En plus de désigner tout photographe utilisant un ou plusieurs flashes cobra en déporté, le terme strobist fait référence à une communauté, à une façon d'appréhender l'éclairage et parfois même à une esthétique particulière. Bien qu'en lien avec la pratique du portrait en studio, le strobisme s'en différencie par la faible quantité de matériel nécessaire, permettant à tout un chacun de laisser libre cours à ses envies créatrices.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Exercice photo : éclairage strobist et flash déporté
Photo : Daniel Zedda.

Le principe

Bien qu'il permette de pallier le manque de lumière, un flash intégré ou un flash cobra fixé sur la griffe porte-accessoire d'un appareil photo procure une lumière relativement dure tandis que son emplacement proche de l'axe optique a tendance à écraser les volumes. S'il est possible d'orienter un flash cobra de façon à obtenir une lumière indirecte, déporter une source d'éclairage par rapport à l'appareil photo utilisé permet de démultiplier les possibilités créatives.

Exercice photo : éclairage strobist et flash déporté
Photo : Daniel Zedda.

Le strobisme n'est pas nouveau mais une large communauté s'est développée au cours des dernières années ; profitant des nouvelles possibilités offertes par du matériel d'éclairage transportable et à prix abordable. La légèreté et la maniabilité des flashes cobra permet ainsi de les installer en quelques minutes dans des lieux où la mise en place d'un éclairage studio se serait avéré complexe voire impossible. En se libérant des contraintes du studio, cette pratique est ainsi marquée par la recherche de décors originaux.

En pratique

L'un des avantages du strobisme réside dans le minimalisme de la configuration matérielle exigée par cette pratique.  Un appareil photo, un flash cobra, un pied et un câble synchro représentent ainsi le strict minimum. Cette configuration de base peut cependant s'étoffer de nombreux accessoires plus ou moins onéreux.

Disposer de deux ou trois sources d'éclairage, d'un système de déclenchement à distance ainsi que de modeleurs de lumière peut ainsi permettre de gagner en rapidité et en efficacité. En sus de nos tests d'éclairage nomade et de flashes cobra, nous vous invitons à vous intéresser aux flashes hybrides tels que le Profoto B2 ou le Phottix Indra500 TLL.

Exercice photo : éclairage strobist et flash déporté
Photo : Daniel Zedda.

S'il est possible d'aborder l'éclairage artificiel de façon technique et relativement complexe, une approche empirique est essentielle pour apprendre à modeler la lumière. Gardez à l'esprit qu'il n'est nullement indispensable de recréer entièrement un éclairage complexe pour obtenir des résultats satisfaisants. Tentez plutôt de travailler avec la lumière ambiante — dont l'arrière plan de votre photographie bénéficiera bien souvent — et d'utiliser vos flashes pour compléter celle-ci et ainsi mettre en lumière un modèle ou tout autre sujet.

Pour conclure

Exercice photo : éclairage strobist et flash déporté
Photo : Daniel Zedda.

Si le strobisme était une secte, nul doute que son gourou serait David Hobby, créateur du site internet anglophone Strobist, source d'inspiration gigantesque concernant l'utilisation de flashes déportés. Sachez de plus que Lighting 101, guide d'initiation sous licence Creative Commons, est disponible gratuitement et en français.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !


> Tutoriel : utiliser des flashs en extérieur
> Exercice photo : soigner l'arrière-plan d'un portrait
> Tous nos exercices photo
> Tous nos tutoriels
> Toute l'actualité (articles)

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation