Nikon D500


Présentation

Retour en 2007. Nikon annonce un le D3, le premier reflex numérique 24x36 de la marque. Il est alors accompagné d'un modèle à la construction similaire, mais doté d'un capteur APS-C, le D300. Plus de 8 ans après, Nikon tente à nouveau un doublé avec le D500, sorte de D5 équipé d'un capteur APS-C.

Nikon D500 vue de dessus
Le Nikon D500 vue de dessus. Notez la présence de la touche ISO sur la poignée.

"Mini D5" avec capteur APS-C

Alors que nous avions reproché une ergonomie "trop" D7000 au D750, le nouveau D500 affiche clairement ses ambitions professionnelles. Le boîtier est très proche du nouveau D5 avec le barillet regroupant le trèfle de commande (Balance des blancs, Mesure, Mode et Qualité des images). Vous retrouverez un joystick pour déplacer rapidement le collimateur AF, une touche ISO sur le dessus de la poignée, un oculaire rond, ainsi que l'absence de flash intégré...

Nikon D500 de dos

Même à l'intérieur, vous retrouverez certains éléments du D5 comme le processeur de traitement des données Expeed 5 et, surtout, le même module autofocus Multi-Cam 20K. Oui, le D500 dispose du même module AF que le reflex professionnel à 7 000 €.
Comme il s'agit d'un capteur APS-C, la couverture AF est encore plus importante et les 153 collimateurs couvrent presque la totalité de la visée. Tout comme son grand frère, le module AF est épaulé par la cellule de mesure de la lumière (180 000 points) pour la reconnaissance des formes et des couleurs. Le traitement des données pour la mise au point et le suivi AF sont confiés à un processeur dédié. Comme pour le D5, la sensibilité annoncée est de -4 IL (collimateur central).

Nikon D500 puce de traitement des données pour le module AF
La puce de traitement des données pour le module autofocus.

20,9 Mpx, mais capteur APS-C

Le D500 propose la même définition que le D5, mais sur un capteur 2 fois plus petit. Les photosites étant plus fins (4,2 µm contre 6,4 µm sur le D5), la plage de sensibilités est restreinte, mais s'étend quand même de 100 à 51 200 ISO, extensible à 1 640 000 ISO (oui, là encore on dépasse le million...).

Côté rafale, l'Expeed 5 assure une cadence de 10 i/s en RAW 14 bits sur 200 vues. Le reflex offre la possibilité de filmer en 4K Télé (30 minutes) avec sortie simultanée disponible via HDMI. Vous pourrez également activer un stabilisateur électronique (eVR) et filmer avec le D-lighting actif.

Écran orientable et tactile et transfert automatique

Bon point, le D500 reprend l'écran orientable du D750, tout en apportant une dalle tactile bienvenue. Là encore, il s'agit d'une dalle de 8 cm affichant 2 360 000 points pour un bon rendu des détails. Le reflex est équipé d'une puce Wi-Fi (b/g — toujours pas de norme n) et il sera possible d'associer le module WT-7 qui permet de transférer plus rapidement ses images sur un réseau filaire (Ethernet) ou Wi-Fi.

Nikon D500 connecteurs

Le D500 dispose également d'une connexion Bluetooth (Low Energy) qui permet une connexion permanente vers un smartphone pour un transfert automatique des images (taille limitée à 2 Mo). Cette technologie baptisée SnapBridge permet de récupérer sans effort ses images sur un smartphone (elles sont également envoyées vers l'espace de stockage en ligne Nikon Image Space) et facilite ainsi leur transfert vers les réseaux sociaux ou Internet. SnapBridge intègre immédiatement les informations relatives au lieu, à la date et l'heure de prise de vue, ce qui permet d'archiver plus facilement les images prises avec le Nikon D500.

Nikon D500 boîtier pro
Le D500 dispose d'un châssis en alliage de magnésium et de touches rétroéclairées.

Pour le stockage, contrairement au système du D5, Nikon n'a pas tranché et propose à la fois un emplacement SD et XQD. Notez que le logement SD est compatible avec la norme UHS-II.

Le D500 est un reflex taillé pour l'action, avec châssis en alliage de magnésium et joints d'étanchéité afin de le préserver de l'intrusion de poussière et d'eau.

Nikon D500

Disponibilité et prix

Le Nikon D500 sera disponible fin mars pour 2 300 €.

Notre premier avis

Nikon revient dans la course avec un reflex professionnel au format APS-C. Voilà une bonne nouvelle. Le D500 propose une fiche en béton avec le meilleur module autofocus de la marque, une couverture AF très large, un capteur 21 Mpx capable de grimper jusqu'à 1 640 000 ISO, une cadence rafale à 10 ips, la possibilité de filmer en 4K. Le nouveau venu surclasse, sur de nombreux points, le 7D Mark II de Canon présenté il y a un peu plus d'un an.

À 2 300 €, le D500 avec son capteur APS-C peut-il séduire un professionnel ? Pour la chasse photographique où l'allongement des focales compte, assurément. Le photographe sportif sera également enchanté par la large couverture AF et le module autofocus au top de sa forme.

Reste la question épineuse des optiques. La gamme DX est importante, mais elle ne comporte finalement que peu d'optiques au liseré doré (signe d'une fabrication haut de gamme). Il y a bien le 17-55 mm f/2,8 vieillissant et non stabilisé, le fisheye 10,5 mm ou le plus récent 16-80 mm f/2,8-4. Mais il manque clairement pour le professionnel quelques optiques fixes lumineuses, comme un équivalent 35 mm ou 24 mm (il existe un très bon 35 mm f/1,8 équivalent à un 50 mm qui n'a pas l'honneur d'un liseré doré). Notez que le problème est identique chez Canon avec son parc d'optiques EF-S.

Il est cependant possible de se rabattre sur les optiques FX (24x36) en perdant les grands-angulaires et le bénéfice d'avoir des optiques plus petites et plus légères. Bref, si la situation n'est pas désespérée (loin de là), il serait intéressant pour Nikon d'étoffer sa gamme d'optiques. Après, il reste toujours d'autres solutions, comme le très séduisant 18-35 mm f/1,8 de Sigma.

Caractéristiques

Capteur : CMOS DX (APS-C) 23,5 x 15,7 mm, 20,9 Mpx
Monture : F
Optique livrée : NA
Stabilisation : /
Antipoussière : /
Viseur : Optique. Couverture de champ de 100 %. Grossissement de 1x.
Flash : Non
Écran : 8,1 cm. 2 360 000 points tactile et orientable
Mise au point : 153 collimateurs dont 99 croisés et 15 points sensibles jusqu'à f/8.
Modes autofocus : AF, AF-S, AF-C et manuel
Mesures d'exposition : Cellule 180 000 points. Matricielle, pondérée centrale, spot
Modes d'exposition : PSAM
Vitesse d'obturation : 30 à 1/8 000 s. Synchro flash 1/250 s.
Motorisation : 10 i/s avec suivi autofocus et mesure lumière. 200 vues en RAW 14 bits compression sans perte (XQD).
Sensibilité ISO : 100-51 200 ISO. Extensible à 1 640 000 ISO
Mémoire : Double emplacement SD et XQD
Format image : Photo :
DX (24x16) image area: 5568 x 3712 [L], 4176 x 2784 [M], 2784 x 1856 [S]

Vidéo :
3840 x 2160 (4K UHD); 30p (progressive), 25p, 24p
1920 x 1080; 60p, 50p, 30p, 25p, 24p
1920 x 1080 crop; 60p, 50p, 30p, 25p, 24p
1280 x 720; 60p, 50p
Alimentation : EN-EL15
Connexion : USB 3.0, HDMI type C, sortie casque, entrée micro stéréo, Ethernet, connecteur 10-pin, synchro flash, Wi-Fi, Bluetooth 4.1, NFC
Dimensions : 147 x 115 x 81 mm
Poids : 860 g
Logiciels : /
Dans la boîte : /

Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation