Quand se dévoilent les larges panoramas de l'Afrique rêvée du photographe britannique Nick Brandt, il est difficile de s'imaginer que l'homme a commencé sa carrière dans l'industrie musicale américaine dans les années 1990. C'est d'ailleurs grâce au tournage du clip Earth Song de Mickael Jackson en Tanzanie (1996) qu'il tombe amoureux des étendues de l'Afrique de l'Est et de sa faune. Il en fera son sujet de travail exclusif au tout début des années 2000.

Inherit the Dust de Nick Brandt
Wasteland with Elephant 2015. © Nick Brandt, Courtesy of Edwynn Houk Gallery (New York).

Aujourd'hui, les éditions américaines Edwynn Houk publient sa dernière série appelée Inherit the Dust (Hériter de la poussière). Ce projet est né d'un constat tiré des fréquents voyages africains du photographe : les ressources naturelles de l'Afrique attirent les convoitises économiques du monde entier, des villes se construisent, des infrastructures se créent, une urbanisation industrielle sort de terre. Là où les lions, les girafes, les zèbres régnaient, les hommes creusent, tranchent, taillent, construisent, érigent. Les hommes bâtissent sur des territoires où ils n'avaient pas d'existence.

Inherit the Dust de Nick Brandt
Alleyway with Chimpanzee 2014. © Nick Brandt, Courtesy of Edwynn Houk Gallery (New York).

Par cette série, le photographe entend repartir à la conquête de ces territoires perdus pour les animaux. Et il y parvient d'une certaine façon, même d'une manière complètement conceptuelle, même uniquement pour le temps de la prise de vue. Comment ? Son procédé est simple : il réintègre de très grands tirages d'animaux aux endroits où ils évoluaient et qui sont maintenant labourés par des camions hors gabarit ou des tractopelles faméliques. Les silhouettes des hommes aux commandes de ces engins donnent la mesure des étendues maintenant éventrées et des tirages plantés par l'auteur. En comparaison, elles apparaissent ridiculement petites et fantomatiques. Comme si l'homme avait de nouveau disparu.

Inherit the Dust de Nick Brandt
Quarry with Giraffe 2014. © Nick Brandt, Courtesy of Edwynn Houk Gallery (New York).

Dans sa préface, Nick Brandt questionne sa propre dénonciation. Est-il légitime de pointer une industrialisation destructrice de l'environnement dans une partie du monde où précisément le sous-développement structurel condamne à la pauvreté les populations locales ? La question reste légitime et chacun y répondra à sa façon.

Les images et le projet lui-même donnent le point de vue du photographe et uniquement le sien. Ici, elles sont toutes rassemblées dans ce livre de très bonne facture. Une magifique qualité d'impression rend ainsi hommage à la majesté des lieux et aux panoramas, format choisi par le photographe.

Inherit the Dust de Nick Brandt
Crew wrapping elephant panel at sunset, november 2014. © Nick Brandt, Courtesy of Edwynn Houk Gallery (New York).

Une exposition est actuellement en tournée en Europe, avec une halte à Paris, à la A. galerie à partir du 23 mai 2016.

Inherit the Dust de Nick Brandt Inherit The Dust
Nick Brandt
Éditions Edwynn Houk
128 pages, relié
Anglais
Version imprimée (38,6 x 2,3 x 33,5 cm) : 60 € environ
ISBN-13: 978-0692520543

> Le site de Nick Brandt
> Toutes nos chroniques Beaux Livres
> Toute l'actualité (articles)


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation