Nous allons voir ici comment réaliser une photographie panographique. Contrairement au panoramique qui assemble plusieurs photos de manière invisible afin de produire une image uniforme, le panographe se compose de multiples photos laissées nettement et volontairement distinctes les unes des autres.

Réaliser un panographe

Qu’est-ce qu'un panographe ?

Le panographe reprend le principe de base de la photographie panoramique, à savoir assembler plusieurs photos pour en créer une nouvelle. Toutefois, contrairement au panoramique (qui requiert un raccordement précis et une exposition similaire d’une prise de vue à l’autre, pour réaliser une image homogène), le panographe exige que les différentes photos soient cadrées de manière anarchique et comportent des écarts d’exposition, afin que sur l’assemblage final, on puisse distinguer chacune des photos qui la compose.

Maintenant que nous avons posé le principe théorique, passons à la pratique.

Les réglages du boîtier

Au niveau des réglages stricts du boitier, il n’y a rien de particulier à faire : généralement, un réglage de type paysage sera privilégié, c’est-à-dire avec une grande profondeur de champ. Par contre, contrairement à la photographie de paysage, utilisez cette fois une longue focale et non pas un grand-angle, le but n’étant pas forcément de prendre une vue élargie de la scène, mais plusieurs photos des détails qui la compose.

Le principal réglage à effectuer est celui du format de fichier. Pour une fois, oubliez le RAW pleine résolution, surtout avec un capteur de 24 Mpx ou plus : vous vous retrouveriez à devoir assembler des dizaines de photos de plus de 30 Mo, ce qui est techniquement inutile, et vous feriez ramer votre ordinateur pour rien. Optez plutôt pour le format JPEG dans une taille moyenne (M) ou petite (S) selon la résolution de votre capteur.

Réaliser un panographe

La prise de vue

À condition d’être bien organisé, la prise de vue est assez simple à réaliser. Attention toutefois : un simple oubli, et c’est toute votre session qui pourrait être à recommencer.

Contrairement à la photographie panoramique, le trépied n’est pas indispensable et pour certains, il est même encombrant. Une fois votre composition arrêtée dans votre tête, ancrez bien vos pieds au sol et ne les bougez plus tout du long de la prise de vues. Un pas de côté, en avant ou en arrière, et c’est toute votre perspective qui est modifiée ; seules vos hanches et votre tête doivent bouger.

Avant d’effectuer le premier déclenchement, essayez d’imaginer votre composition et, si besoin, prenez une photo repère de la scène. Elle peut avoir un double intérêt : lors de la prise de vue, elle vous permettra de vérifier que vous avez bien photographié toutes les zones de votre future composition, et lors de l’assemblage, telle la photo témoin sur la boîte d’un puzzle, elle pourra vous aider à vous repérer et à comprendre où chaque photo doit se placer.

Vous pouvez désormais commencer à déclencher, mais encore une fois, réfléchissez bien avant de commencer : choisissez une focale et n’en changez plus. De même, pour vous organiser au mieux, trouvez un ou des repères, et effectuez votre balayage de la scène en partant d'eux. L’ordre de prise de vues n’a pas grande importance, tant que vous parvenez à vous repérer entre ce qui doit être et ce qui a déjà été photographié.
Réaliser un panographe
Exemple d’une composition bancale : certains points n’ont pas été couverts, le bas de la scène est incomplet, etc.

Le plus important va être de ne surtout pas s’appliquer à cadrer correctement. Alternez les prises de vues au format portrait, paysage, de biais à droite, de biais à gauche, plus ou moins incliné... bref, pour une fois, cadrez n’importe comment ! La seule chose dont vous devez vous préoccuper est qu’il n'y ait pas de zone vide dans votre composition future. Concernant les écarts d’exposition, de même, faites varier les écarts jusqu’à ±2 EV selon l’effet voulu.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à prendre plus de photos que nécessaire : mieux vaut en supprimer au moment de l’assemblage que de se retrouver avec un trou ou un effet indésirable. Dans le doute, si ça peut vous rassurer au début, balayez la scène deux fois. C’est avec l’expérience qu’arrive l’assurance. Comptez 20 à 40 photos pour un bon panographe, même s'il est possible de faire avec moins, ou beaucoup plus.
Réaliser un panographe

L’assemblage

Une fois de retour chez vous, ouvrez votre éditeur d’images type Photoshop, Gimp ou n’importe quel logiciel qui gère les calques. Créez une nouvelle image de par exemple 15 000 px de largeur sur 10 000 px de hauteur, sur fond uni. Surtout, n’hésitez pas à créer une image plus grande que nécessaire : elle va d’abord servir à mettre à plat toutes vos photos en vue de l’assemblage.
Réaliser un panographe

Parmi toutes les photos que vous avez prises, sélectionnez en premier le ou les repères, et positionnez-les sur votre nouvelle composition. Une fois cette étape effectuée, importez toutes les autres dans des calques séparés et positionnez-les là où elles doivent se trouver, sans chercher à les aligner.
Réaliser un panographe

Une fois l’ensemble mis à plat, vous pouvez déjà repérer celles qui vous seront inutiles ou inexploitables.
Masquez alors tous vos calques sauf les repères et commencez la phase d’alignement. Cette étape va être plus ou moins fastidieuse, selon votre panographe et l’effet voulu. Certains vont préférer un alignement parfait, d’autres un effet cassé.

Affichez le calque le plus proche de votre photo-repère et commencez l’alignement. Pour ce faire, sélectionnez votre calque, déplacez-le avec l’outil Déplacement (raccourci : V sur Photoshop), faites-lui faire si besoin une rotation (Ctrl+T) jusqu’à ce qu’il soit aligné et, quand il est bien positionné, verrouillez-le avec votre calque inférieur. Répétez cette manipulation autant de fois que nécessaire jusqu’à la composition finale.

Afin de faciliter l’alignement, vous pouvez temporairement réduire l’opacité de votre calque, ou le passer en mode Différence afin de vous guider sur le calque inférieur.

N’hésitez pas à supprimer certaines photos, surtout si vous avez doublé et plus encore si vous avez triplé votre balayage. Choisissez l’orientation ou l’exposition qui donne le meilleur effet, changez l’ordre des claques pour en faire passer certains au-dessus des autres, etc.
Réaliser un panographe

Une fois les alignements terminés, vous pouvez toujours modifier la luminosité et le contraste de certains calques afin d’affiner votre rendu. De même, vous pouvez appliquer un traitement, comme sur n’importe quelle photo, et prendre la décision ou non de recadrer votre assemblage afin de supprimer le bord blanc ou le laisser pour montrer le côté irrégulier du panographe. Simple question de goût.
Réaliser un panographe

Une fois votre assemblage terminé, libre à vous de le recadrer ou de le laisser sur un fond uni ou transparent

Conclusion

Vous avez désormais toutes les clés en main pour réaliser un panographe ! Reste maintenant à vous exercer, car si sur le papier cette technique est accessible, elle demande une certaine maîtrise à la prise de vues, pour ne pas oublier une zone comme pour obtenir une bonne alternance de cadrages et d’expositions. Sans parler de la patience nécessaire…

Lire également :
> Créer une image panoramique par assemblage avec Hugin
> Toutes nos astuces photo
> Tous nos tutoriels photo

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation