Reflex Nikon D500 test review vue de face capteur


Gabarit

Le Nikon D500 est un imposant reflex APS-C. Il est plus volumineux que le récemment testé Ricoh Pentax K-1, qui intègre pourtant un capteur 24x36, et d'un volume équivalent aux Nikon D810 et D750 qui intègrent eux aussi un capteur 24x36 nettement plus grand.

reflex Nikon D500 comparaison des dimensions
Source : Camerasize.

Ergonomie

Dans les grandes lignes, le D500 reprend les lignes de ses aînés les D800/D810 avec une construction massive et robuste. Vous retrouverez globalement l'ergonomie des boîtiers professionnels de la marque, en dehors des monoblocs comme le D5 récemment testé. Les possesseurs de reflex Nikon évolueront donc en terrain connu. Naturellement, quelques évolutions ont été apportées par les ingénieurs et les ergonomes.

reflex Nikon D500 test review vue de 3_4
Le D500 de Nikon : un style classique de reflex haut de gamme.

La prise en main est rassurante : la finition est de qualité et le reflex semble solide tout en restant assez léger : un peu plus de 800 g sans optique. L'ensemble est à l'épreuve des intempéries, avec des joints d'étanchéité au niveau des différentes commandes, des trappes et des rabats caoutchoutés sur les différentes connectiques.

Le D500 n'a pas de flash pop-up. Il n'y aura donc aucun risque d'infiltration d'eau ou de poussière de ce côté, même si ce choix pourra dérouter certains photographes habitués à utiliser le flash intégré avec leurs "vénérables" D700/D800/D300. Impossible de déboucher un contre-jour au débotté ou de piloter un flash distant sans fil sans un flash cobra maître. Difficile de trouver une bonne raison à cette éviction. Peut-être cela fait-il plus professionnel ? Rappelons que les séries Dx ou 1D chez Canon n'en disposent pas non plus. En outre, il est probable que Nikon cherche à promouvoir sa nouvelle technologie de flash radio, dont le SB-5000 est le premier à bénéficier. Plus besoin d'un flash pour piloter des flashs distants sans fil, mais du module WR-10 (200 € tout de même...).

À l'avant, vous trouverez une touche Pv qui permet d'activer le testeur de profondeur de champ. Cette touche est personnalisable avec plus de 20 options disponibles par simple pression et 7 options modulables avec la molette de réglage.

Reflex Nikon D500 personnalisation de commande

La touche Fn1 est désormais déportée sur l'avant de la chambre reflex et non plus sur le côté. Là encore, il s'agit d'une commande personnalisable.

De l'autre côté de l'objectif, un levier fait basculer du mode de mise au point automatique à manuel. Au centre, un bouton permet de régler avec les molettes avant et arrière le mode AF et le nombre de collimateurs engagés. Au niveau du prisme, la touche BKT active le bracketing d'exposition, le mode HDR ou la surimpression.

Le dessus de l'appareil est également très classique avec, là encore, quelques variations de places. Ainsi, le barillet sur l'épaule gauche se voit attribuer (en plus de la balance des blancs, de la qualité des images et de la mesure d'exposition) la commande Mode, en lieu et place de ISO qui bascule sur la poignée. La couronne, verrouillable, en dessous, permet de régler la motorisation du boîtier.
reflex Nikon D500 test review vue de dessus
Un large écran LCD monochrome de rappel de réglage.

Sur le prisme vient se loger la griffe porte-flash et sur l'épaule droite vous trouverez un large écran LCD monochrome de rappel des réglages, le déclencheur avec la couronne de mise sous tension, la touche ISO, le correcteur d'exposition et la commande pour l'enregistrement vidéo. Également personnalisable, elle permet de retrouver le sélecteur de Mode "à l'ancienne".

reflex Nikon D500 test review vue 3_4
Nikon D500 : un design massif, mais agréable à prendre en main.

Au dos, les changements sont un peu plus importants par rapport au D810 notamment. Ainsi, l'écran LCD est désormais monté sur une double rotule et la dalle est tactile ! Enfin ! Ce faisant, ce reflex professionnel se dote enfin de fonctionnalités que l'on trouve désormais aisément sur des modèles d'entrée de gamme. Toutefois, on ne retrouve pas la rotule du D5300 mais la même double charnière présente sur le D750, qui autorise une orientation sur 170° sur un axe horizontal. Ce système ne permet pas, par exemple, de retourner complètement l'écran afin de le protéger des chocs.

reflex Nikon D500 test review écran position 1reflex Nikon D500 test review écran position 2
L'écran du D500 bascule d'environ 80° vers le haut et 90° vers le bas.

L'écran affichant 2 359 000 points offre une excellente précision (1 204 x 768 px) et une très bonne fluidité. L'affichage se fait au ratio 4/3 et en visée sur écran, les informations apparaissent dans un bandeau noir sans venir "grignoter" sur le cadrage.

L'écran est en outre tactile et permet, en mode lecture, de faire défiler rapidement les images et de zoomer avec deux doigts. Toutefois, l'intégration du tactile est limitée et vous ne pouvez pas naviguer dans les menus ou déplacer les collimateurs AF en visée optique. Toutefois, un joystick est désormais présent et pallie ce manque.

Toujours au dos de l'appareil, vous retrouverez la colonne de commandes sur le côté gauche de l'écran : lecture, poubelle, menu, loupe, OK, Fn2...). La partie droite de l'écran évolue plus notablement avec notamment l'apparition, ce fameux joystick pour contrôler les collimateurs AF. Voilà une grande nouvelle, car cette commande est juste parfaite : bien placée, réactive, elle permet de suivre facilement un sujet en déplacement notamment avec le mode groupe.

reflex Nikon D500 test review vue de dos
Un joystick permet de contrôler les collimateurs AF comme sur les modèles haut de gamme D4S, D5.

Les commandes Info et i sont désormais regroupées près de la commande de visée directe sur écran / mode vidéo. La touche Info permet d'afficher sur l'écran arrière la plupart des réglages de l'appareil. Une fois de plus, il est dommage qu'il ne soit pas possible de sélectionner au doigt certains paramètres pour les modifier rapidement.

Il est intéressant de noter que le D500 dispose, comme le D5, du rétroéclairage de certaines touches, ce qui permet de régler l'appareil dans l'obscurité.

Nikon D500 test review commandes allumées

Visée optique

Le D500 propose un prisme en toit à la visée claire et affûtée. Le cadrage est précis à 100 % en mode APS-C et à 98 % en mode 1,3x. Le grossissement est de 0,67x (équivalent 24x36).

reflex nikon D500 viseur optique

Comme sur la plupart des reflex de la marque, il est possible d'afficher des informations en surimpression à l'aide d'une dalle LCD : grille d'aide à la composition, collimateurs AF (vous pouvez apprécier la couverture AF plus que généreuse), niveaux électroniques, facteur de recadrage...

reflex Nikon d500 affichage viseur

Autonomie

Le Nikon D500 utilise toujours la batterie EN-EL15 de 7V / 1 900 mAh, soit 14 Wh. Dans le cadre d'une utilisation classique, nous avons pu réaliser environ 1 100 déclenchements, ce qui est cohérent avec le reste de la gamme. Le boîtier ne dispose toujours pas de connecteur micro-USB qui permettrait une charge sur un ordinateur. En outre, le chargeur livré avec l'appareil ne présente pas de niveau de charge : impossible de savoir si la batterie est en début ou en fin de chargement.

reflex Nikon D500 batterie

Connexions et mémoire

Nikon opère la migration de ses boîtiers haut de gamme vers le format XQD. Une étape a été franchie avec le D5, qui n'est disponible en France qu'en version double XQD. Le D500 accepte quant à lui dans son logement double une carte XQD et une carte SD (SDHC UHS-I et SDXC UHS-II). Le choix d'un double format nous semble étrange, mais certains photographes semblent apprécier cette évolution en douceur. Quoi qu'il en soit, pour profiter des deux emplacements, il faudra investir dans le format XQD, nettement plus onéreux que le format SD. Or si le format XQD est plus prometteur dans l'avenir pour le débit des données, il n'y a à l'heure actuelle sur le D500 aucune fonctionnalité qui nécessite impérativement une carte XQD ; il est tout à fait possible d'enregistrer des vidéos au format UHD sur des cartes SD rapides.

reflex Nikon D500 test review cartes

Côté connectique, le nouveau reflex de Nikon est richement doté :
  • • sur le côté :
    • – sortie USB 3,
    • – sortie casque mini-jack 3,5 mm,
    • – entrée micro stéréo mini-jack 3,5 mm,
    • – sortie HDMI,
  • • à l'avant :
    • – connecteur 10 broches,
    • – synchro flash,
  • • interne :
    • – puce Wi-Fi,
    • – NFC,
    • – Bluetooth.

Une liste longue, mais pas exhaustive. Ainsi, il manque toujours à l'appel une puce GPS pour géomarquer les images. Nous pointerons également la puce Wi-Fi qui n'est pas compatible avec la dernière norme de transfert 802.11n.

reflex Nikon D500 connectique
Les différents connecteurs du D500 protégés par de larges rabats en caoutchouc.

Snapbridge est l'une des innovations apportées par les D5/D500 en termes de connexion et de transfert de photos. SnapBridge s'appuie sur le protocole Bluetooth, moins consommateur en énergie et qui permet un transfert instantané et continu sans priver les utilisateurs de la connexion Internet de leur périphérique mobile.

Nikon D500 snapbridge

Après installation de l'application et appairage automatique à l'aide de la puce NFC, votre téléphone est prêt à recevoir toutes les images enregistrées par le D500. C'est assez rapide et totalement transparent pour l'utilisateur. L'application peut synchroniser l'heure et géotaguer les images à la volée.

reflex nikon D500 test review géomarquage photo snapbridge

Smartbridge donne aussi la possibilité de prendre la main sur le D500 pour déclencher à distance, mais on ne peut modifier les réglages de l'appareil et tout cela reste très basique.

Nikon D500 test review snapbridge
L'application Snapbridge pour iOS et Android.

Menus et opérations

Pour les Nikonistes, le D500 sera assez aisé à prendre en main. Les menus n'évoluent guère et restent denses et parfois complexes. Une aide en ligne est heureusement disponible pour donner quelques explications sur certaines fonctionnalités, mais cela reste assez léger et il faudra consulter la documentation technique régulièrement. Les réglages pour la vidéo sont séparés des autres menus.

Nikon D500 menus
Exemple des menus du Nikon D500. À droite, exemple d'aide contextuelle.

Contrairement au D750 ou au D7200 qui disposent de mémorisation des réglages personnalisés U1/U2, le D500 (de même que la gamme pro D4/D4s/D5) ne propose pas de rappel rapide de configurations personnalisées. Vous pouvez par contre enregistrer des configurations de prise de vue (1 jeu de 4 mémorisations A, B, C et D) et des configurations personnalisées (autre jeu de 4 possibilités A, B, C et D qu'il est possible de renommer). C'est précis, mais pas très commode pour passer rapidement d'une prise de vue de nuit à la sensibilité ISO réglée à 51 200 à une rafale en mode S au 1/2 000 s. Gageons que dans un usage pro, ces situations ne sont guère courantes, mais ce système de configurations personnalisées du boîtier n'est pas évident au premier abord.

reflex Nikon D500 test review exemple de menus
Menus des réglages personnalisés des commandes. À droite, l'écran Info récapitulatif.

Les menus étant très denses, les ingénieurs ont eu la bonne idée de laisser à l'utilisateur la possibilité de créer son propre menu. Vous pouvez donc regrouper les fonctionnalités que vous utilisez le plus. Très pratique.

Reflex Nikon D500 test review avis sur les menus
La personnalisation du rendu des images va assez loin sur le boîtier avec la possibilité de modifier jusqu'à 6 réglages. En outre, le logiciel Picture Control Editor vous laisse la possibilité de peaufiner les réglages directement sur un ordinateur.

Bruit au déclenchement

Le Nikon D500 est un appareil assez discret au déclenchement. Heureusement car si le reflex dispose bien d'un mode silencieux (Quiet), ce dernier ne diminue que très faiblement le bruit. Toutefois, et en visée sur écran uniquement, il est possible de déclencher sans le moindre bruit d'obturation. Ce mode est plus lent et impose une visée sur écran, mais il est totalement silencieux.

Nikon D500 bruit au déclenchement
En cliquant sur la vignette au-dessus, vous pouvez entendre le déclenchement du Nikon D500 en mode Single, rafale 10 ips et mode Quiet.

Logiciels

Le D500 est livré avec deux logiciels : Capture NX-D et View NX-i. Vous trouverez également le logiciel Picture Control Utility pour peaufiner le rendu des images. Les profils personnalisés créés peuvent ensuite être envoyés dans le boîtier.

reflex Nikon D500 test review logiciel
View NX-i à droite et Capture NX-D à gauche.

On peut consulter les images avec les deux logiciels. La gestion du flux (tri, impression, montage vidéo, email, etc.) s'effectuera avec View NX-i, tandis que la retouche est confiée à Capture NX-D, une version personnalisée de Silkypix. Le logiciel est complet et permet de corriger les JPEG ainsi que les fichiers bruts, mais l'interface reste assez austère.

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation