Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8

Premier constat, ce nouveau 24-70 mm n'est pas équipé de stabilisation optique (alors que la version f/4 Zeiss l'est). La formule optique intègre 3 éléments asphériques dont 1 avec un niveau de précision très élevé (XA) qui réduit les aberrations chromatiques et optimise le piqué. Sony annonce une comportement idéal et une homogénéité du piqué en fonction de la focale et des différentes ouvertures. On retrouve également 1 verre ED, 1 verre Super ED et le traitement Nano AR Coating.

En ce qui concerne la motorisation, la technologie SSM (Super Sonic wave Motor) est associée à un nouvel algorithme censé améliorer la précision et la vitesse de mise au point. Cette motorisation est annoncée comme particulièrement silencieuse afin de pouvoir être utilisée aussi bien en photo qu'en vidéo. Bien entendu, l'objectif est tropicalisé et paré à affronter les pires conditions de prise de vues.

Il est de plus en plus difficile de s'y retrouver dans les objectifs Sony entre les modèles Sony, Sony Zeiss, Sony G et désormais Sony G Master. Pour y voir plus clair et vous repérer dans le catalogue optique de la marque, suivez notre guide des sigles et abréviations optiques Sony.

Caractéristiques

Monture : Sony FE
Format couvert : 24 x 36 mm
Plage focale : 24-70 mm
Équivalent 24x36 sur capteur APS-C : 36-105 mm
Ouverture maximale : f/2,8
Ouverture minimale : f/22
Distance de mise au point : 0,38 m
Nombre de lamelles du diaphragme : 9
Construction : 13 lentilles réparties en 18 groupes
Éléments spécifiques :  
Échelle des distances : non
Rapport de reproduction : 0,24x
Motorisation : oui SSM
Stabilisation : non
Dimensions : 87,6 x 136 mm
Diamètre filtre : 82 mm
Poids : 886 g
Pare-soleil : oui
Étui souple : oui

Prise en main

Ce nouveau 24-70 mm est assez imposant. Il est plus gros que son équivalent chez Canon et Tamron mais reste plus compact que le modèle Nikon. Il pèse tout de même près de 900 g pour un encombrement de plus de 13 cm en position refermée. Il est bien entendu disproportionné par rapport à un boîtier du calibre d'un A7. Le design est sobre et discret, ce qui n'est pas un mal.

Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8

La qualité de construction n'a rien à envier à ses concurrents de l'univers du reflex. Le fût de l'objectif est réalisé en plastique texturé moins noble qu'une finition métal mais plus adapté aux changements brutaux de température. Avec sa multitude de joints d'étanchéité, il est paré pour des conditions extrêmes d'utilisation (humidité et poussière). C'est donc un objectif conçu pour le terrain ! 

Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8

La bague de zoom est assez précise et agréable à utiliser. Elle est relativement lourde compte tenu du poids des éléments à déplacer à l'intérieur de l'objectif. Bon point, on retrouve un bouton permettant de verrouiller l'objectif en position 24 mm pendant le transport. Seules les focales 24, 35, 50 et 70 mm disposent de repères alors que les modèles pour appareils reflex disposent en plus du repère correspondant à la distance focale de 28 mm.

Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8

La bague de mise au point manuelle est plus étroite et située plus en avant de l'objectif. Elle est très confortable à utiliser mais est trop souple et manque donc un peu de précision. De plus, Sony fait l'impasse sur des repères de butée pour indiquer la distance de mise au point minimale et à l'infini. On regrette également l'absence d'un indicateur de distance de mise au point dynamique sur le dessus de l'objectif. On apprécie cependant la présence d'un bouton personnalisable sur le côté.

Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8

Test labo

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre et d'une ouverture à une autre. Elle peut aussi varier entre le centre et les bords de l'image. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

De plus, le piqué va dépendre de la définition du capteur de votre appareil (nous avons testé l'objectif avec un A7R II de 42 Mpx) et de la taille de son capteur (24 x 36 mm pour l'A7R II). Plus les pixels sont petits, plus le système montrera ses limites à cause de la diffraction. Ce phénomène s'amplifie à mesure que l'on ferme le diaphragme de l'objectif.

L'A7R II dispose d'une définition de 8 000 x 5 320 px. Chaque pixel mesure donc 4,5 micromètres de côté. L'ouverture minimale conseillée pour éviter les problèmes de diffraction est donc de f/11 !

Pas de doute, Sony signe bien ici un bon 24-70 mm mais pas un 24-70 mm exceptionnel ! Le comportement de l'objectif est plutôt cohérent pour ce type de zoom avec une belle montée globale du piqué en fermant progressivement de f/2,8 à f/11 (ouverture à laquelle il fournit le meilleur de lui même). Ce comportement est valable pour toutes les focales sauf le 35 mm à laquelle on observe une belle homogénéité du piqué quelle que soit l'ouverture utilisée.

Dans l'ensemble on observe un décalage de piqué entre le centre et les bords extrêmes des images. Ce décalage a l'avantage d'être relativement stable à 24 mm, 35 mm et 50 mm, et de devenir négligeable dès f/5,6 compte tenu de la monté du niveau de piqué général. Seul déception sur ce point à 70 mm, focale à laquelle le piqué des bords extrêmes ne commence à décoller qu'entre f/8 et f/11.



Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8

Imatest




> Téléchargez les fichiers originaux

À titre d'information, voici une comparaison des performances de ce 24-70 mm f/2,8 G Master face aux dernier 24-70 mm f/2,8 de chez Canon (sur un EOS 5DsR), au dernier 24-70 mm f/2,8 de chez Nikon (sur un D810) et au 24-70 mm f/2,8 Tamron (sur un EOS 5DsR).


Un 24-70 mm est un objectif particulièrement difficile à concevoir. En la matière, c'est le modèle Canon (dernière version) qui fait à l'heure actuelle état de référence pour le 24 x 36 mm. Le modèle Sony n'a pas à rougir compte tenu de ses performances mais il ne fait clairement pas mieux. La différence se fait ressentir aux plus grandes ouvertures, sur l'homogénéité du piqué entre le centre et les bords des images, et ce à presque toutes les focales (sauf 50 mm). Sans surprise par contre, l'objectif fait globalement mieux que le dernier modèle Nikon et joue coude à coude avec le modèle Tamron — l'avantage revenant à l'un ou à l'autre selon les cas de figure.







Test terrain

La focale

Une focale correspond à un angle de champ – ou angle de vision – couvert par l'appareil équipé de l'objectif. Plus la focale est importante, plus l'angle de champ est réduit : on parle de longue focale. À l'inverse, plus la focale est courte, plus l'angle de champ est large : on parle de grand-angle.

Voici ce que l’on obtient avec le 24-70 mm monté sur un A7, équipé d’un capteur plein format 24 x 36 mm. La plage de focales est relativement polyvalente et conviendra à la plupart des sujets. Utilisé sur un hybride équipé d'un capteur au format APS-C (type A6300), ce zoom devient un équivalent 36-105 mm. Il faut donc appliquer un coefficient de conversion de 1,5x.

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/100 s, ouverture : f/5.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/6.3
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 38 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw

 




> Téléchargez les fichiers originaux

Le vignetage

Tous les objectifs donnent une image dont la périphérie, et particulièrement les coins, sont plus sombres. Le vignetage se mesure en IL (Indice de Lumination) : la valeur indiquée mesure la différence, en IL, entre la quantité de lumière reçue par les bords et celle reçue au centre.

Le vignetage est bien contenu sur ce 24-70 mm. On le ressent principalement à la plus grande ouverture et au grand-angle. Considéré comme un avantage ou un inconvénient selon les personnes, il pourra se corriger facilement en post production.





> Téléchargez les fichiers originaux

Distorsions

Les objectifs ont tendance à "tordre la réalité". Les aberrations géométriques apparaissent lorsque l'on s'éloigne des conditions de Gauss. On rencontre deux types de distorsions géométriques : les distorsions en coussinets et les distorsions en barillets.

Les distorsions sont assez bien maîtrisées sur ce 24-70 mm. Elle se corrigeront sans peine en postproduction. C'est logiquement à la plus large focale qu'on les ressent principalement.





> Téléchargez les fichiers originaux

Bokeh

Le bokeh est à mettre en relation avec la profondeur de champ. On peut le comparer à la "qualité" du flou ou encore à la manière dont l'objectif passe du net au flou – notion très subjective, même si certains éléments permettent de prévoir les choses – sur des images à faible profondeur de champ. Il dépend de nombreux paramètres dont principalement la conception de l'objectif, la forme et la taille du diaphragme.

Pour ce qui est de la profondeur de champ et du bokeh, l'ouverture constante lumineuse de f/2,8 constitue plutôt un avantage. Il est très facile de détacher le sujet principal de son arrière-plan. Grâce au diaphragme circulaire à 9 lamelles, le bokeh est doux et assez agréable à l'œil.





> Téléchargez les fichiers originaux

Galerie terrain

Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/4.5
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 41 mm, décalage expo : 1 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/100 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 4000 ISO
Focale : 26 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 48 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/160 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 160 ISO
Focale : 29 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/5.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/7.1
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/200 s, ouverture : f/5.6
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/125 s, ouverture : f/9.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 33 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/80 s, ouverture : f/2.8
Sensibilité : 125 ISO
Focale : 70 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw
Marque : SONY
Modèle : ILCE-7RM2
Vitesse : 1/60 s, ouverture : f/4.0
Sensibilité : 100 ISO
Focale : 24 mm, décalage expo : 0 IL
Objectif : Sony FE 24-70 mm f/2,8 GM
Télécharger le fichier raw

Verdict

Test Sony G Master FE 24-70 mm f/2,8 recommandé par Focus Numérique
Avec ce nouvel objectif, Sony propose le zoom que tous les utilisateurs d'hybrides A7 attendaient. En effet, sans le trio magique de zooms à l'ouverture constante de f/2,8 (16-35, 24-70, 70-200 mm), il est difficile de positionner des appareils dans le milieu professionnel. Ce 24-70 mm est donc le premier à passer entre nos mains avant le 70-200 mm et on l'espère prochainement un 16-35 mm. Pas de doute, ce 24-70 mm f/2,8 est un très bon objectif mais il n'est pas parfait, ce que l'on pourrait pourtant attendre d'un G Master.

Commençons par la qualité optique. Sur ce point il n'a pas grand chose à envier à ses "concurrents" du monde du reflex 24x36 mais ne fait malheureusement pas mieux que le Canon (la référence à l'heure actuelle). Le décalage de performances est cependant assez subtil et se cantonne à une différence d'homogénéité sur les bords aux plus grandes ouvertures. Pour le reste, ce 24-70 mm procure des images très piquées du centre jusqu'aux bords dans la majorité des configurations ouverture/focale. On apprécie la très bonne gestion du vignetage qui sait se faire discret aux plus grandes ouvertures sur les focales larges. Il en va de même pour les distorsions qui sont bien maîtrisées. Par contre, force est de constater que les aberrations chromatiques sont de la partie aux plus grandes ouvertures et aux plus larges focales.

Impossible de ne pas souligner l'absence de stabilisation optique sur ce 24-70 mm. Tamron a été le premier a implémenter cette technologie sur ce type de zoom et a été récemment suivi par Nikon. Sony argue qu'ils ont fait ce choix pour maximiser les performances optiques. Si les performances optiques sont une chose, la polyvalence (surtout pour un zoom de ce type) en est une autre. Il est vrai qu'un bon nombre de boîtier A7 intègrent une stabilisation mécanique au niveau de leur capteur mais ce n'est pas encore une généralité. De plus Sony a fait le choix d'intégrer une stabilisation optique dans son 70-200 mm f/2,8 !

Pour ce qui est de la prise en main, ce 24-70 mm a presque tout d'un grand mais est disproportionné par rapport au gabarit des appareils pour lesquels il est conçu. On regrette l'absence d'un indicateur de distance de mise au point dynamique sur le dessus et le manque de caractère de la bague de mise au point manuelle.

Au final, ce nouveau 24-70 mm f/2,8 reçoit tout juste notre label recommandé. Nous avons hâte de voir si d'autres constructeurs se lanceront prochainement sur ce marché des zooms pro à l'ouverture constante de f/2,8 pour avoir une alternative.

Points forts

Points faibles

Qualité de fabrication, prise en main, design

Poids et encombrement

Conception tous temps

Pas de stabilisation optique

Ouverture f/2,8 constant

Pas d'indicateur de distance de mise au point dynamique

Qualité optique générale

Bague de mise au point manuelle trop fluide

Faibles distorisions

Aberrations chromatiques visibles aux plus grandes ouvertures et aux grand-angles

Faible vignetage

 







PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation