Depuis le Pentax K-3, la précision du système de stabilisation du capteur permet d'obtenir un filtre anti-moirage grâce à des déplacements très fins du capteur pendant l'exposition de la prise de vue. On réduit ainsi la précision de l'image, tout comme avec un filtre passe-bas, et ce faisant, le risque d'apparition du moirage. Cette fonctionnalité est toujours présente sur le K-1 dont le capteur 24x36 ne dispose pas de filtre passe-bas. Sans filtre passe-bas, l'image apparaît plus nette, plus piquée, avec un risque de moirage qui peut être contrôlé à l'aide de cette fonction.

Le Pixel Shift

À l'inverse, la capacité du capteur à se déplacer très précisément peut également servir à réaliser des images plus nettes : c'est le Pixel Shift. Cette technologie rappelle le mode 40 Mpx de l'Olympus OM-D E-M5 II ou le capteur Foveon X3 de Sigma, mais s'en distingue sur plusieurs points.

Le K-1 réalise 4 vues consécutives avec un déplacement d'un pixel afin d'avoir toutes les informations colorées pour chaque pixel de l'image. Dans cet esprit, il se rapproche plus du concept introduit avec les capteurs Foveon X3 de Sigma, qui n'effectuent plus d’interpolations colorées pour la création des pixels. Un principe qui a déjà fait ses preuves et dont nous connaissons les excellents résultats en termes de piqué.



L'image finale est à la même définition que le capteur (36 Mpx, 7 360 x 4 912 px), mais apparaît plus précise. Il n'y a donc pas d'augmentation de la définition, là où le COI d'Olympus, lui, n'aligne pas moins de 8 vues pour réaliser une "super" image en 40 Mpx. Le temps de réalisation est de ce fait beaucoup plus rapide chez Ricoh : il faut compter à peine 5 secondes de traitement des informations.

Sur notre scène test, le gain en précision et netteté est appréciable et bien visible, mais pas aussi spectaculaire qu'avec le Pentax K-3 II.

> Télécharger l'image en pleine définition / normale (JPEG / RAW)
> Télécharger l'image en pleine définition / Pixel Shift (JPEG / RAW)


Pour du packshot, ce système s'avère donc très appréciable. Toutefois, il rallonge sensiblement le flux de travail et, surtout, ne fonctionne qu'avec des sujets parfaitement immobiles. Il conviendra d'utiliser un trépied. Le moindre mouvement ou changement de lumière sera perceptible et viendra mettre à mal la technique du Pixel Shift.

Le K-1 dispose toutefois d'une nouveauté : la compensation de mouvement. Celle-ci est censée limiter les mouvements d'un sujet en déplacement pendant la prise de vue. Et cela fonctionne... dans une certaine mesure. En effet, les artéfacts créés par les mouvements de l'eau ou des feuilles sur notre scène sont bien atténués, mais certains sont encore bien visibles.

Reflex Pentax K-1 test review comparaison pixel shift

> image sans pixel shift
> image avec pixel shift et compensation de mouvement
> image avec pixel shift sans compensation de mouvement

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation