Qui est Michael Muller ? Un photographe américain surtout connu pour sa longue carrière de faiseur de pubs (Dita, Kodak, Turkish Airlines, etc.) et de portraits du tout-Hollywood. Mais visiblement, l'homme a aussi une passion : la vie sous-marine, et plus particulièrement l'un de ses représentants les plus craints, le requin, dont certaines espèces sont sévèrement menacées. Le photographe en a fait son cheval de bataille et cherche à sensibiliser le public sur leur possible extinction qui déséquilibre le milieu marin. Ses photos sont ses armes de conviction, rassemblées ici dans le sobrement intitulé Requins chez Taschen.

Michael Muller, Requins, éditions Taschen

L'éditeur allemand rassemble ici les meilleures images de dix ans d'expéditions sous-marines dans l'Atlantique nord et sud et dans l'océan Indien. Le photographe de Los Angeles a pu approcher son sujet au plus près, protégé par une cage, une combinaison de fer et même parfois sans rien qui puisse faire barrage, au cas où.

Le résultat donne un florilège de près de 130 images en noir et blanc ou en couleur, auxquelles le grand format du livre (28 x 37,2 cm) rend pleinement justice. Dix-neuf espèces sont photographiées et chacune des images retranscrit un face-à-face plein de respect mêlé de curiosité et de crainte, aussi bien de la part du photographe que des requins, d'ailleurs.

Michael Muller, Requins, éditions Taschen
Requin océanique île de Cat (Bahamas), mars 2014. © 2016 Michael Muller

Que ce soit le terrifiant grand requin blanc, l'étrange requin marteau ou bien l'élégant requin bleu, chacun mérite le portrait que Muller en a fait, tant les mythes et clichés qu'on projette sur eux les dessevent. Ils sont chassés des côtes sud-africaines, car craints des surfeurs, ou pourchassés pour leur queue et leur ailerons afin d'être préparés et servis comme mets fins à Hong Kong. Conclusion, la plupart des espèces sont menacées, avec un degré allant de "presque menacé" à "en danger".

En d'autres termes, sur l'échelle de 1 à 9 définie par l'Union nationale pour la conservation de la nature — 1 correspondant "extinction" et 9, à "non encore évalué" —, les requins recensés dans cet ouvrage se situent entre 4 et 8. Muller y a donc vu une urgence à agir.

Michael Muller, Requins, éditions Taschen
Grand requin blanc à False Bay (Afrique du Sud), juin 2012. © 2016, Michael Muller

Dans les quarante dernière pages figurent les cautions scientifiques de l'ouvrage. Des textes de Philippe Cousteau (petit-fils de Jacques-Yves Cousteau), lui-même explorateur, d'Alison Koch, biologiste marine sud-africaine, ainsi que d'Arty Nelson, auteur, dressent un état des lieux des menaces qui pèsent sur les requins en tant qu'espèce et donnent des éléments de contexte quant à la prise de vue ou au matériel utilisé. Ces précisions n'étant qu'anecdotiques et difficilement lisibles (noir sur bleu tue les yeux), le livre repose essentiellement sur ses images. Certaines sont franchement spectaculaires.

Michael Muller, Requins, éditions Taschen
Requins-citrons à Tiger Beach (Bahamas), novembre 2014. © 2016 Michael Muller
Marchand Stock Prix €
Amazon49,99Voir l'offre  
Requins – Rencontre avec le prédateur menacé des océans
Michael Muller
Textes de Philippe Cousteau Jr., Alison Kock, Arty Nelson
Taschen
Février 2016
Relié avec 2 pages dépliantes, 28 x 37,2 cm, 334 pages
ISBN (éd. française) : 978-3-8365-5965-2
49,99 €

> Présentation et commande sur le site de l'éditeur
> Beaux livres photo : notre sélection
> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation