Canon EOS-1D X Mark II : les meilleures offres


En octobre 2011, Canon marquait les esprits en annonçant avec presque 6 mois d'avance l'arrivée de l'1D X, un boîtier musclé synthétisant les 1D Mark IV et 1Ds de l'époque. Alors que l'Euro de football et les Jeux Olympiques de Rio se préparent avec frénésie pour l'été et que Nikon a déjà annoncé le D5, la marque lève le voile sur son nouveau reflex sportif : l'EOS 1Dx Mark II.

Présentation


Canon EOS-1D Mark II (1DX 2) vue de face

Tout le monde s'aligne à 20 Mpx

Le nouvel EOS 1D X Mark II enfermera un capteur 24x36 de 20,2 Mpx, soit peu ou prou la même définition que son concurrent direct, le Nikon D5. Coïncidence ? Sans doute pas ; une définition de 20 Mpx semble en effet être le parfait équilibre entre poids des fichiers, rendu des détails et gestion du bruit électronique. Il est important de noter qu'il s'agit d'un capteur Dual Pixel AF : une première pour un format 24x36.

Principe de fonctionnement du Dual Pixel AF / Canon

Pour mémoire, cette technologie est apparue sur le Canon 70D en en 2013. Le principe en est "relativement simple" : chaque photosite du capteur est subdivisé en 2 sous-parties qui permettent de créer une image A et une image B. Les deux sous-pixels sont regroupés au moment de la prise de vue pour créer l'image finale. Au moment de la recherche du point, la parallaxe entre l'image A et B est calculée pour piloter rapidement le mouvement des lentilles dans l'objectif.

Dual Pixel AF explications

Concernant la sensibilité ISO, le nouveau reflex sportif disposera d'une plage native de 100 à 51 200 ISO qu'il sera possible de pousser jusqu'à 409 600 ISO. On est donc assez loin des 3 280 000 ISO du Nikon D5... du moins sur le papier, car il faudra vérifier que cette avalanche d'ISO est pleinement exploitable (voir notre montée ISO).

Amélioration des JPEG à la volée

Ce nouveau capteur est épaulé par un nouveau processeur de traitement des données, ou plutôt d'un nouveau duo de 2 processeurs DIGIC 6+.

En reportage ou en sport, les photographes travaillent régulièrement en JPEG seulement, les fichiers bruts étant généralement trop volumineux pour un traitement rapide et un transfert par les ondes ; le plus souvent, c'est la réactivité qui prime. Les ingénieurs de Canon ont donc travaillé sur le rendu des images JPEG. Les nouveaux processeurs prennent en charge de nouveaux traitements avec le Digital Lens Optimizer. Avec une base de données de toutes les optiques actuelles embarquée dans le boîtier, l'1D X Mark II est capable de traiter les distorsions, la diffraction et les aberrations chromatiques à la volée. D'ailleurs, ces traitements ne sont pas optionnels : ils sont effectués d'office et vous ne pouvez pas intervenir dessus. Ceux qui veulent avoir la main sur le rendu de leurs images devront passer par les fichiers bruts.

Le capteur dispose désormais d'un nouveau système de nettoyage qui associe une onde ultrasonique (pour décoller les poussières) à un système de cartographie. En effet, le 1D X Mark II utilise le système des pixels morts pour repérer les poussières et les effacer à la volée.

De 14 à 16 images par seconde

Les DIGIC 6+ permettent d'engloutir un nombre impressionnant de données et d'avaler des rafales à 14, voire 16 images par seconde (i/s) ! Il sera possible d'aligner jusqu'à 170 images en RAW à 14 i/s. Sachant qu'un 100 m se parcourt en moins de 10 secondes, les photographes pourront maintenir une rafale pendant toute la durée de l'épreuve reine des compétitions d'athlétisme.

Pour stocker toutes ces données, Canon n'a pas tranché sur le support d'enregistrement. Ainsi vous avez le choix entre un emplacement Compact Flash et un emplacement CFast 2.0, un format présenté par SanDisk à la photokina 2012. Ce format est, pour Canon, censé remplacer la norme Compact Flash déjà vieillissante. De son côté, Nikon a opté pour le format XQD avec un positionnement plus tranché, le D5 se déclinant en version XQD ou CF. Les CFast 2.0, qui suivent les spécifications SATA 3, devraient atteindre des débits jusqu'à 600 Mo/s.

Pour atteindre ces cadences, Canon a revu les mécanismes de l'obturateur : celui-ci est donné pour 400 000 cycles.

Canon 1D X Mark 2 vue de dessus

Un autofocus qui s'adapte mieux

En 2011, l'1D X proposait un module AF ambitieux avec pas moins de 61 collimateurs, dont 41 en croix et 5 en double croix : le gain par rapport à la génération précédente était magistral. L'1D X Mark II est plus "sage" et reconduit le module autofocus à 61 points, mais le rend plus sensible. Ainsi, tous les collimateurs sont désormais sensibles jusqu'à f/8. Le photographe équipé d'un doubleur continuera donc à bénéficier de toute la surface couverte par le module AF. Quant au collimateur central, sa sensibilité progresse jusqu'à -3 IL. En outre, la surface couverte par le module augmente d'environ 8 %.

L'autofocus est plus performant pour le suivi d'un sujet avec les nouveaux algorithmes Ai Servo AF III. Le système utilise désormais le capteur d'exposition (360 000 points RVB + infrarouge, contre 100 000 points sur le précédent modèle) couplé à un processeur Digic 6 dédié. Ce gain de puissance permet une meilleure reconnaissance des sujets, donc un suivi plus précis et plus rapide. Sur la précédente génération, le mode prédictif ne permettait pas de suivre facilement un sujet en perpétuel changement de vitesse, l'autofocus se calant sur un calcul prédictif à partir des premières images. Désormais, le module autofocus s'adapterait mieux aux variations.

En mode visée sur écran, l'1D X Mark II dispose d'une technologie de mise au point à corrélation de phase sur le capteur principal apparue sur le 70D, le Dual Pixel AF. Ce système est compatible avec toutes les optiques EF et permet une mise au point rapide et moins saccadée en visée LiveView.

Les gyroscopes au service de l'autofocus

L'1D X Mark II dispose toujours des 6 scénarios d'autofocus. Or il a été noté que lorsque le photographe ne sait pas quel cas choisir, il positionne le boîtier en mode générique (cas 1). Pour améliorer les performances, le boîtier sera désormais capable d'utiliser les gyroscopes des optiques stabilisées pour déterminer, tout seul, comme un grand, le meilleur scénario possible.

Un écran tactile bien caché

Vous avez bien lu : le Canon EOS 1D X Mark II dispose bel et bien d'un écran LCD tactile. Sauf que celui-ci ne fonctionne... qu'en vidéo ! Voilà une annonce plus qu'étonnante. En effet, il ne sera pas possible de naviguer dans les menus en mode tactile, ou de feuilleter les images prises en mode photo. Le mode tactile est réservé au mode vidéo et à la sélection du point pendant le filmage. Une limitation difficile à comprendre, et nous espérons qu'une mise à jour du firmware (micrologiciel) viendra "libérer" l'1D X Mark II de cette restriction. Avec l'arrivée d'un écran tactile, il ne reste plus qu'à attendre l'intégration d'un écran LCD monté sur rotule, et tout sera alors parfait !

L'écran gagne un peu en précision avec une définition de 1 620 000 points sur la même diagonale de dalle que précédemment (3,2", soit 8,1 cm), avec sans doute un affichage en 900 x 600 px.

Canon 1D X Mark 2 vue de dos

Vidéo 4K, enfin !

Le Canon EOS 1D C fut le premier reflex de marque à proposer l'enregistrement vidéo 4K et, depuis 2013, c'était le seul. Jusqu'au 1D X Mark II. En effet, le nouveau boîtier vient également remplacer l'1D C qui terminera tranquillement sa route en 2016.

L'1D X Mark II est capable d'enregistrer sur carte (CFast 2.0) en :
  • – 4K Ciné – 4 096 x 2 160 px, 59,94 / 50 / 29,97 / 25 et 24 / 23,98p ;
  • – HDTV 1080 – 1 920 x 1 080 px, 119,9 / 100 / 59,94 / 50 / 29,97 / 25 et 24 / 23,98p.

En 4K Ciné (4 096 x 2 160 px), seule une partie centrale est utilisée pour l'enregistrement (26,9 x 14,2 mm) pour un facteur de recadrage de 1,3x. Le boîtier enregistre un .MOV avec un encodage MJPEG, comme l'1D C. Difficile de comprendre pourquoi les ingénieurs n'ont pas opté pour un codec de compression plus récent (donc plus efficace).

De manière assez étonnante aussi, l'1D X Mark II ne filme pas en UDH (4K TV en 3 840 x 2 160 px), qui est pourtant la définition la plus courante. Une mise à jour serait également bienvenue pour pallier cette lacune.

En HDTV 1080 (1 920 x 1080 px), de même, seule une partie du capteur est utilisée (35,9 x 20,2 mm) pour un format d'image proche du Super35 mm. Notez qu'il sera possible de filmer en 120 ips pour réaliser des ralentis fluides.

Il sera aussi possible d'enregistrer jusqu'à 30 minutes de vidéo 4K et d'extraire des images en 8,8 Mpx depuis le boîtier.

La sortie HDMI n'est pas compressée, mais n'est pas compatible 4K. Elle permet d'enregistrer des vidéos HDTV 1080 en 8 bits 4:2:2. Là encore tout n'est pas perdu, puisque le 5D Mark III avait "subi" une mise à jour pour rendre la sortie HDMI non compressée plusieurs mois après sa commercialisation. Nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises.

Pour supporter l'enregistrement 4K sur l'1D X Mark II, les ingénieurs n'ont pas hésité à intégrer un caloduc (système de conduction de la chaleur) entre le capteur et la cage de la batterie, en aluminium. Un coup double qui permet à la fois de refroidir le capteur, mais aussi de maintenir la batterie au chaud, donc de mieux préserver son autonomie.

Connectique (presque) complète 

Le châssis de l'1D X Mark II a été revu afin de pouvoir intégrer une antenne GPS ; il est donc désormais possible de géolocaliser les images directement depuis le boîtier.

Il aurait été intéressant de pouvoir transférer ses images vers un terminal Wi-Fi, mais malheureusement aucune puce n'a été intégrée et il faudra acquérir le nouveau module WFT-E8 (560 €). Ce dernier est compatible avec les dernières normes de communication sans fil 802.11ac/n/a/g/b jusqu'à 5 GHz. Il sera alors possible de piloter à distance le boîtier (iOS ou Android) et de transférer rapidement ses images vers un ordinateur ou un smartphone.

Le reflex est par ailleurs équipé d'une prise Ethernet (RJ45) pour le transfert rapide des données sur un réseau filaire, ainsi que d'une connexion USB 3.0, d'une entrée micro stéréo, d'une sortie casque et d'une sortie HDMI de type C.

L'1D X Mark II introduit une nouvelle batterie LP-E19 qui donnerait une autonomie (CIPA) de 1 210 vues à 23 °C. Il sera possible d'utiliser les anciennes batteries disponibles pour l'1D X (LP-E4N), mais celles-ci étant moins puissante, l'1D X Mark II ne pourra pas atteindre les cadences rafales maximales.

Canon 1D X Mark 2 vues de côté

Prix et disponibilité

Le Canon EOS 1D X Mark II sera disponible à partir du mois de mai au tarif conseillé de 6 349 €.

Notre premier avis

Le Canon EOS 1D X Mark II ne marquera pas l'histoire des reflex sportifs comme avait pu le faire son aîné en son temps. Les évolutions sont plus mesurées, mais bien présentes, avec notamment un tout nouveau capteur à 20 Mpx et, surtout, un autofocus amélioré, notamment pour le suivi de sujet en mouvement. Il faudra toutefois vérifier ces affirmations en studio et sur le terrain. Nous apprécions l'arrivée d'une puce GPS, la vidéo 4K avec un véritable autofocus et l'écran tactile, même si ces améliorations nous semblent bridées. Une simple mise à jour de son firmware pourrait rendre l'1D X II nettement plus attractif.

Les deux fabricants de reflex sportifs ont donc fourbi leurs armes avant l'Euro de foot et les JO 2016. La confrontation, que nous ne manquerons pas de faire, entre le D5 de Nikon et le 1D X Mark II s'annonce vraiment intéressante, les deux firmes ayant fait des choix technologiques différents (hormis la définition des images).

Caractéristiques

Capteur : CMOS 24x36. 20,2 Mpx (ratio 3:2)
Monture : EF
Optique livrée : /
Stabilisation : Non. Dans les optiques uniquement.
Antipoussière : Oui, par onde ultrasonieet revêtement antistatique
Viseur : Prisme en toit. Couverture 100%. Grossissement 0,76x. Ajustement de la dioptrie. 
flash : Non
Écran : 8,1 cm (ratio 3:2). 1 620 000 points. 
Mise au point : - Visée optique : TTL à corrélation de phase 61 collimateurs dont 41 en croix. 5 en double croix (f/2,8 et f/5,6). Tous les collimateurs sont sensibles jusqu'à f/8.
- Visée écran : TTL à corrélation de phase sur l'imageur principal (Dual Pixel AF)
Modes mise au point : Autofocus, one-shot AF, AI Servo AF III (prédiction) et manuel
Mesures d'exposition : 216 zones avec un capteur à 360 000 points RGB. Matricielle, pondéré centrale, spot (spot lié au point AF)
Modes d'exposition : PSAM
Vitesse d'obturation : 30-1/8 000 s. Synchro flash au 1/250 s
Motorisation : - jusqu'à 14 i/s avec suivi autofocus et mesure de la lumière
- jusqu'à 5 i/s en mode silencieux
- jusqu'à 16 i/s miroir relevé sans suivi AF ou mesure de lumière
Sensibilité ISO : 100-51 200 ISO extensible de 50 à 409 600 ISO
Mémoire : 1 emplacement CF (UDMA 7) et 1 emplacement CFast 2.0
Format image photo : JEPG, RAW (14 bits), M-RAW, S-RAW.
- RAW : 5472 x 3648 px
- M-RAW : 4104 x 2736 px
- S-RAW : 2736 x 1824 px
Format image vidéo : MOV (4K en MJPEG et HDTV en H.264)
- 4K TV : 4096 x 2160 px à 60/50/30/25/24p
- HDTV : 1920 x 1080 px à 120/100/60/50/30/25/24p
en ALL-I ou IPB
Alimentation : Batterie LP-E19 (environ 1 210 vues à 23 °C)
Connexions : USB 3, HDMI type C, Ethernet, micro, casque, télécommande, connecteur pour WFT-E8A (module Wi-Fi)
Dimensions : 158 x 168 x 83 mm
Poids : 1 530 g
Logiciels : DPP
Dans la boîte : livré avec une carte CFast 2.0 64 Go et un lecteur


Canon EOS-1D X Mark II : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation