Le dégagement oculaire du viseur est très agréable et permet aux porteurs de lunette de viser correctement. Il dispose en outre d’un correcteur de dioptrie.

Le système autofocus se répartit en 11 zones disposées en forme de losange.

Pour découvrir l’une des bottes secrètes de Nikon, il suffit de glisser un œil dans le viseur. C’est presque un miracle sur cette gamme de produit. Le viseur est (enfin) large et lumineux. Les caractéristiques ne sont pas extraordinaires et, avec un grossissement de 0.94x et une couverture de 95% du champ aussi bien horizontal que vertical, ce viseur est somme toute assez classique. Pourtant, comparé aux Sony Alpha 100 et Canon EOS 400D, c’est une véritable fenêtre sur le monde qui s’offre à vous dans le viseur du D80. Le pentaprisme offre également une très bonne visibilité avec un viseur à la fois clair et précis (BriteView). Si vous avez déjà essayé le Nikon D200, vous retrouverez exactement les mêmes (bonnes) sensations, puisqu’il s’agit du même viseur. Un vrai régal lorsque vous quittez le nouveau reflex de Canon. Les bonnes surprises ne s’arrêtent pas là. Depuis le D70, Nikon permet la surimpression de nombreuses informations et notamment du quadrillage de visée à la demande grâce à une couche LCD, une exclusivité Nikon. Le D80 prévient le photographe de l’absence de carte, du niveau de batterie et du fonctionnement éventuel du mode noir & blanc. Le bandeau d’informations situé en bas du viseur est également très complet avec toutefois quelques lacunes comme l’absence d’indication de la sensibilité et de la balance de blancs.

Autofocus

Deuxième atout du D80, le système autofocus n’est autre que le MultiCam 1000 qui équipe déjà le D200. Il dispose de 11 collimateurs microgravés disposés en forme de losange qui couvrent une large surface du viseur. Les 10 collimateurs périphériques sont linéaires alors que le segment AF central est en croix. Ce dernier est donc plus réactif aussi bien sur des sujets horizontaux que verticaux. Le MultiCam 100 offre d’excellentes performances même dans des conditions lumineuses délicates.

Le module AF du D80 offre de nombreuses options. Vous pouvez opter entre 3 modes AF : AF-S (Single, pour une mise au point unique sur un sujet immobile), AF-C (Continu, le module effectue le point sur un sujet en mouvement tant que le déclencheur est appuyé à mi-course) et enfin AF-A (Automatique, qui agit comme un AF-S tant que le sujet est immobile et bascule en AF-C dès le moindre mouvement). Nikon utilise un algorithme de mise au point prédictif assez performant qui analyse en continu les mouvements du sujet et permet d’anticiper la mise au point au déclenchement. Le mode de zone AF est également paramétrable. Le mode sélectif permet de choisir le collimateur (via le pad multidirectionnel) qui devra être utilisé pour effectuer le point, le mode dynamique permet d’élargir la mise au point aux autres collimateurs si le sujet venait à bouger. Enfin, en mode automatique, c’est l’appareil qui estime le meilleur collimateur afin d’effectuer la mise au point.

Parmi les nouveautés présentes sur le D80, vous noterez l’apparition d’une zone AF centrale étendue couvrant une plage plus importante. Enfin, les algorithmes de pilotage des moteurs AF de l’objectif ont été également améliorés. Le module AF est soutenu par une lampe d’assistance qui illumine la scène afin de faciliter le point. Cette lumière blanche est certes assez perturbante, elle est néanmoins beaucoup plus discrète que les éclairs de flash utilisés par l’E-400 d’Olympus ou par le 400D de Canon.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation