Sony RX10 III test review recommandé

En oubliant le prix, il est difficile de ne pas séduit pas le nouveau RX10 III de Sony. Les précédents modèles avaient déjà placé la barre assez haut et ce Mark III enfonce définitivement le clou. Disposer d'un zoom optique 24-600 mm f/2,4-4 tenant dans un petit sac photo est juste jubilatoire, d'autant que la qualité est au rendez-vous. Habituellement, le compromis entre plage focale et piqué est obligatoire. Sony nous prouve avec le RX10 Mark III qu'il est possible de concevoir un zoom polyvalent (mode macro à 3 cm en grand-angle) de qualité. Vous l'aurez compris : c'est l'argument massue !

Pour autant, le zoom optique, aussi fabuleux soit-il, ne doit pas éclipser le reste du boîtier. Certes l'effet de surprise n'est plus là puisqu'il s'agit d'un copié-collé du déjà très bon RX10 II. La gestion du bruit électronique est remarquable jusqu'à 1 600 ISO et le RAW offre une belle latitude de retouche. En conservant une luminosité de bon aloi, le RX10 Mark III conserve une bonne réactivité au niveau de la mise au point, même en basse lumière. Le viseur électronique est de bonne facture et l'écran s'oriente de bas en haut. Naturellement, ce Mark III manque un peu d'audace et nous espérions un écran tactile et plus libre (monté sur une véritable rotule), un viseur électronique plus haut de gamme ou des commandes redessinées un peu plus faciles à manipuler.

Côté vidéo, le RX10 III est une étonnante machine à filmer qui dispose de tout l'attirail pour séduire les reporters qui souhaitent partir légers tout en conservant des fonctionnalités expertes comme le focus peaking ou l'enregistrement en Log. Il est également possible de filmer en UHD et de stocker les informations sur un enregistreur externe.

Au final, le Sony RX10 III reçoit facilement un recommandé et si le prix peut rebuter certains, ce boîtier offre une polyvalence et une qualité rarement atteintes.

Points forts

Points faibles

Zoom 24-600 mm f/2,4-4 précis sur toute la plage focale. Bague de diaphragme mécanique.

Autofocus un peu lent en basse lumière

Stabilisation optique performante

Toujours pas d'écran tactile !

Bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 1 600 ISO

Écran LCD inclinable sur l'axe horizontal seulement

Mode macro à 3 cm (ou 72 cm à 600 mm)

Pas de zoom mécanique (motorisation électrique peu précise)

Boîtier facilement personnalisable

Diffraction visible à partir de f/8

Mode panoramique par balayage

Mise sous tension un peu longue

Autofocus rapide dans la plupart des situations lumineuses

Impossible de zoomer avec le déclencheur à mi-course

Mode vidéo UHD à 30/25 et 24p

Zoom électrique un peu lent (une seule vitesse)

Entrée micro et sortie casque

Pas de GPS intégré

Possibilité de connecter facilement un micro au format XLR

Commandes trop petites (boutons, molettes...)

Sortie HDMI non compressée

Pas de logiciel de montage vidéo (Vegas Video) livré en standard

S-Gamut et S-Log en vidéo. Mode HFR (haute fréquence) pour les ralentis

Pas de chargeur de batterie livré en standard

Viseur électronique de qualité

Autonomie un peu limitée

Recharge de la batterie par micro-USB

Balance automatique perfectible avec des éclairages artificiels

Wi-Fi et NFC

 

Rafale à plus de 6 ips

 


Face à la concurrence

Panasonic FZ1000

Avec presque 2 années au compteur, le FZ1000 peut être considéré comme un boîtier ancien — d'ailleurs Panasonic tarde à le mettre à jour. Pour autant, c'est encore le meilleur adversaire du RX10 Mark III.

Car finalement, le FZ1000 a encore de beaux atouts (il avait remporté le duel qui l'opposait à l'époque au RX10 premier du nom) : un autofocus rapide et performant en basse lumière, l'enregistrement vidéo UHD, un viseur électronique agréable, un écran LCD orientable. Mais c'est surtout le prix du FZ1000 qui fait principalement son intérêt, puisque l'ensemble est désormais disponible à moins de 650 €, soit moins de la moitié de ce qu'il faut débourser pour un RX10 Mark III.

Certes, le zoom optique n'est pas aussi polyvalent et le mode vidéo est moins complet, mais la différence de prix est un argument de poids. Rappelons que le modèle Sony dispose d'une rafale plus rapide, d'un écran LCD plus rapide, d'une gestion du bruit électronique un peu plus fine...

Canon G3X

Autre acteur de renom sur le segment de compact à long zoom et grand capteur, Canon dispose dans sa gamme du G3X également équipé d'un zoom optique 24-600 mm.

Mais les similitudes s'arrêtent là. Le zoom du RX10 III est à la fois plus lumineux (f/2,4-4 contre f/2,8-5,6) et de bien meilleure qualité. Une fois de plus, Sony fait payer la qualité : le boîtier est pratiquement deux fois plus cher que son rival.

Le RX10 III a toutefois d'autres avantages comme un viseur électronique intégré (le Canon G3X en est dépourvu et il faut rajouter plus de 350 € pour en obtenir un en option) ou la possibilité de filmer en UDH. En vidéo, le RX10 III est d'ailleurs mieux équipé des options(S-Log, HFR...) et des assistants à foison. Le compact à long zoom est également plus rapide et propose un haut niveau de personnalisation.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation