Canon imagePROGRAF PRO-1000 : les meilleures offres
Marchand Stock Prix €
Amazon✔570,00Voir l'offre  


Présentation

Premier modèle d'une nouvelle série d'imprimantes professionnelles chez Canon, l'imagePROGRAF PRO-1000 est relativement compacte (723 x 433 x 285 mm), bien qu'elle puisse atteindre le format A2. Elle arbore un nouveau design souligné par un liseré rouge en façade, rappelant l'identité visuelle de la marque, et possède un écran de contrôle de 3 pouces (7,6 cm).
 Canon ImagePROGRAF PRO-1000
Développée sur la base d'un système à 12 encres pigmentaires, elle reçoit des cartouches de 80 ml de la nouvelle série Lucia Pro. Un noir photo et un noir mat sont disponibles, ainsi que les classiques jaune, magenta, cyan, magenta clair et cyan clair auxquels s'ajoutent le rouge et le bleu. Deux déclinaisons de gris assurent une bonne neutralité et des dégradés progressifs aux impressions noir et blanc, tandis que le "Chroma Optimizer" évite l'effet de "bronzing" et garantit une brillance uniforme aux épreuves.

Canon indique avoir développé une nouvelle tête d'impression plus large (3,25 cm) afin de réaliser des impressions rapides tout en conservant une haute résolution de 2 400 x 1 200 ppp. Y contribue également l'intégration d'un nouveau moteur d'impression : il assure un placement précis des gouttes d'encre, dont la taille descend à 4 pl.

Une connectivité Wi-Fi est intégrée en plus des branchements Ethernet et USB 2.0, assurant une chaîne de traitement fluide depuis tout type de périphérique.

Côté support, l'imagePROGRAF PRO-1000 peut recevoir du papier en feuille à feuille jusqu'à 400 g/m² et 0,7 mm d'épaisseur.

Caractéristiques

Jet d’encre oui, Lucia PRO
Nombre d’encres 12 (noir mat, noir photo, gris, gris photo, cyan, cyan photo, magenta, magenta photo, jaune, rouge, bleu, optimisateur de brillance)
Type d’encres pigmentaire
Contenance cartouche 80 ml
Formats A2 (longueur maximale 594 mm)
Résolution maximale 2 400 x 1 200 dpi
Épaisseur support 300 g/m0,3 mm (bac arrière) - 400 g/m2 0,7 mm (manuel)
Chargement papier bac arrière ou chargement manuel
Logiciels fournis Print Studio Pro, Quick Utility Toolbox
Interface USB2, Wi-Fi, Ethernet
Dimensions 723 × 433 × 285 mm
Poids 32 kg
Autres écran de contrôle (3 pouces), 1 Go de mémoire

Prise en main

Ergonomie et design : une imprimante série L !

Canon c'était déjà démarqué des autres constructeurs d'imprimantes (comprendre Epson, puisqu'il n'en reste plus qu'un) avec sa gamme Pixma Pro et son design élégant, sobre et futuriste. La nouvelle gamme imagePROGRAF PRO suit cette mouvance.

Elle arbore un très chic design entièrement noir, à l'exception du magnifique liseré rouge qui souligne la base et rappelle la série L des optiques professionnelles. Canon veut draguer les photographes avec ce nouveau produit et a donc décidé de lui conférer les codes visuels bien connus du matériel de prise de vue. Il est vrai que dans un studio photo, poser son 1D X chaussé d'un 24-70 mm f/2,8 L à côté de cette PRO-1000 en jette un maximum !

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

En position fermée, l'imprimante est finalement assez compacte : un peu plus de 70 cm de long, 43 de profondeur et 28,5 de haut. Elle tient donc sans aucun problème sur un bureau. 70 cm de long, c'est assez impressionnant lorsque l'on sait que la bête imprime sur un format de papier A2 qui fait déjà 42 cm de large. Cet performance de compacité est obtenue en partie grâce au fait d'installer les 12 cartouches d'encre sous la zone d'impression, sur toute la longueur de l'appareil.

Côté poids, c'est une belle bête : elle affiche tout de même 32 kg sur la balance. Cependant le poids importe peu sur ce type d'appareil. C'est même plutôt un avantage, car il améliore la stabilité de l'appareil et limite les vibrations lors de son fonctionnement : pas de vibrations = une meilleure qualité d'impression.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Niveau interface, Canon a décider d'intégrer un petit écran de contrôle sur le dessus, de 6,7 cm de diagonale et en couleur. Il n'est malheureusement pas tactile, mais permet d'effectuer quelques réglages de base sur l'appareil, lancer des opérations de maintenance ou encore paramétrer le partage sans fil. La face avant accueille un gros bouton de mise sous tension et gros bouton d'annulation de tâche.

12 nouvelles encres Lucia PRO : une tête par cartouche et un plein à près de 700 € !

La nouvelle imagePROGRAF PRO-1000 utilise un jeu de 12 cartouches d'encre de technologie Lucia Pro. On retrouve 7 encres couleur avec les primaires et les CMJN ainsi que des déclinaisons Photo du cyan et du magenta. Pour les impressions monochromes, on dispose d'un noir mat et d'un gris et leurs déclinaisons Photo. Enfin, une dernière cartouche est dédiée à un optimisateur de brillance.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Notons que sur ce modèle, les cartouches d'encre sont situées sous l'espace d'impression et donc désolidarisées des têtes d'impression. Bon point, on dispose bien d'une tête d'impression par type de cartouche, ce qui évite de devoir basculer du noir mat au noir photo au niveau de la tête et de consommer beaucoup d'encre pour rien, comme c'est le cas sur de nombreuses imprimantes Epson.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Chaque cartouche, d'une contenance de 80 ml, est proposée au tarif de 56,49 €. Le plein complet de la machine avoisine donc les 680 €. Le prix moyen au ml d'encre est de 0,7 €. Par comparaison, sur sa rivale l'Epson SURECOLOR SC-P800 (modèle A2+) et ses 9 cartouches de 80 ml, le plein revient environ à 510 € pour un coût au ml équivalent.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Il est très difficile de pouvoir prédire avec précision l’autonomie des cartouches. De nombreux paramètres entrent en compte : le contenu des images, le type et le format de papier, la fréquence d’utilisation de la machine, etc. Cependant Canon communique des valeurs de rendement moyen sur des tirages A2 (norme ISO/IEC 29103) allant selon les couleurs de 256 (noir photo) à 1 600 (noir mat) avec une moyenne à environ 600 tirages (hors optimisateur de brillance).

Print Studio Pro : peut mieux faire

Le logiciel Print Studio se présente sous la forme d'un plug-in compatible avec DPP (Digital Photo Professional) ou les logiciels de la suite Adobe (Photoshop, Element et Lightroom). C'est un micrologiciel qui permet de paramétrer entièrement le pilote d'impression et d'étendre les réglages accessibles via le simple menu Imprimer. Il permet, entre autres, la gestion des couleurs, mais aussi la mise en page et les corrections (luminosité, contraste, équilibre couleur et courbes). Il est même possible d'effectuer un épreuvage écran.

Canon imagePROGRAF PRO-1000

L'interface plus que confuse de Print Studio Pro.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Le module d'impression de Photoshop associé à celui de macOS X.


Ce pilote d'impression est tout simplement horrible et manque cruellement de clarté. Même si toutes les fonctions sont bien présentes, il faut être un utilisateur averti pour s'y retrouver et ne pas faire de mauvaises manipulations. Sur ce point, le module d'impression de Photoshop ou même de Lightroom sont beaucoup plus clairs. Pour nos tests, nous avons besoin d'imprimer des chartes en désactivant entièrement la gestion des couleurs. Nous avons très longuement cherché les réglages pour y parvenir, en faisant même appel à un technicien spécialisé chez Canon. Résultat des courses, nous avons trouvé une option sous PC mais sur Mac, on cherche encore !

Canon imagePROGRAF PRO-1000

Les différents paramètres d'impression accessibles depuis Print Studio Pro.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Les options de maintenances accessibles depuis le gestionnaire d'imprimante sous macOS X.

À noter, Canon fournit par défaut 13 profils ICC pour un certain nombre de papiers de leur gamme. Idée géniale, les noms de ces profils sont en anglais, alors que les préréglages de type de papier dans le pilote sont en français. Par exemple, on choisit le type de papier "Photo Glacé Extra II". Le profil ICC correspondant est le "Paper Plus Glossy II".
Deuxième fait intéressant, ces profils sont conçus pour la Canon PRO-1000/500. À l'heure ou nous écrivons ces lignes, il n'y a pas (encore) de PRO 500 en gamme chez Canon...

Une fonction utile de ce logiciel, en revanche : il est possible d'imprimer une mosaïque de son image en faisant varier les paramètres couleur ou de luminosité/contraste afin et de pouvoir choisir le rendu idéal de son tirage avant de lancer l'impression finale.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review
À noter également, Canon propose un logiciel de profilage papier compatible avec les sonde X-Rite de type EyeOne ou Colormunki. Même si l'idée est bonne, il y a fort à parier que les utilisateurs de sondes de profilage utiliseront leur propre logiciel (livré avec leur sonde). Ce qu'il aurait fallu pour aller au bout de l'idée d'un profilage "maison" complet, c'est intégrer une sonde directement au niveau des têtes d'impression et que l'imprimante soit capable toute seule d'imprimer la ou les charte(s), de les faire sécher, les mesurer, de générer un profil et imprimer une image test. Ce type de technologie existe déjà chez Epson avec le SpectroProofer, en option sur la 4900.

Chargement du papier : pas de possibilité d'utiliser de rouleau !

L'imprimante possède deux systèmes de chargement papier en feuille à feuille. Le premier, pour les supports ne dépassant pas 300 g/m² et 0,3 mm d'épaisseur, se situe à l'arrière avec un bac de chargement capable d'accueillir plusieurs feuilles. Ce système est adapté à des supports relativement souples, car il impose une courbure de la feuille assez conséquente. Pour les supports plus lourds, plus épais et plus fragiles (400 g/m² et 0,7 mm), il est possible d'utiliser un second système de chargement moins pentu. Il n'est cependant pas complètement à plat, contrairement à la Pixma Pro-1. Dans les deux cas de figure, un système de centrage permet de synchroniser du papier de plus petit format.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Au final, l'imagePROGRAF PRO-1000 peut donc avaler des supports pouvant monter jusqu'à 400 g/m² et 0,7 mm d'épaisseur. Malheureusement, et c'est bien regrettable, il n'est pas possible d'imprimer sur du papier en rouleau pour réaliser des tirages panoramiques, ni même sur toile. Ce défaut était déjà présent sur les Pixma PRO et on aurait pu espérer qu'en montant en gamme, il serait corrigé. Sa concurrente chez Espon SureColor SC-P800 propose la fonction en option.

Connexions : toutes options...

Pour ce qui est des connexions, cette imprimante est particulièrement bien fournie puisqu'on retrouve, en plus du classique USB 2, une prise Ethernet pour une utilisation en réseau et même le Wi-Fi. Enfin, Canon se sépare du port USB en façade compatible PictBridge, qui permettait d'imprimer directement depuis un appareil photo relié. Mais même si cette fonction est très utile pour le grand public, elle ne sert strictement à rien sur des machines de ce type. Sachez que la compatibilité PictBridge est toujours valable en Wi-Fi.

Vitesse d'impression

En général, sur ce type de matériel, le temps d’impression n’est pas un paramètre fondamental : on privilégie la qualité d’impression. Cependant, pour certains utilisateurs qui souhaiteraient faire un usage semi-professionnel ou professionnel de ce genre d'appareil, la vitesse d’impression peut être critique. Par exemple, un photographe de mariage qui veut proposer des tirages A4 ou A3 "sur place" peut avoir besoin d’une imprimante rapide afin de pouvoir tenir le rythme de ses commandes.

Nous avons volontairement chronométré l’imprimante dans une configuration délicate : niveau 2 (sur une échelle inversée de qualité qui va de 1 à 5) et en utilisant l'optimisation de la netteté en fonction du type de papier (ici Papier Photo Glacé Extra II). Nous réalisons un tirage sans marge dans différents formats de notre charte de test et démarrons le chronomètre dès que la feuille est avalée par l'appareil.

Nous avons chronométré l'impression d'un A2 à 17 minutes 30 et celle d'un A3 à 12 minutes.

Qualité d'impression

Notre protocole de tests

Pour tester la qualité d'impression, nous étudions le rendu des valeurs, le rendu des couleurs et le rendu des détails. Nous effectuons une analyse objective basée sur des mesures réalisées à l'aide d'un spectrophotomètre et une analyse subjective basée sur l'observation de tirages de référence.
Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review
L'imprimante est testée dans deux modes avec notre papier référence, l'Ilford Smooth Gloss (290g). Dans un premier temps la gestion des couleurs est laissée en automatique à l'imprimante en choisissant le preset papier le plus proche. Dans un second temps nous réalisons un profil personnalisé de notre papier référence à l'aide de Profil Maker 5, un spectrophotomètre (EFI ES 1000) et de la charte TC9.18.

Rendu des valeurs

Commençons par étudier la neutralité des tirages. Pour ce faire, nous analysons les mesures effectuées sur une gamme de gris allant du blanc au noir.

Les deux courbes a* et b* représentent les axes rouge-vert et jaune-bleu du L*a*b* (espace colorimétrique). Plus le a* est positif, plus la teinte est rouge, plus il est négatif, plus la teinte est verte. À l'inverse, plus le b* est positif, plus la teinte est jaune, plus il est négatif, plus la teinte est bleue.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Enfin le delta E2000 (toujours positif) exprime la différence entre deux couleurs (telle qu'attendue et telle que rendue). Ici, il est assimilable à une "moyenne" entre a* et b*. Plus le delta E2000 est grand, moins le gris est neutre.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

La neutralité des gris n'est pas parfaite, que se soit en mode automatique ou en prenant la main sur la gestion des couleurs. Toutefois les petites dominantes restent très faibles et seront difficilement perceptibles à l'œil. Plus on s'approche du blanc, plus une légère dominante bleue s'installe, probablement due à la présence d'azurants optiques dans le papier.

Nous avons aussi représenté la gamme de gris selon la clarté L* (échelle de clarté proche de la vision humaine) dans le graphique suivant. Pour une gestion de la couleur efficace, la courbe devrait être linéaire. Ici, on constate qu'une bonne gestion des couleurs maison permet d'obtenir un rendu parfait !

Enfin, pour ce qui est densités maximales (ici sur un papier brillant), la Pro-1000 délivre des noirs très profonds qui sont un atout pour la réalisation de beaux tirages noir & blanc contrastés.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review
Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Terminons cette analyse du rendu des valeurs avec un tirage noir & blanc effectué sur un papier mat à fort grammage. Nous avons opté pour l'Ilford Smooth Fine Art. Bien entendu, cette Pro-1000 dispose d'un mode noir & blanc dédié accessible depuis le pilote.

Par définition un papier mat absorbe plus l'encre qu'un papier brillant. Il en résulte des noirs moins denses, donc une Dmax plus faible et une clarté L* minimale plus élevée.

La gamme de gris imprimée est un peu contrastée. Les ombres et les valeurs moyennes sont reproduites trop sombres. Dans l'idéal, nous aurions dû obtenir une courbe de clarté L* bien droite, comme lors de nos tests couleur. Au lieu de ça, la courbe est incurvée. Les ombres ont du mal à décoller. Les tirages photo réalisés sont certes plus flatteurs, mais si la photo sur écran est elle-même très contrastée, l'effet se fait négativement ressentir.
Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Rendu des couleurs

Nous avons comparé les performances de cette nouvelle PRO-1000 à celles de deux de ses petites sœurs, à savoir les PRO-10 et PRO-1. Pour les trois machines, nous avons réalisé nos profils ICC dans les mêmes conditions et sur le même papier (Ilford Smooth Gloss).

Bon point, le gamut de la PRO-1000 est, dans l'ensemble, plus large que ceux proposés sur la PRO-10 (10 encres). La différence de gamut entre la PRO-1 (12 encres également) et la PRO-1000 n'est pas flagrante et les deux appareils proposent à peu de choses près les mêmes saturations maximales des couleurs.
Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review
Dans l'ensemble, on peut tirer de plus belles saturations maximales et les dégradés sont plus propres avec une gestion des couleurs maison qu'en laissant la main à l'imprimante. En revanche, le rendu des teintes chair est beaucoup plus flatteur et réaliste en automatique.

Comme souvent, on observe également un traitement flatteur un peu forcé en laissant l'imprimante gérer les couleurs : elles sont alors un peu trop saturées et manquent de naturel. Le phénomène est neutralisé avec un profil ICC maison qui a en plus le mérite d'être plus performant dans les ombres !



Le gamut de la Pro-10 est représenté en vert et celui de la Pro-1 en rouge.

L'étude comparée des profils ICC constructeur sur papier brillant entre cette PRO-1000, sa concurrente directe chez Epson, la SC-P800, et notre référence, la Stylus Pro 4900, sont sans appel. En termes de nombre de couleurs reproductibles, cette PRO-1000 fait globalement mieux que la SC-P800 (9 encres seulement), mais moins bien que la 4900.

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Rendu des détails

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review
Nous avons imprimé une charte de détails sur notre imprimante. Son fonctionnement est calqué sur celui de la charte USAF 1951 utilisée en optique. Elle nous permet d’apprécier visuellement la reproduction des détails.

La charte a été imprimée horizontalement et verticalement, à 300 dpi. Les valeurs indiquées sont en cycle par millimètre. Un cycle est l’ensemble 1 bande noire + 1 bande blanche.

Pour plus d’informations sur la charte USAF 1951, nous vous invitons à visiter la page dédiée sur Wikipedia.

Nous avons également imprimé un mini test couleur.

La résolution est excellente, tant verticalement qu'horizontalement. Rien à redire !

Verdict

Imprimante photo Canon imagePROGRAF PRO-1000, test review

Pas de doute, cette nouvelle PRO-1000 est une bonne imprimante. La qualité d'impression qu'elle délivre n'a que peu de chose à envier aux ténors de la discipline et pourra s'approcher de la perfection avec une bonne gestion des couleurs "maison". On apprécie la neutralité des tirages, la linéarité des niveaux et les densités maximales. Son système d'impression à 12 encres dont 4 dédiées aux tirages monochromes lui permet de disposer d'un gamut large, riche et saturé. Même si elle fait un peu moins bien que notre référence en la matière, l'Epson Stylus Pro 4900, elle dispose d'un niveau de qualité "tirage d'art" largement suffisant dans presque tous les cas.

Outre ses qualités d'impression, la machine est aussi un bel objet, compact et bien pensé. Son installation et sa prise en main (en mode automatique) sont très rapides et très intuitives. Canon propose de plus un bel utilitaire d'impression, complet malgré son interface confuse et largement perfectible.

C'est donc pour l'instant presque un sans-faute. Presque, car il lui manque une fonction de premier ordre sur ce type d'appareil : la possibilité d'imprimer en rouleaux, même en option. Certes, ce type d'usage peut être assez rare, mais qui peut le plus peut le moins ! Sur une machine de ce calibre, on est en droit d'attendre un maximum de polyvalence pour répondre à tous les besoins (les siens et ceux de ses clients). À noter, cette option est disponible pour environ 250 € chez sa concurrente, l'Epson SureColor SC P800.

Sur la liste des doléances, nous aurions aussi aimé pouvoir utiliser en option une sonde de profilage automatique, par exemple le Spectroproofer (en option sur certains modèles Epson). Sur ce point, pour se faire pardonner, Canon fournit tout de même pour l'instant pas moins de 13 profils ICC pour s'adapter aux différents types de papiers. On retrouve bien entendu les papiers de la gamme Canon, mais aussi certains Moab, Hahnemuhle ou Canson.

Enfin, sachez que l'utilisation de cette machine coûte cher. Avec ses 12 encres et ses cartouches séparées de 80 ml, il faut compter près de 700 € pour faire le plein. Bon point pour Canon, chaque type d'encre dispose de sa propre buse d'impression : pas besoin de purger le système pour passer d'un noir mat à un noir photo par exemple, contrairement à sa rivale l'Epson SureColor SC-P800 (9 cartouches, 510 € le plein).

Si vous comptez imprimer toujours sur le même type de papier, nous aurons tendance à vous conseiller de privilégier le modèle Epson, qui sera globalement moins cher à faire fonctionner et sera plus polyvalent. Il est vrai que cette machine ne possède que 9 encres, mais si vous n'avez pas d'exigences extrêmes en terme de gammes couleurs reproductibles, cela ne vous dérangera en rien.

Par contre, si vous comptez jongler entre différents types de papiers, préférez le modèle Canon, quitte à tirer un trait sur la possibilité d'imprimer sur rouleau. La réalisation de tirages photo jet d'encre est une activité qui demande beaucoup de moyens financiers, du temps, de la patience et de l'expérience. Mais quel plaisir d"admirer ses photos sur de beaux tirages A2 !

Points forts

Points faibles

Qualité générale d'impression

Pas d'option pour imprimer en rouleau

Richesse des couleurs (gamut)

Coût d'exploitation très élevé

Neutralité des gris

Pilote compliqué pour les novices

Restitution des détails

 

Ergonomie, design et prise en main

 

Compacité

 

Silence en fonctionnement

 

1 buse par type d'encre

 

Canon imagePROGRAF PRO-1000 : les meilleures offres
Marchand Stock Prix €
Amazon✔570,00Voir l'offre  

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation