Si les cartes SD (Secure Digital) constituent très certainement le format de cartes mémoire le plus répandu à l'heure actuelle — notamment grâce à leur taille et leur prix contenu —, l'utilisation de caméras et d'appareils photo professionnels nécessite parfois l'adoption de supports de stockage aux débits et capacités supérieures. Alors que les cartes CompactFlash ont occupé ce segment du marché pendant de nombreuses années, une guerre des formats opposant CFast et XQD se profile désormais.

Comprendre les cartes mémoire aux formats CFast et XQD

Les cartes mémoires bénéficient de la vitesse élevée, de la durée de vie relativement longue et de la faible consommation de toute unité de stockage numérique utilisant la mémoire flash. Chaque format de carte dispose cependant d'un bus informatique différent, c'est-à-dire de liaisons physiques pouvant être exploitées en commun par plusieurs éléments matériels afin de communiquer. Les débits en lecture et en écriture d'une carte mémoire dépendent donc de son format et du bus informatique utilisé.

Gloire et chute du format CompactFlash

Longtemps considérée comme la référence du monde professionnel, la norme CompactFlash a été créée par SanDisk en 1994 et n'a eu de cesse d'évoluer depuis. Utilisant le bus PATA (Parallel Advanced Technology Attachment), la norme CompactFlash 6.0 — la dernière à ce jour — a été officialisée en novembre 2010 et permet d'atteindre une vitesse théorique de transfert de 167 Mo/s et une capacité maximale de 512 Go.

Au vu de la rapide évolution de nos usages photo et vidéo au cours des dernières années (démocratisation de la vidéo 4K et de capteurs photo dont la définition dépasse allégrement les 20 Mpx), le besoin d'une nouvelle norme de cartes mémoire capable de gérer des débits très élevés et des capacités de stockage conséquentes s'est cependant fait grandement sentir.

Ce type d'occasion donne bien souvent lieu à la confrontation des plus grands acteurs du marché et le domaine des cartes mémoires ne fait pas exception à la règle. Deux formats différents ont ainsi vu le jour pour entamer une guerre qui n'est pas sans rappeler celle que se sont livrés les formats Betamax et VHS dans les années 1970 et 80.

La lutte entre CFast et XQD

C'est en septembre 2008 que la CompactFlash Association officialise la norme CFast basée sur le bus SATA (Serial Advanced Technology Attachment) plutôt que la vieillissante interface PATA utilisée par les cartes CompactFlash originales. Ayant vu le jour en septembre 2012, la norme CFast 2.0 supporte désormais des vitesses théoriques de transfert de l'ordre de 600 Mo/s. Les dimensions d'une carte CFast sont de 36,4 x 42,8 x 3,6 mm.

Comprendre les cartes mémoire aux formats CFast et XQD

Annoncé en novembre 2010 par SanDisk, Sony et Nikon puis officialisé en décembre 2011 par la CompactFlash Association, le format XQD utilise quant à lui le bus PCI Express et propose des dimensions de 38,5 x 29,6 x 3,8 mm. Le format XQD 2.0 utilisant le bus PCI Express 3.0 est par la suite annoncé en juin 2012 et promet d'atteindre des débits théoriques de l'ordre de 1 Go/s pour une capacité maximale de 2 To.

Comprendre les cartes mémoire aux formats CFast et XQD

Bien que les débits mis en avant par ces normes soient théoriques, les vitesses d'écriture et de lecture ainsi que les capacités réellement atteintes autorisent la captation de vidéos en 4K ainsi que les prises de vues en rafale au format RAW et facilitent le transfert des données. Les normes CFast et XQD répondent également toutes deux aux critères de robustesse requis pour les applications professionnelles de l'imagerie.

Comprendre les cartes mémoire aux formats CFast et XQD

Comment faire son choix ?

Faut-il opter pour un format plutôt qu'un autre ? Peut-être serez-vous malheureux de l'apprendre, mais ce choix ne relève pas réellement des consommateurs que nous sommes. Les constructeurs d'appareils photo, caméras et périphériques de stockage choisissent leur camp en espérant que leur force de frappe commerciale permettra au format qu'ils soutiennent de perdurer dans le temps.

Si le nombre d'appareils supportant l'une des deux normes reste encore limité, un face à face oppose déjà certains grands noms du secteur. SanDisk, Lexar, Transcend ou encore Atomos fabriquent ainsi des cartes CFast, celles-ci étant principalement destinées à des caméras professionnelles de marques BlackMagic, Arri et Canon, mais également à l'appareil reflex Canon 1DX Mark II. En ce qui concerne la norme XQD, ce sont Sony et Lexar qui les fabriquent, notamment pour quelques caméras Sony mais aussi et surtout pour les boîtiers reflex Nikon D4, D4S, D5 et D500.

Plusieurs scénarios sont désormais possibles, la survie d'un format ou de l'autre dépendant notamment de la volonté des marques qui le soutiennent et du succès des appareils qui le supportent. L'évolution d'un tel marché étant de plus relativement lente, il y a fort à parier que cartes CFast et XQD cohabitent pendant pendant au moins quelques années. Précisons de plus que, bien qu'annoncée depuis maintenant de nombreuses années, la mort supposée des cartes CompactFlash n'a toujours pas eu lieu... Comme quoi, les formats de cartes mémoires pour les professionnels de l'image ont la peau dure.

> Toutes les cartes mémoire testées
> Tous nos articles "Comprendre"
> Toute l'actualité (tests et articles)

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation