Présentation

Créée dans les années 1970 par le photographe Jean Coquin, la société Cokin est spécialisée dans la production de filtres et de compléments optiques. Bien que rachetée il y a quelques années par le groupe japonais Kenko-Tokina, la marque conserve aujourd'hui une grande partie de sa production et de ses emplois en France. Tout en nous gardant d'un certain chauvinisme, rappelons que cette caractéristique constitue une spécificité.

Qualifiés par Cokin comme "les filtres les plus fins et les plus légers au monde", les filtres de la gamme Pure Harmonie se distinguent en effet par un encombrement minimal. Au-delà du simple argument commercial, ils proposeraient robustesse et qualité d'image tandis que leur design extrêmement fin empêcherait l'apparition de vignetage.

Filtre Cokin Pure Harmonie UV MC (anti-UV multi-couches)

Cette gamme se décline en 3 modèles de filtres : anti-UV, polarisant circulaire et gris neutre à densité variable. C'est aujourd'hui le filtre Cokin Pure Harmonie anti-UV multi-couches (UV MC) qui fait l'objet de notre test.

Prise en main

Tous les filtres de la gamme Pure Harmonie sont fournis avec une boîte de protection identique, à la fois sobre et esthétiquement réussie. Si la solidité de ces étuis n'est en aucun cas à remettre en cause, leur taille semble avoir été calibrée sur un seul et unique standard, correspondant aux filtres les plus larges. Certes, le gain en place aurait été minime, mais les filtres à faible diamètre auraient peut-être mérité des boîtes à la taille adaptée.

Filtre Cokin Pure Harmonie UV MC (anti-UV multi-couches)


Filtre Cokin Pure Harmonie UV MC (anti-UV multi-couches)

La qualité de fabrication du filtre Cokin anti-UV multi-couches (UV MC) est excellente. Si son extrême finesse — 3,3 mm hors filetage — est surprenante, elle ne semble pas nuire à sa solidité. Les diamètres proposés vont de 37 à 95 mm.

Filtre Cokin Pure Harmonie UV MC (anti-UV multi-couches)

L'impact des rayons ultra-violets sur la qualité d'image étant généralement négligeable, les filtres anti-UV sont le plus souvent utilisés dans le seul but de protéger la lentille frontale des objectifs, auxquels ils sont alors constamment vissés. Le Cokin UV MC ne fait pas exception à la règle et sa finesse record lui permet non seulement de se faire discret, mais aussi d'éviter l'apparition de vignetage lors d'une utilisation avec un objectif grand-angle.

Filtre Cokin Pure Harmonie UV MC (anti-UV multi-couches)

Test labo

Les tests labo visent à vérifier les caractéristiques techniques annoncées par le constructeur ainsi que la quantité et la qualité de la lumière retranscrite par chaque filtre. Nous allons donc nous attarder sur les modifications de température de couleur, d'éclairement lumineux et de piqué engendrées par le filtre optique.

L'analyse spectrale de la lumière produite par une lampe à incandescence halogène est effectuée à l'aide d'un spectrophotomètre (X-Rite Colormunki associée à Argyll CMS). Aux résultats d'une première mesure sans filtre sont comparés les résultats d'une deuxième mesure avec filtre.

Pour exprimer des différences de température de couleur, on utilise couramment les mireds. On définit le mired (noté M ou MK-1 pour mégakelvin inverse) comme un million de fois l'inverse de la température de couleur, soit 106/TC. Selon les conditions d'évaluation, le seuil à partir duquel un observateur ordinaire décèle une différence de température de couleur entre deux sources lumineuses est au plus de 5,5 mireds et au moins de 0,5 mired.

La température de couleur de la lampe à incandescence utilisée est de 2 800 K, soit 357,1 M, tandis qu'une deuxième mesure à l'aide du filtre Cokin Pure Harmonie anti-UV multi-couches (UV MC) permet de déceler une température de couleur de 2 786 K, soit 352,9 M. Cette différence de 1,8 M étant négligeable, nous pouvons dire que le filtre Cokin n'influe pas de façon perceptible sur la qualité de la lumière retranscrite.

La perte d'éclairement lumineux causée par les filtres anti-UV est bien souvent minime et le filtre de Cokin le confirme. Pour une scène donnée, l'indice de lumination reste ainsi rigoureusement identique lorsque le Cokin Pure Harmonie anti-UV multi-couches (UV MC) est vissé sur l'objectif utilisé.

La notion de piqué est assez délicate à traiter. C'est ce que l'on peut assimiler à la "sensation de netteté" et/ou à la "précision" que l'on observe sur une image. Elle peut être très différente d'un objectif à un autre, d'une focale à une autre, d'une ouverture à une autre et varier entre le centre et les bords de l'image. Le piqué peut aussi être détérioré par l'utilisation d'un filtre. On a coutume de dire que le piqué est optimal au centre et aux ouvertures moyennes : f/8 ou f/11 par exemple.

Nous avons testé le filtre Cokin Pure Harmonie anti-UV multi-couches (UV MC) avec un boîtier Canon EOS 5Ds R et un objectif Canon EF 85 mm f/1,8 USM.





> Télécharger les fichiers originaux

À f/8, le filtre Cokin Pure Harmonie anti-UV multi-couches (UV MC) ne semble détériorer le piqué de l'objectif Canon EF 85 mm f/1,8 USM sur aucune partie de l'image. La balance des blancs étant strictement identique, nous n'observons aucune dérive colorimétrique non plus. Ces résultats mettent en évidence une excellente qualité optique.

Verdict

Filtres Cokin Pure Harmonie

Bien que d'une finesse étonnante, le filtre Cokin Pure Harmonie anti-UV multi-couches (UV MC) arbore une qualité de fabrication irréprochable. Associés à une qualité optique irréprochable, ces atouts vous permettront de garder ce filtre vissé à vos meilleurs objectifs, protégeant ainsi leur lentille frontale sans jamais craindre de détériorer le piqué et la colorimétrie des images réalisées.

Points forts

Points faibles

Bonne qualité de fabrication

 

Bonne qualité optique

 

Encombrement minimal

 

Lire aussi :
> Tous nos tests d'accessoires
> Derniers articles
> Suivez en direct l'actualité photo sur la page Facebook de Focus Numérique


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation