Sony RX10 Mark III compact expert test review vue trois quart

Gabarit

Pour faire rapide, le Sony RX10 Mark III est un 24-600 mm f/2,4-4 qui tient dans un petit sac photo. Une véritable prouesse technique et un véritable fantasme du photographe animalier. Pour autant, le boîtier n'est pas un petit gabarit. Il est ainsi nettement plus imposant que le G3 X de Canon qui propose lui aussi un 24-600 mm (certes moins lumineux). Il est également plus volumineux que le Panasonic FZ1000 qui propose pour sa part un 25-400 mm f/2,8-4. En outre, c'est au niveau du poids que le RX10 Mark III accuse une différence nette face à ses compétiteurs : avec plus de 1 100 g, il est nettement plus lourd que le FZ1000 (831 g) ou le G3 X de Canon (733 g).

compact expert Sony RX10 Mark III comparaison des dimensions
Sony RX10 Mark III vs Panasonic FZ1000

compact expert Sony RX10 Mark III test review comparaison dimensions
Sony RX10 Mark III vs Canon G3 X.Source : Camerasize.

Ergonomie

Le RX10 Mark III joue des lignes assez classiques avec un boîtier sobre, peut-être un peu austère. La prise en main est assez agréable. Le revêtement, plaisant, assure une bonne accroche ; la poignée est bien dimensionnée et offre une bonne préhension, ce qui est important pour un boîtier de plus de 1 kg.

Sony RX10 Mark III compact expert test review vue de 3_4
Le Sony RX10 Mark III : évolution dans la continuité avec un superbe 24-600 mm.

Le zoom optique est véritablement la pièce maîtresse du RX10 III et s'impose de lui-même. La construction est remarquable, avec deux bagues (de zooming et de mise au point) au mouvement fluide et très agréable. Un regret ? Oui, la préférence d'une bague électrique à une bague mécanique pour le zoom : la motorisation électrique est parfois peu précise et pas assez rapide. Nous apprécions la bague de diaphragme qui permet de jouer rapidement avec l'ouverture : elle est crantée, mais vous pouvez l'utiliser dans un mode fluide (idéal en vidéo) d'un simple clic.

Le dessus de l'appareil est classique. Sur l'épaule gauche : le barillet pour le choix du mode d'exposition avec les positions PSAM, MR (mode personnalisé), vidéo, HFR (vidéo haute fréquence), scène, panoramique par balayage et Auto. Sur l'épaule droite trône un écran LCD monochrome de rappel, deux commandes personnalisées C2/C1, le déclencheur serti d'une bague de zoom et d'un levier pour la mise sous tension.

Sony RX10 Mark III compact expert test review vue de dessus
Sony RX10 Mark III : mode PSAM, mode personnalisé, tout auto, vidéo et filtres. Il ne manque rien pour une utilisation experte.

Au dos de l'appareil, vous trouverez la commande pour la vidéo, une molette de réglage — malheureusement trop petite pour être facilement utilisée —, ainsi qu'une roue codeuse et différentes commandes. Globalement, ces commandes sont trop petites pour être aisées. Nous apprécions les 3 commandes personnalisables C1/C2/C3, ainsi que l'appel de raccourcis sur l'écran via la touche Fn. Ces raccourcis sont également personnalisables.
Sony RX10 Mark III compact long zoom  test review vue de dos
Bonne initiative, le logement pour la carte mémoire est situé sur le côté de l'appareil et non dans la semelle.

Visée

La visée électronique est confiée à une dalle Oled de 2 359 296 points. Pour ce modèle haut de gamme, nous aurions aimé voir apparaître une nouvelle génération, surtout qu'il existe aujourd'hui des viseurs plus précis comme celui du Q de Leica qui affiche 3,68 millions de points. Le visée reste toutefois précise et fluide dans la plupart des situations lumineuses. Le viseur dispose d'un détecteur de présence bien pratique, mais l’œilleton est un peu dur et peu agréable. La dalle affiche dans un ratio 4/3 et les informations peuvent être déportées dans les bandes noires en haut et en bas pour dégager la visée.
Sony RX10 Mark III compact long zoom test review viseur électronique

Le RX10 III est équipé d'un écran LCD inclinable monté sur une double charnière horizontale afin de l'orienter vers le haut (un peu plus de 90°) et vers le bas (45°). Malheureusement, cet écran n'est toujours pas tactile. Il affiche 1 228 800 points dans un ratio 4/3 ; en mode vidéo, on perd donc beaucoup d'espace.

Sony RX10 Mark III compact long zoom test review écran LCD vers le hautSony RX10 Mark III compact long zoom test review écran LCD vers le bas
L'écran LCD n'est pas complètement orientable et ne peut pas se retourner contre le dos de l'appareil pour assurer une bonne protection.

Autonomie

Le Sony RX10 III utilise une batterie NP-FW50 (1 020 mAh / 7,2 V pour 7,3 W.h, environ 70 €). La marque annonce environ 400 déclenchements selon la norme CIPA. De notre côté, nous avons peiné à réaliser plus de 300 vues avec quelques minutes de vidéo. Pour un week-end, une seconde batterie sera donc un précieux allié.

Sony RX10 Mark III test review hybride batterie autonomie

Notez que le RX10 Mark III n'est pas livré avec un chargeur de batterie, mais avec un chargeur micro-USB. Bon point, il est possible d'utiliser le boîtier tout en rechargeant la batterie avec un accumulateur externe.

Connexions et mémoire

Au niveau du stockage mémoire, pas de surprise : Sony propose un emplacement SD/SDH/SDXC. La fiche technique n'indique pas si le boîtier est compatible avec les dernières normes de transfert UHS-I ou UHS-II.

Notez que pour filmer en vidéo UHD, il fallait jusqu'à maintenant impérativement utiliser une carte SDXC. Une limitation levée sur le RX10 Mark III, qui accepte toute capacité de stockage du moment que la vitesse d'écriture est suffisante.

Nous regrettons cependant que sur un tel boîtier, il n'y ait qu'un seul emplacement pour carte mémoire : un deuxième slot aurait été le bienvenu.
Sony RX10 III test review compact long zoom connexions

Côté connectique, le nouvel hybride dispose du minimum :
  • • sur le côté :
    • – sortie USB 2 (microUSB),
    • – sortie HDMI (type D),
    • – sortie casque (mini-jack 3,5 mm),
    • – entrée micro stéréo (mini-jack 3,5 mm) ;
  • • sur le dessus :
    • – connecteur mi-shoe pour différents accessoires dont le bloc audio XLR-K2M (500 € environ) ;
  • • interne :
    • – puce Wi-Fi, NFC.

Pour les smartphones non compatibles, il faudra se connecter manuellement via un QR Code, ce qui est assez simple à faire.

Une fois connecté, il est facile de visionner les images présentes dans l'appareil et de les transférer sur votre smartphone ou votre tablette pour un partage sur Internet. Vous pouvez les transférer soit en pleine définition ("Original"), soit dans un format plus rapide à transmettre (2M, VGA). Vous l'avez noté, il n'est pas possible de transférer les fichiers bruts.

Compact long zoom RX10 Mark III sony test review Wi-Fi
L'application Commande à distance, pour piloter à distance le boîtier.

L'application PlayMemories permet également de piloter à l'appareil à distance. Par défaut, elle est très (trop) basique et ses options sont limitées. De manière assez étonnante, Sony propose une version bien plus complète sur son service d'applications : PlayMemories Online. Vous devez créer un compte et télécharger l'application, qui est gratuite. Pourquoi ne pas installer directement cette version ? Mystère et boule de gomme (c'est sans doute une bonne manière d'inciter à une création de compte sur PlayMemories...).

Cependant, atteindre le service en ligne PlayMemories Online via un réseau déjà existant est plutôt ardu. Sans interface tactile, saisir des identifiants et des mots de passe requiert une infinie patience et comme précédemment, on est à deux doigts de la crise de nerfs, selon son degré de paranoïa et l'efficacité de son mot de passe... Ensuite, l'interface reste assez lente.

Sony RX10 III compact long zoom test review Wi-Fi configuration
Sans écran tactile, la configuration Wi-Fi et au PlayMemories est fastidieuse...

L'application Commande à distance numérique permet quant à elle de configurer un minimum d'options, comme la sensibilité ISO, l'ouverture et la vitesse, la balance des blancs et le mode autofocus. En outre, vous pouvez sélectionner directement à l'écran la zone de mise au point. Étonnamment, cette application est gratuite et plus évoluée que la fonctionnalité installée par défaut. Pourquoi diable obliger l'utilisateur à se connecter au service Sony pour en bénéficier alors qu'il serait si simple de préinstaller cette version ?

Enfin, la plupart des applications disponibles sur la boutique PlayMemories Online sont généralement payantes et l'addition est plutôt salée : pas moins de 10 € pour une fonction "timelapse", par exemple, que l'on trouvera peut-être par défaut (du moins nous l'espérons) dans la prochaine évolution du boîtier. Des fonctionnalités que l'on retrouve déjà chez certains concurrents... gratuitement. Bref, comme précédemment, l'offre reste au final assez restreinte et très chère.

Bruit au déclenchement

Le Sony RX10 Mark III fonctionne avec un obturateur central jusqu'au 1/2 000 s. Il est très discret et vous n’entendrez qu'un léger cliquetis. Pour un déclenchement totalement silencieux, il est possible d'utiliser l'obturateur électronique, qui permet en outre de grimper au 1/32 000 s.

Logiciels

En septembre 2014, Sony nouait un partenariat avec le fabricant danois Phase One pour livrer en standard Capture One Express avec certains modèles (une heureuse initiative).

Capture One est sans doute l'un des plus complets du marché. Le logiciel, largement éprouvé, a trouvé sa place dans les studios pour travailler en mode connecté, notamment avec les dos numériques. Le passage en version "Pro" devrait être facturé 23 € ; elle vous ouvre les portes du travail en mode connecté (ce qui n'est pas possible en version de base "Express"). Malheureusement, il n'est pas livré avec un logiciel de montage vidéo. C'est d'autant plus regrettable que Sony disposait jusqu'à peu d'un très bon logiciel : Vegas Vidéo.

Sony RX10 Mark III , test review, logiciel, Capture One Express, capture d'écran Le logiciel Capture One Express livré avec le RX10 Mark III.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation