.

Fujifilm X-Pro2 : Réduction du bruit standard 100-800 ISO
Fujifilm X-Pro2 : Réduction du bruit standard 1600-51200 ISO

Vous pouvez également télécharger les fichiers Raw (100-400-800-1600-3200-6400-12800-25600-51200 ISO)



C'est au niveau du module autofocus hybride (corrélation de phase et détection de contraste) que les progrès semblent les plus sensibles. La zone AF par corrélation de phase représente désormais 40 % de la surface du capteur, et le nombre de collimateurs AF par corrélation de phase passe de 49 à 91 (il est possible de travailler avec des groupes de 3x3, 5x5 ou 7x7) sur un total de 325 points. Les ingénieurs de la marque assurent avoir amélioré les algorithmes pour une meilleure détection sur des textures fines. La sensibilité de détection est donnée pour -3 IL.

Les menus de paramétrages du module AF ont également été revus, notamment pour le mode AF-C ; il est désormais possible de personnaliser finement le comportement du module. Ainsi, on pourra jouer sur 3 paramètres :
  • – sensibilité du suivi : combien de temps le module reste sur un sujet avant de changer (quand il y a des éléments perturbants, par exemple) ;
  • – vitesse de suivi : pour suivre des sujets avec des vitesses de mouvements aléatoires (ex. joueur de foot) ou réguliers (ex. train en déplacement) ;
  • – zone autofocus : comportement du module AF en fonction d'une zone (centre, auto et devant). Il s'agit de choisir si la zone centrale est priorité pour la mise au point, si l'autofocus conserve le sujet sélectionné au début (mode auto) ou s'il change de sujet si un élément se place devant.

Fujifilm X-T2 test review réglages fin de l'autofocus continu

Le X-Pro2 devrait très prochainement bénéficier d'une mise à jour de son firmware (micrologiciel) pour disposer du même raffinement au niveau des réglages de l'autofocus continu.

Cette version 2.0 sera disponible en octobre 2016. Cette mise à jour contient les nouveautés suivantes :
  1. algorithme AF annoncé avec le X-T2 pour une mise à jour plus rapide et précise (sauf les réglages personnalisables du mode AF-C)
  2. compatibilité avec le nouveau flash EF-X500
  3. choix du délai d’extinction pour le mode AUTO POWER OFF (15 sec, 30 sec et 1 min)
  4. correction de la parallaxe pour la visée optique.
Malheureusement, la possibilité de filmer en UHD n'est pas au programme. Un problème de refroidissement ? Sans doute.

Vidéo : le format UHD et les vidéastes en ligne de mire

Les hybrides Fujifilm n'ont jamais brillé par leur mode vidéo. Alors que nous pensions voir la vidéo très haute définition (UHD) arriver sur le X-Pro2, il a donc fallu attendre le X-T2 pour profiter de ce format (aucune annonce pour la mise à jour firmware du X-Pro2 sur ce point...). Le format cinéma 4K (4 096 x 2 160 px) n'est pas au programme, mais le format UHD (3 840 x 2 160 px) répond à la norme broadcast (télévision).

Dans ce mode et en HDTV 1080, les débits sont de 100 Mbps. Le X-T2 enregistre en .MOV en utilisant le codec H.264. Impossible de juger de la qualité d'image avant d'avoir essayé le boîtier, mais elle devrait être au rendez-vous. En effet, si le X-T2 ne capture la vidéo sur l'ensemble du capteur (il y a un recadrage avec un coefficient de 1,17x), il enregistre plus de pixels que nécessaire (5 120 x 2 880 px) pour en rééchantillonnage en 3 840 x 2 160.

Sans poignée d'alimentation, le X-T2 peut enregistrer jusqu'à 10 minutes de vidéo UHD (15 min en HDTV 1080). Avec la poignée, la durée passe à 30 min. La poignée s'avère d'autant plus indispensable qu'elle permet de relier un casque pour vérifier le prise son et dispose d'une entrée pour une alimentation secteur.

Et Fujifilm va encore plus loin, puisqu'il sera possible de choisir des rendus colorimétriques (simulations de films). Ainsi, il sera possible de filmer avec une simulation de film Velvia, ou choisir un rendu monochrome Acros. Mieux, le X-T2 propose l'enregistrement en Log / Gamme (F-Log) pour bénéficier de la plus large dynamique et ainsi optimiser le post-traitement. La sortie HDMI n'est pas compressée et permet une captation en 4:2:2 bits.

Vous pouvez également visionner une vidéo réalisée par Emmanuel Pampuri (un de nos testeurs de caméras) avec le X-T2.


Prix et disponibilité

Le Fujifilm X-T2 sera disponible à partir du mois de septembre au prix conseillé de 1 599 € nu. Le grip d'alimentation booster VPB-XT2, sera proposé quant à lui à 329 €.

Vous pouvez également visualiser la vidéo avec Fabrice Abuaf (chef produit photo chez Fujifilm) et Guillaume l'expert.


Caractéristiques

Capteur : X-Trans II CMOS APS-C (23,6 x 15,6 mm).
24,3 millions de pixels effectifs
Monture : Fujifilm X
Optique livrée : Selon kit. XF 18-55 mm f/2,8-4 R.
Stabilisation : Selon objectif.
Antipoussière : par ondes supersoniques
Viseur : Oled 2 360 000 points. Couverture 100 %. Grossissement de 0,77x.
Flash : Pas de flash intégré. Flash amovible livré en standard.
EX-F8, NG11 à 200 ISO en m.
Écran : LCD de 7,6 cm de diagonale. Ratio 3:2. 1 040 000 points. Inclinable.
Mise au point : Système autofocus hybride par corrélation de phase et détection de contraste.
Lampe d'assistance.
Modes autofocus : Simple, continu, manuel avec indication de distance.
Mesures d'exposition : Cellule sur 256 zones. Multizone, pondérée centrale, spot.
Modes d'exposition : P, S, A et M. Correction d'exposition sur +/-3 IL.
Vitesse d'obturation : 30 s à 1/8000 s. Synchro flash au 1/250 s. Intervallomètre.
Motorisation : 8 ips sur 83 vues JPEG / 27 RAW non compressé
14 ips en obturation électronique sur 42 JPEG et 25 RAW
11 ips (avec VPB)  sur 73 JPEG et 27 RAW
Sensibilité ISO : Auto, 200-12 800 ISO extensible à 51 200 ISO
Mémoire : SD / SDHC Memory Card / SDXC (UHS-II)
Format image Photo : RAW (RAF 14 bits) 6 000 x 4 000 px
Format image Vidéo : .MOV h.264
UHD 3 840 x 2 160 px 29,97p / 25p / 24p / 23,98p
HDTV 1080 59,94p / 50p / 29,97p / 25p / 24p / 23,98p
Alimentation : Batterie Li-ion NP-W126
Connexion : USB 3, HDMI de type C, micro stéréo et télécommande
Dimensions : 133 × 92 × 49 mm
Poids : 507 g
Logiciels : Suite logicielle Fujifilm
Dans la boîte : /

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation