reflex nikon D500 test review recommandé

Disons-le sans détour : le Nikon D500 est le reflex APS-C du moment et il se dirige, sauf surprise, vers le statut de reflex de l'année (format APS-C). C'est aussi le reflex à petit capteur le plus cher du moment, avec un tarif plus élevé que certains reflex 24x36 de la marque (D750 en tête...). Revenons sur ses points forts et ses quelques faiblesses.

Boîtier haut de gamme

Le D500 est un boîtier imposant (d'un volume assez proche d'un reflex 24x36, alors qu'il s'agit d'un boîtier APS-C) qui s'inspire à la fois du D810 pour l'ergonomie et du D750 pour l'écran LCD inclinable. La fabrication est sérieuse et à l'épreuve des intempéries. L'important volume du boîtier offre une bonne préhension. Les commandes sont précises et bien dimensionnées pour une utilisation facilitée, même avec des gants fins.

En termes d'ergonomie, le D500 ne présente pas d'innovations majeures  et les Nikonistes ne seront pas dépaysés.
Le principal changement se situe au niveau de l'écran LCD, dorénavant inclinable et tactile. Une première sur un reflex estampillé "pro". Dommage que les ingénieurs n'aient pas opté pour une rotule qui apporte plus de liberté dans les mouvements, l'écran n’étant ici inclinable "que" vers le haut et le bas.
La dimension tactile est une bonne nouvelle, mais son intégration est encore timide. S'il est possible de choisir la zone de mise au point ou de déclencher directement sur l'écran, les menus, eux, ne sont pas encore accessibles : dommage. Vous pouvez par contre zoomer et vous déplacer dans les images en mode lecture, comme sur un smartphone.
Le rétroéclairage de certaines touches à l'arrière du boîtier, également bienvenu, permettra de régler l'appareil dans la pénombre.

Le D500 dispose d'une large palette de connecteurs filaires ou sans fil. Il ne manque que la puce GPS pour géomarquer les images. Vous pourrez pallier cet oubli avec la fonction Snapbridge, qui permet de communiquer avec son smartphone avec une connexion Bluetooth beaucoup moins gourmande en énergie que le Wi-Fi. Grâce à cette connexion, on peut envoyer ses images sur son smartphone de manière automatique, récupérer les données GPS, visualiser les images présentes sur la carte et de piloter le reflex à distance ; cette dernière fonctionnalité reste toutefois très sommaire, sans possibilité de modifier les réglages.

Comme tout bon reflex "pro" qui se respecte, les menus sont denses et vous pouvez régler votre boîtier aux petits oignons. Dommage que la gestion des configurations personnalisées soit aussi complexe (il n'y a pas de position U1 / U2, contrairement au D750, par exemple). Une aide contextuelle s'efforce de rendre les réglages de l'appareil plus simples.
Toujours dans ce souci de simplification d'usage, Nikon a réussi à automatiser le réglage fin de l'autofocus pour les problèmes de front / back focus : simple, rapide et efficace. Dans le même esprit, il est possible de réaliser une mesure de la balance des blancs en pointant directement l'appareil en visée directe la zone à mesurer. Là encore, c'est très efficace.

La visée est assez large et confortable.

Le reflex embarque deux logements pour carte mémoire : une au format XQD et l'autre au format SD. Un choix qui pourra surprendre ou agacer, aucune fonctionnalité du D500 n'étant bridée par l'utilisation d'une carte SD. L'autonomie de la batterie est excellente et nous avons pu réaliser plus de 1 100 déclenchements avec un cycle de charge.

Autofocus de compétition

Le D500 dispose du même module AF que le D5. Cette phrase dit tout. Le D500 dispose donc du meilleur autofocus actuellement disponible chez Nikon. Mieux : comme le capteur est plus petit, la zone de couverture est très large : presque l'ensemble du cadre visé ! Vous pouvez donc suivre un sujet en déplacement très facilement. Le module dispose de 55 collimateurs sélectionnables, pour un total de 153 points (avec les collimateurs d'assistance). La sensibilité atteint -4 IL au centre et -3 IL sur le reste des points AF.

Sur le terrain, le module autofocus donne pleinement satisfaction : c'est rapide, fiable et sensible en basse lumière. 15 points AF sont encore opérationnels jusqu'à f/8. Les photographes animaliers qui ne vivent qu'avec des multiplicateurs de focales apprécieront. Au niveau de la rafale, c'est également très bon avec une rafale, avec suivi AF, qui grimpe à 10 ips.

Qualité des images

Plus de 3 millions d'ISO. Voilà qui laisse songeur et fait immédiatement écho, là encore, au D5. Nikon n'a-t-il pas été un peu présomptueux de laisser une telle plage de sensibilité ISO sur un capteur APS-C ? Sans doute un peu, mais les images sont là. En photographie, il sera raisonnable de ne pas dépasser 12 800 ISO — une excellente performance en soi, et sans doute la meilleure gestion du bruit électronique sur un capteur APS-C.

Mode vidéo UHD

Le D500 donne accès à la vidéo UHD (comme le D5). Très bien. Mais tout n'est pas parfait, loin de là. Pour commencer, il ne filme pas en 4K (la norme pour le cinéma), mais uniquement en 3 840 x 2 160 px à  30/25/24p. Dans ce mode toutefois, le facteur de recadrage est de 1,5x (en plus de 1,5 inhérent au format DX), ce qui est assez important. Vous pouvez donc oublier les optiques grand-angle. Le reflex ne dispose toujours que de peu d'assistants pour la vidéo. Les zébras d'exposition sont bien là, mais ils ne sont pas très pratiques et il n'y a toujours pas de focus-peaking. Il manque toujours aussi un mode hautes cadences à 120/100 ips pour réaliser des ralentis fluides. Une stabilisation électronique est disponible en HDTV 1080 DX (l'angle de champ est réduit) et 1,3x, mais pas en UHD.

La sortie HDMI n'est pas compressée et vous pouvez orienter le flux vers un enregistreur externe.

Des optiques pro au format DX ?

Si le D500 est très séduisant en termes de performance, le prix oriente le boîtier vers une cible pro / semi-pro. Or la gamme optique DX de Nikon peinera à séduire les photographes professionnels. Sur les 23 modèles disponibles actuellement, seuls 5 ouvrent à f/2,8 ou moins, et seuls 3 sont ornés d'un liseré doré. Quant au 17-55 mm f/2,8, il n'est pas stabilisé et date de 2004... Bref, pour séduire le pro, il faudra proposer de nouvelles optiques au format DX. Certes, les photographes animaliers et sportifs (probablement la cible privilégiée de Nikon) apprécieront le facteur de conversion de 1,5x du format DX avec les optiques 24x36.

En tout cas, la petite bombe promise en janvier lors du CES est bien là. Le D500 de Nikon séduit tant par sa fabrication que par ses performances superlatives. Et si son tarif himalayen peut laisser dubitatif, il faut bien imaginer qu'il s'agit d'un mini-D5. Le recommandé — et les lauriers — sont définitivement acquis.

Points forts

Points faibles

Très bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 12 800 ISO

Écran non monté sur rotule : pas d'orientation sur les côtés

Certaines commandes sont rétroéclairées

Pas de puce GPS intégrée

Autofocus rapide même en basse lumière

Autofocus en visée écran ou vidéo en retrait par rapport à certains reflex ou hybrides

Zone de couverture AF très large

Pas de flash intégré

Très bon suivi AF à 10 ips

Recadrage 1,5x en vidéo UHD

Mode vidéo UHD disponible

Pas de mode vidéo 4K

Connexion Wi-Fi / NFC / USB 3 / entrée micro / sortie casque / synchro flash / télécommande

Pas de norme Wi-Fi 802.11n

Viseur large et précis

Interface tactile limitée : pas d'action dans les menus

Écran tactile inclinable et tactile

Impossible de déplacer les collimateurs en visée optique avec l'écran tactile

Excellente autonomie de la batterie

Pas de réglages personnalisés faciles d'emploi

Fonction Snapbridge intéressante

Application Snapbridge encore trop restreinte au niveau de la prise de vue à distance

Finition à l'épreuve des intempéries

Pas de déclenchement totalement silencieux en visée optique

Réglage automatique des problèmes de back ou front focus

Offre logicielle trop basique (pas de pilotage par ordinateur par exemple)

Déclenchement silencieux en visée directe sur écran

Pas de déclenchement totalement silencieux en visée optique

Stabilisation électronique en vidéo

 


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation