Il n'est pas simple au premier abord de s'y retrouver dans les optiques Micro 4/3. D'abord, les hybrides Panasonic et Olympus, qui partagent cette monture, peuvent donc fonctionner pleinement avec les objectifs de l'un ou de l'autre. De plus, d'autres constructeurs s'y intéressent eux aussi de près et proposent des objectifs spécialement conçus pour cette monture. Enfin, il existe des bagues d'adaptation qui permet de tout monter ou presque sur un boîtier Micro 4/3. Voici tout ce que vous devez savoir pour vous orienter dans l'offre des objectifs Micro 4/3.


Le système Micro 4/3

Logo système Micro 4/3 (Micro Four Thirds ou M43)Le système Micro 4/3 est une sorte de norme qui peut être utilisée par plusieurs constructeurs. C'est un dérivé du format 4/3, mais avec un tirage plus court de 2 cm (contre 4 cm). L'un des avantages de ce système est qu'il permet de concevoir des appareils très compacts : adieu la visée optique par miroir !

Les principales caractéristiques du Micro 4/3 sont les suivantes :
  • - l'utilisation d'un capteur au format 18 x 13,5 mm ;
  • - un tirage mécanique de 2 cm qui supprime la notion de cage miroir et de visée reflex ;
  • - un diamètre de baïonnette de 4,4 cm ;
  • - une communication plus riche entre l'objectif et le boîtier.

Ce nouveau système a donc introduit une nouvelle monture et une nouvelle gamme d'objectifs.

Panasonic et Olympus : les fondateurs

Ce sont les deux constructeurs japonais Panasonic et Olympus qui, en 2008, ont introduit ce nouveau format et lancé le marché des hybrides. Le premier compact à objectif interchangeable à l'utiliser était le Lumix G1, suivi un an plus tard par l'Olympus Pen E-P1.

Panasonic Lumix G1 et GH1 avec optiques

Il est donc possible d'utiliser des objectifs Panasonic sur un appareil Olylmpus et, inversement, des objectifs Olympus sur des appareils Panasonic. C'est plutôt une bonne chose, qui étend le champ des possibles pour les possesseurs de ce genre d'appareils.

Un grand consortium

Depuis, d'autres compagnies ont rejoint le consortium, comme Zeiss, Cosina, Dji, Kodak, Fujifilm, JK Imaging, Kenko Tokina, Kowa, Leica, Sigma ou Tamron. Tous n'exploitent cependant pas encore le système. On trouve par exemple des objectifs Micro 4/3 chez Sigma, Tamron, Cosina Voigtländer ou encore Samyang.

> Cinq nouveaux entrants pour le Micro 4/3

Les convertisseurs

Grâce à son tirage mécanique réduit de 2 cm, le système Micro 4/3 est de ce fait l'un des plus ouverts. Avec des bagues d'adaptation, il est possible d'utiliser une très grande majorité des objectifs du marché sur ces appareils. Bien entendu, il faudra prendre garde à la gestion de l'autofocus et du diaphragme pour les optiques les plus modernes mais, dans l'absolu, presque tout est compatible.

Panasonic Lumix GF1 avec optique et bague d'adaptation

Il existe pléthore de marques et modèles de bagues d'adaptation plus ou moins évoluées. On pense par exemple à la très connue gamme Novoflex ou encore à la très évoluée gamme Métabones Speed Booster qui rend votre optique encore plus lumineuse !


bague d'adaptation Metabones Speed Booster EF-M43 mount

Nous avions d'ailleurs dédié un article complet sur le sujet : "Faire revivre d'anciennes optiques sur un Micro 4/3".

Les gammes

De nombreux constructeurs proposent des objectifs conçus pour les hybrides Micro 4/3. Les deux plus connus sont évidemment Panasonic et Olympus. Répétons-le, il est tout à fait possible d'utiliser un objectif Olympus sur un boîtier Panasonic et inversement. Sachez que le coefficient de conversion à appliquer pour obtenir la "focale équivalente" avec un objectif Micro 4/3 est de 2x. Autrement dit, un 17 mm équivaut à un 35 mm, un 25 à un 50 et un 50 à un 100 mm.

> Courrier lecteur - Qu'est-ce que la focale d'une optique ?

Panasonic

La gamme d'objectifs Panasonic — les Lumix G — est très riche mais un peu confuse et il est difficile d'identifier au premier coup d'œil les objectifs d'entrée de gamme des objectifs haut de gamme. On retrouve bien entendu des zooms et des focales fixes, et même un objectif exotique conçu pour les prises de vues en 3D.

La gamme Lumix G d'optiques Panasonic

Un partenariat historique avec Leica leur a permis de développer une série d'objectifs haut de gamme signés du constructeur historique germanique ; on pense par exemple au 42,5 mm f/1,2 ou au 100-400 mm f/3,5-5,6.

Panasonic DMC GH4 avec optique Leica DG Vario-Elmar

Olympus

Olympus dispose d'une très belle gamme d'objectifs, très claire, composée de focales fixes et de zooms. Il s'agit des M. Zuiko. La gamme est divisée en trois segments distincts : les M. Zuiko, les M. Zuiko Premium et les M. Zuiko Pro.

Objectifs Olmypus M. Zuiko

Les objectifs d'entrée de gamme, et en particulier les zooms à ouverture variable, appartiennent à la gamme M. Zuiko. On pense par exemple au zoom de base livré en kit avec les boîtiers : un 14-42 mm f/3,5-5,6 On y trouve à l'heure actuelle qu'une seule focale fixe : un pancake 17 mm f/2,8.
La gamme M. Zuiko Premium intègre pour sa part les belles focales fixes lumineuses allant du 17 au 75 mm f/1,8.
Enfin, dans la gamme M. Zuiko Pro, on retrouve de beaux zooms à ouverture constante f/2,8 comme le 7-14 mm, le 12-40 mm et le 40-150 mm et deux focales fixes : un 8 mm f/1,8 et un 300 mm f/4.

Sigma et Tamron

Sigma et Tamron s'intéressent également à cette monture et au marché que représente les utilisateurs d'hybrides Micro 4/3. Chez Sigma, ce sont les objectifs DN qui sont conçus pour les hybrides et qui existent en monture Micro 4/3. Il s'agit pour l'instant de focales fixes en série Art. Tamron, pour sa part, propose un zoom polyvalent : un 14-150 mm f/3,5-5,8.

Les autres constructeurs

Enfin, Samyang ou Voigtländer proposent des objectifs en monture Micro 4/3. On pense par exemple au très grand-angle ultra lumineux Nokton 10,5 mm f/0,95.

Exemple de photo réalisée avec un Voigtländer Nokton 10.5mm F0.95 monté sur un sur un Olympus OM-D EM1
Équivalent 11 mm utilisé à f/1 sur un Olympus OM-D E-M1 : Voigtländer Nokton 10,5 mm f/0,95.

Les mentions et dénominations

Panasonic et Olympus communiquent un peu moins que leurs confrères sur les différentes technologies qu'ils intègrent dans leurs objectifs. Elles sont beaucoup moins "marketées", mais cela ne veut pas dire pour autant qu'elles sont absentes ou moins performantes.

La stabilisation optique est le sujet compliqué à comprendre. En effet, bon nombre des boîtiers concernés par ces objectifs disposent d'une stabilisation mécanique déjà présente au niveau du capteur. Elle est très performante et peut dans certains cas faire mieux qu'une stabilisation optique. Il est par exemple possible de stabiliser sur 5 axes au niveau d'un capteur, alors que sur 2 axes seulement en optique. Quoi qu'il en soit, certains objectifs intègrent tout de même une stabilisation optique qui vient compléter ou remplacer la stabilisation capteur éventuellement présente sur le boîtier. Panasonic communique même sur un mode Dual IS.

Animation Panasonic présentant la stabilisation mécanique et optique sur capteur et objectif

Chez Panasonic, la stabilisation optique est nommée "Méga OIS" ou "Power OIS" selon les objectifs, et chez Olympus, "IS". Pour l'instant, un seul objectif est stabilisé chez Olympus : c'est le 300 mm f/4.

> Comprendre la stabilisation

À lire également...

Toutes nos explications des abréviations et sigles optiques :
> Comprendre les abréviations et sigles des optiques Sony
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Nikon
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Canon
> Comprendre les abréviations et les sigles des optiques Fujifilm

Et aussi :
> Tous les objectifs testés
> Toute l'actualité (tests et articles)
> Suivre l'actualité photo en direct sur la page Facebook de Focus Numérique

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation