Il y a deux ans, lors de la photokina 2014, nous demandions à Kazuto Yamaki, PDG de Sigma, si nous pouvions espérer voir arriver un boîtier hybride (compact à objectifs interchangeables) chez Sigma. Il nous avait répondu que la gamme reflex SD était pour le moment cette réponse et nous avait donné rendez-vous fin d'entrevue pour la suite de la gamme sd. La voici arrivée !

Et c'est une arrivée en force, puisque ce n'est pas un, mais deux boîtiers qui sont annoncés : les Sigma sd Quattro et sd Quattro H.

Sigma sd Quattro

Présentation

Le changement le plus visible est bien sûr l'abandon de la cage reflex et de la visée optique : ll n'y a plus de miroir, donc plus de visée optique. Les sd Quattro deviennent donc la première gamme d'appareils photo hybrides chez Sigma.

Le sd Quattro intègre un capteur Foveon X3 Quattro APS-C (23,5 x 15,5 mm) de 19,6 Mpx (définition spatiale) alors que le sd Quattro H propose une version plus grande au format APS-H (26,6 x 17,9 mm) avec une définition spatiale de 25,6 Mpx.

Au premier coup d'œil, on ne peut pas s'empêcher de penser au Ricoh GXR et ses modules interchangeables. Il y a un petit air de famille, mais le principe est totalement différent. Sur le GXR, c'est la partie capteur + optique qui pouvait s'interchanger.

Ricoh GXR
Le Ricoh GXR.

En l'absence de viseur optique, les sd Quattro / Quattro H sont moins hauts que le SD1 Merrill, mais leur volume n'est finalement pas si éloigné et le poids est très proche.

Modèle SD1 Merrill sd Quattro
Dimensions 145,5 mm (L) × 112,5 mm (H) × 80,0 mm (P) 147 mm (L) x 95,1 mm (H) x 90,8 mm (P)
Poids 700 g 625 g

Monture Sigma SA

Le sd Quattro est un hybride plus "classique", sur lequel il est possible de changer les optiques grâce à une monture à baïonnette SA. Oui, la monture reflex SA de Sigma est ici reconduite ; il ne s'agit donc pas d'une nouvelle monture qui permettrait de réduire le tirage optique (distance entre le capteur et la lentille arrière de l'optique).

Bien que la cage reflex n'existe plus, le tirage doit être conservé, ce qui impose une monture assez proéminente qui n'est pas sans rappeler cette fois le K-01 de Pentax (à ne pas confondre avec le K-1, reflex 24x36). Ainsi, toutes les optiques Sigma pour capteurs APS-C ou 24x36 fonctionnent directement sur les sd Quattro / Quattro H.

Sigma n'a donc pas souhaité créer une rupture technologique au niveau de la baïonnette ni une nouvelle gamme d'optiques. Un choix raisonnable, mais qui impose un tirage optique de 44 mm. Si sur le premier visuel de face, l'épaisseur de la monture n'est pas visible, une vue de dessus est plus explicite. L'idée est de pouvoir utiliser directement les optiques Comtemporary, Art et Sport sur les nouveaux sd Quattro.

Sigma sd Quattro / Quattro H vue de dessus
Le commutateur de mise sous tension est situé sur le fût de la monture.

Un boîtier revu en profondeur

Comme la série dp Quattro, les sd Quattro apportent donc un peu de fraîcheur au niveau du design et une réelle singularité à la marque. Le châssis en alliage de magnésium profite d'une finition à l'épreuve des intempéries. Le filtre anti-poussière placé devant le capteur empêche les poussières de pénétrer à l'intérieur du boîtier.

Sur le dessus de l'appareil se trouvent la commande de mise sous tension, la griffe porte-accessoire, le viseur électronique, 2 molettes de réglages (avant / arrière) et la touche QS (Quick Set Menu) afin d'accéder rapidement à 8 différents réglages, comme la balance des blancs, le ratio des images ou le mode couleur. La commande Lock permet de verrouiller les réglages des sd Quattro afin de prévenir des modifications intempestives.

Le dos de l'appareil évolue notablement : vous remarquerez immédiatement l'écran LCD très allongé. En réalité, il s'agit de deux écrans. Le premier de 7,6 cm de diagonale (3"), affiche "classiquement" la scène photographiée et donne accès aux menus. Le second écran affiche les statuts de l'appareil : temps de pose, ouverture, sensibilité ISO, nombre de vues disponibles...

Sigma sd Quattro / Quattro H vue de dos

La visée électronique est confiée à un modèle de 2 360 000 points d'un grossissement de 1,09x (soit environ 0,72x en équivalent 24x36), ce qui devrait être assez confortable. Un commutateur permet de basculer la visée sur l'écran ou dans le viseur. Des détecteurs de présence assurent également un basculement automatiquement entre les deux options.

Sigma sd Quattro vue écran arrière

Connectique et stockage

Les Sigma sd Quattro disposent d'un emplacement SD/SDHC/SDXC compatible avec la norme de transfert UHS-I. Vous trouverez aussi une sortie HDMI de type C et, alléluia, une sortie USB 3 pour transférer rapidement les images. Une prise synchro flash est présente sur l'avant de l'appareil et une prise pour une télécommande filaire est prévue.


Sigma sd Quattro / Quattro h vues de côté

Deux capteurs Foveon X3 Quattro APS-C ET APS-H

L'une des caractéristiques de la nouvelle gamme sd Quattro est la possibilité de choisir entre deux tailles de capteur. Mais avant cela, il convient de revenir sur la technologie Quattro, ce qui est à la fois simple et assez complexe.

Si les CMOS et autres CCD classiques utilisent habituellement un filtre de Bayer RVB pour enregistrer les informations colorées, les capteurs Foveon X3 exploitent l'épaisseur du silicium pour distinguer les primaires RVB (rouge, vert et bleu). En effet, les 3 couches de silicium du capteur sont plus sensibles à différentes longueurs d'onde du rouge (700 nm) au bleu (400 nm).

Sigma Foveon X3 Quattro sensibilité longueur d'onde

Pour chaque pixel, le capteur a donc les véritables informations d'intensité pour le triplet RVB. Tout serait simple si chaque couche de silicium avait la même définition. Or la technologie Quattro est différente : la couche bleue profite de 4 fois plus d'information que les couches inférieures (verte et rouge).

Sigma Foveon X3 Quattro fonctionnement

La couche supérieure a ainsi une définition de 20 Mpx, alors que les 2 autres couches ne disposent "que" de 4,9 Mpx. Un air de déjà-vu ? Avec la matrice de Bayer, l'information par composante colorée est également disparate : il y a deux fois plus d'information dans le vert que dans le rouge ou le bleu.

Si la définition spatiale de la couche bleue est de 20 Mpx, il faut reconstituer les informations pour le vert et le rouge par interpolation, avec le risque de moirage qui va avec.

Capteur Sigma Foveon, schéma de fonctionnement


Les fiches techniques des sd Quattro et Quattro H indiquent les définitions d'images (RAW) suivantes :

  sd Quattro sd Quattro H
définition (RAW) 5 424 x 3 616 px (19,6 Mpx) 6 192 x 4 128 px (25,6 Mpx)
capteur APS-C – 23,5 x 15,5 mm APS-H – 26,6 x 17,9 mm

D'un point de vue marketing, Sigma annonce des équivalences avec les capteurs "conventionnels" de type Bayer. Le sd Quattro sera équivalent à 39 Mpx et le Quattro H à 51 Mpx.

Empilement des couches et des images

Si le capteur Foveon X3 Quattro fonctionne par piles, les nouveaux sd exploitent également l'empilement d'images. En effet, le mode Super-Fine Detail (SFD) enregistre automatiquement 7 clichés différemment exposés dans un "super" RAW. Il faut toutefois un ordinateur et le logiciel Sigma Photo Pro pour développer ce fichier qui permettrait d'éliminer le bruit électronique et augmenter la dynamique. Naturellement, il faut travailler sur trépied et avec un sujet parfaitement immobile.

Autofocus hybride

Les boîtiers DP, DP Merrill et dp Quattro ont toujours eu mauvaise réputation en matière de réactivité de l'autofocus et de traitement des images. Les sd Quattro / Quattro H, eux, sont équipés d'un nouvel autofocus hybride par détection de contraste et corrélation de phase sur l'imageur principal.

L'autofocus dispose de 9 collimateurs, mais un mode permettrait de placer le point AF librement. En outre, un système de détection des visages est également intégré. La mise au point manuelle n'est pas oubliée et un système de focus peaking (surlignage des zones nettes par des pixels colorés sur l'écran ou dans le viseur) est présent.

Le mode rafale évolue lui aussi : le sd Quattro est capable d'aligner jusqu'à 10 images à 3,8 ips) en RAW. Un mode basse définition en 2 704 x 1 808 px (5 Mpx) permet de grimper à 5,1 ips. Notez que les sd Quattro ne proposent l'enregistrement de vidéo.

Sigma sd Quattro / Quattro h vue de dessus avec une optique
Le Sigma sd Quattro avec un 35 mm f/1,4 Art.

Disponibilité et prix

[Mise à jour / 24 juin 2016 14h15]

Le sd Quattro sera disponible en juillet à 799 € nu et à 1 049 € en kit avec le 30 mm f/1,4 DC HSM Art (voir "Le Sigma sd Quattro a enfin un prix").

La version APS-H — sd Quattro H — est normalement prévue pour la rentrée 2016 (probablement la photokina).

Un prix vraiment raisonnable quand on se rappelle que le SD1 Merrill fut proposé les premiers mois à 7 000 € pour finir, en 2012, à 2 000 €. Le positionnement tarifaire du sd Quattro est finalement assez proche des dp.

Notre premier avis

Sigma rafraîchit superbement sa gamme SD. Adieu reflex, bonjour hybride. La marque conserve la monture SA, mais s'affranchit de la visée optique pour gagner un (petit) peu d'embonpoint et proposer surtout une expérience nouvelle avec la visée électronique sur écran ou dans un viseur. En ne changeant pas de monture, Sigma propose certes un boîtier plus imposant que la concurrence, mais qui dispose d'ores et déjà d'un parc optique intéressant.

Le design des sd Quattro est original et aura fatalement ses admirateurs et ses détracteurs. J'attends de pouvoir le prendre en main au CP+ pour me faire un avis définitif, mais j'avoue apprécier cette ligne atypique.

Côté capteur, nous sommes un peu déçus de ne pas avoir arriver un capteur Foveon 24x36. Toutefois, la présence d'une nouvelle référence APS-H à 25 Mpx est une bonne nouvelle et nous sommes impatients de voir les progrès réalisés pour la gestion du bruit électronique. Nous avons toujours été surpris par la qualité des images produites par les dp Quattro ; les nouveaux sd Quattro / Quattro H ne devraient pas être en reste.

La réactivité est un autre point sensible auquel nous serons particulièrement attentifs. La série dp Quattro a toujours été critiquée pour son manque de vélocité. Avec les sd Quattro, Sigma inaugure un nouvel autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase. Voilà qui pourrait replacer Sigma dans la course face à une concurrence toujours plus rapide.

Bien sûr, ces boîtiers ont quelques lacunes. Nous aurions aimé un écran LCD orientable et tactile, une stabilisation intégrée par déplacement du capteur, une puce Wi-Fi (pour ne pas être obligé d'utiliser des cartes Eye-Fi), un petit flash pop-up, une obturation plus rapide (limitée ici au 1/4 000 s), un viseur électronique plus précis et, pourquoi pas, un mode vidéo.

Caractéristiques

Capteur : sd Quattro : Foveon X3 (CMOS) 23,5 x 15,5 mm
sd Quattro H : Foveon X3 (CMOS) 26,6 x 17,9 mm
Monture : Sigma SA
Optique livrée : /
Stabilisation : non (stabilisation selon les optiques utilisées)
Antipoussière : oui, par filtre placé devant le capteur
Viseur : électronique, 2 360 000 points.
Dégagement oculaire de 21 mm.
Couverture de champ : 100 %.
Grossissement : 1,09x
Flash : non
Écran : non. LCD de 7,6 cm
Mise au point : Autofocus hybride par corrélation de phase sur le capteur et détection de contraste.
9 collimateurs.
Reconnaissance des visages
Modes autofocus : AF-S, AF-C, manuel
Mesures d'exposition : évaluative, pondérée centrale et spot.
Correction d'exposition sur +/- 5 IL.
Modes d'exposition : PSAM
Vitesse d'obturation : 30 à 1/4 000 s
Motorisation : jusqu'à 3,8 ips en pleine définition (RAW)
Sensibilité ISO : 100-6 400 ISO
Mémoire : SD/SDHC/SDXC
Format image : photo JPEG, RAW
- sd Quattro : 5 424 x 3 616 px
- sd Quattro H : 6 192 x 4 128 px
Alimentation : Batterie Li-Ion BP-61
Connexion : USB 3, HDMI type C, télécommande, synchro flash
Dimensions : 147 x 95 x 91 mm
Poids : 625 g
Logiciels : Sigma Photo Pro
Dans la boîte : NC

> Tous les hybrides testés
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation