L'utilisation d'un objectif aussi spécifique qu'un fisheye présente à la fois des avantages et des inconvénients — aussi bien techniques qu'artistiques — très prononcés. Il convient ainsi de choisir sujets et angles de prise de vues avec précaution : tous ne sont pas propices à l'utilisation du fisheye et à sa retranscription particulière de la réalité.

Voici quelques astuces qui vous aideront à vous exercer. Nous vous invitons bien sûr à poster vos résultats en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique.

Exercice photo : les objectifs fisheye
Photo : Takashi M.

Le principe

Le fisheye se différencie d'un objectif grand-angle classique par sa formule optique et le rendu des images qu'il procure : alors que les ingénieurs s'évertuent à limiter au maximum la déformation causée par les courtes focales, le fisheye se joue des règles et propose des perspectives accentuées et des déformations prononcées, pour une réalité parfois sublimée.

Exercice photo : les objectifs fisheye
Photo : Aitor Escauriaza.

Comme tout objectif grand-angle, le fisheye est particulièrement efficace lorsqu'il s'agit de sublimer de grands espaces ainsi que des édifices architecturaux. Il peut également être utilisé pour du portrait ou de la photographie sportive : un tel objectif est en effet idéal pour placer le spectateur au cœur de l'action. Souvenez-vous cependant qu'utilisé en situation de prise de vues rapprochées, ce type d'objectif n'est pas toujours très flatteur pour le sujet.

Les objectifs fisheye étant particulièrement onéreux, leur achat doit être effectué en ayant conscience de leur usage très spécifique. Les plus prudents s'orienteront vers des convertisseurs à la qualité optique certes plus faible, mais au prix bien moins élevé.

En pratique

En accentuant à l'extrême les perspectives et les lignes de fuite, un fisheye donne l'impression que les objets proches de l'objectif sont plus grands qu'ils ne le sont en réalité, tandis que ceux se trouvant à l'arrière-plan paraissent minuscules. Certains éléments présents à l'image peuvent ainsi devenir difficilement identifiables.

Variez les angles de prise de vues et soignez la composition : inclure un premier plan très présent peut notamment aider le spectateur à trouver un point de repère. Pensez également à équilibrer la composition de votre image de façon à ce que sa lecture ne soit pas perturbée par une ligne d'horizon déformée.

Exercice photo : les objectifs fisheye
Photo : Davide Gabino.

D'un point de vue technique, les courtes focales sont très peu sensibles au flou de bougé du photographe. En situation de faible éclairage, n'hésitez pas à photographier à main levée et à opter pour un temps de pose relativement long, de façon à compenser le manque de lumière.

La lentille frontale des objectifs fisheye étant bombée, ceux-ci s'avèrent particulièrement sensibles aux flares et autres lumières parasites souvent provoqués par les éclairages directs. Si un pare-soleil permet de limiter ces défauts optiques, il est également possible d'utiliser le flare de façon créative.

Pour conclure

Exercice photo : les objectifs fisheye
Photo : Aotaro.

Si l'effet esthétique produit par un fisheye ne vous suffit pas ou si vous aimez tout simplement l'expérimentation, sachez que vous pouvez associer un tel objectif aux diverses techniques de prise de vues dont nous vous faisons part au fil des semaines, telles que la pratique de la pose longue ou de la photographie HDR.

N'hésitez pas à poster vos images en commentaire de cet article sur la page Facebook de Focus Numérique !

Lire également :
> Tous nos tests d'objectifs
> Toutes nos astuces photo
> Tous nos articles pratiques

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation