Le photographe Ron Haviv a parcouru le monde au gré de 25 conflits couverts sur les 30 dernières années. Excusez du peu, mais il a été récompensé à deux reprises par l'organisation World Press Photo : en 1990, pour ses images de guerre civil au Panama, et en 1992 pour ses reportages pendant la guerre de Bosnie. Aujourd'hui, il publie Lost Rolls aux éditions Blurb, un livre d'images issues de films oubliés dans son studio. Ron Haviv, après avoir été sur le terrain et dans l'action, pose maintenant la question du temps, de la mémoire et du rôle qu'entretient la photographie au sein de ce processus. Entretien.

Ron Haviv
Harush Ziberi, un musulman, demande grâce aux milices serbes connues comme les « Tigres d'Arkan » et menés par le chef de guerre du même nom. Harush Ziberi a plus tard été retrouvé mort, son corps enseveli dans une fosse commune.

Focus Numérique Pouvez-vous nous rappeler dans quelles circonstances vous avez trouvé ces pellicules perdues ?

Ron Haviv – Je savais que j'avais dans mon studio quelques films ici ou là. Quand j'ai décidé avec Blurb que c'était un projet qu'il fallait explorer, j'en ai cherché d'autres et je les ai trouvées. A force de fouiner, j'ai trouvé 99 films qu'un assistant avait mis dans un coin. Ça ne me surprendrait pas d'en trouver encore quelque part, cachés ou oubliés.

Ron Haviv
Petite amie. Date et lieu inconnus. Projet Lost Rolls.

Focus Numérique – Quand vous les avez découvertes, avez-vous pensé au cas Vivian Maier ?


Ron Haviv – Le projet Lost Rolls est différent des découvertes de Vivian Maier ou même de Gary Winogrand. Ce travail est moins sur les images et plus sur l'idée de la mémoire et de la photographie. Pour moi, l'expérience de voir ce travail aboutit à compléter mes souvenirs qui ont été une fois cassés, alors qu'en même temps ces souvenirs complétés sont maintenant interrompus.


Ron Haviv
Le Cimetière des Lions. Sarajevo, Bosnia 2004. Projet Lost Rolls.

Focus Numérique Vous souvenez-vous des raisons pour lesquelles, à l'époque, vous n'avez pas développé ces rouleaux ?

Ron Haviv – J'ai commencé comme photographe à l'époque analogique. Les pellicules, le développement, les tirages étaient chers. En tant que jeune free-lance, je n'avais pas toujours les moyens d'assurer tout le process, alors les films étaient mis de côté en prévision du jour où je pourrai le faire. Avec le temps, j'ai commencé à expérimenter des formats et des appareils panoramiques en plus de mon travail en 35 mm. Il arrivait aussi que quand les clients ne payent pas, je ne développais donc pas les films. En plus, à cette même époque, je pouvais faire des prises de vues en lumière naturelle comme en intérieur, et passer d'une source lumineuse à une autre. Je devais changer alors souvent de film et il y en a donc sûrement qui ne comportent que très peu de prises de vues. Ces films aussi ont été mis de côté. Après près de 25 ans de travail comme ça, je me retrouve donc avec plus de 200 films non développés.

Ron Haviv
Date et lieu inconnus. Projet Lost Rolls.
Focus Numérique – En éditant ces rouleaux, avez-vous noté des différences de style entre votre travail passé et celui d'aujourd'hui ? Pensez-vous que le numérique a changé votre vision du monde, votre façon de photographier ?
Ron Haviv – La beauté de la photographie et d'être photographe vient du fait que ma vision a toujours été changeante. J'espère que c'est devenu plus intéressant à travers le temps... Les appareils et la technologie sont des outils que j'utilise ; ça ne change pas ma façon de voir mais cela a affecté la capacité des gens à voir mon travail.

Ron Haviv
Des manifestants pro-Arafat (Cisjordanie). Date inconnue. Projet Lost Rolls.

Focus Numérique Dans quel rayon, rangeriez-vous votre livre dans une librairie ? Art ? Histoire ?

Ron Haviv Lost Rolls traite de l'idée de la mémoire et de la photographie... Comment les deux s'entre-mêlent et ce que ça dit à propos de nos vies. Cela parle également de la fin de l'ère analogique et des exemples de dégradation du film qui représentent la disparition de notre mémoire.

Ron Haviv
Des membres d'un gang arrêté. San Salvador, El Salvador, 2005. Projet Lost Rolls.

Focus Numérique Combien de temps a été nécessaire entre l'idée et la réalisation de ce projet ?

Ron Haviv Il a fallu une petite année pour réaliser ce projet. C'est au tout début 2015 que Blurb et moi-même avons décidé de voir si ça pouvait être intéressant, et le livre a été diffusé à la fin de la même année. Le nouveau modèle de publication proposé par Blurb et la collaboration avec l'éditeur Robert Peacock et le graphiste Roger Gorman m'ont permis de travailler rapidement et efficacement.

Ron Haviv
Réfugiés arrivant sur l'île grecque de Lesbos.

> Le site internet du photographe Ron Haviv
> Le site internet du projet Lost Rolls

Lire également :
> Grand photographe : Vivian Maier
> Tous nos portfolios

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation