Formats vidéo

Le Nikon D5 est, avec le D500, le premier reflex de la marque à filmer en UHD (3 840 x 2 160 px). De quoi susciter notre intérêt. Attention, ce format n'est accessible que pendant 3 minutes en continu. Voilà qui gâche sérieusement le plaisir et coupe toute velléité de Nikon dans le domaine de la vidéo UHD ! Une erreur que serait en train de corriger Nikon qui proposerait rapidement une mise à jour firmware pour débloquer le reflex de cette limitation et le rendre équivalent au D500 de la marque.

  • Formats en PAL/NTSC
  • 3 840 x 2 160 px : 30, 25, 24p
    1920 × 1080 px : 59,94, 50, 29,97, 25, 23,976p
    1920 × 1080 px : 59,94, 50, 29,97, 25, 23,976p (avec recadrage au pixel)


Il est possible d'enregistrer les vidéos soit au format FX (24x36) soit DX (APS-C). Le format recadrage permet d'utiliser uniquement une zone en 1 920 x 1 080 sur le capteur afin d'éviter tous les problèmes d'échantillonnage. En UDH, le recadrage est également natif et seule la zone en 3 840 x 2 160 px est utilisée.

reflex nikon d5 cadres vidéo

À la lecture de la fiche technique, il manque une fonctionnalité : la possibilité de filmer en mode HFR (High Frame Rate) pour des ralentis fluides. Si le système est capable "d'avaler" de la vidéo UDH, le D5 devrait digérer assez facilement une cadence à 120 ips en HDTV 1080. Il intéressant de noter le Canon 1DX II propose ce format d'enregistrement. 

Nous regrettons que le D5 ne soit pas plus orienté cinéma avec possibilité d'enregistrer en 4K (4096 x 2 160 px) et 2K (2 048 x 1080 px). De manière assez étonnante, le Canon 1D X Mark II enregistre quant à lui uniquement en 4K : 4 096 X 2 160 px et ne propose pas de format UHD pourtant bien plus commun.

La sortie HDMI n'est pas compressée et vous pouvez relier un enregistreur externe pour ne pas être limité par les capacités de stockage des cartes XQD / CF. Vous pouvez également limiter la compression des vidéos et bénéficier d'assistants comme le focus peaking.

L'avantage du format UHD est qu'il permet d'extraire une image en 8 Mpx à partir d'une séquence à 30 ips. 

Nikon D5 extrait image d'une vidéo
Extrait d'une vidéo UHD. Cliquez pour télécharger la version en pleine définition 8 Mpx.


Modes d'exposition

Les PSAM sont utilisables en vidéo, mais seul le mode M donne accès à la sensibilité ISO. Pour les autres modes, la sensibilité est réglée automatiquement. En mode A, vous pouvez jouer sur l'ouverture pendant l'enregistrement et, comble du bonheur, il est possible d'activer le diaphragme de manière silencieuse en personnalisant les commandes.

Au niveau de la sensibilité ISO, le D5 est capable de filmer jusqu'à 3 millions d'ISO comme en photo. De quoi filmer dans le noir presque complet.

Assistants

Le D5 dispose de quelques assistants pour vous aider pour l'exposition de vos vidéos. Vous pouvez afficher un histogramme, ainsi que des zébras. Malheureusement, il n'est pas possible de définir le niveau et la documentation ne précise pas la valeur par défaut (nous pouvons espérer 70%).

Pour la captation sonore, vous disposez d'une sortie casque et de vu-mètres afin de contrôler le niveau sonore pendant l'enregistrement.

Toujours pas de focus peaking dans le D5, mais il est possible de relier un moniteur externe sur la prise HDMI pour bénéficier de cette assistant de mise au point. Avant l'enregistrement, il est possible d'activer une loupe afin de vérifier le point. Vous pouvez bien entendu utiliser le système autofocus du Nikon D5 (AF-F Full time), mais celui-ci n'est pas très rapide et vous noterez des effets de pompage importants.

Précision

Le D5 délivre une belle qualité d'image en HDTV 1080 25p (high) 24x36. Le moirage est toutefois bien visible et vous noterez quelques artéfacts au niveau de la gradation 9. En mode recadrage, l'image est effectivement un peu plus précise, mais les artéfacts sont une fois de plus bien visible.



Nikon D5 1920x1080 recadrafe

Le D5 se positionne un cran au dessus du 80D de Canon par exemple avec une image plus précise.

Canon 80D mode vidéo test review

Le mode DX (APS-C) est décevant : l'image est peu détaillée, voire floue. A proscrire. Ce qui est étonnant c'est que le problème n'est pas nouveau et nous l'avions déjà noté sur les D800 et D600. Minimisé sur le D810, il reste très visible sur le D5.

Nikon D5 HDTV 1080 en mode DX

Naturellement, c'est le mode UHD redimensionné en 1080 qui reste le plus précis et le plus agréable. L'image est très précise avec une accentuation assez douce. On surclasse, avec ce procédé, les caméscopes ou caméras HDTV 1080 comme la Canon C300.

Nikon D5 UHD / 1080 mire

Canon C300 HDTV 1080
 

Autofocus

En vidéo, et notamment en UHD, la mise au point est un élément important voire crucial. Le reflex professionnel de Nikon ne propose malheureusement qu'un système par détection de contraste. Celui-ci s'avère à la fois trop lent et trop hésitant (effet de pompage) pour etre utilisé en production sur un reportage. Il faut toutefois reconnaitre que le système est beaucoup plus réactif que sur les précédents modèles. Le mode Lock-On qui permet de verrouiller une cible suit le sujet avec une bonne pertinence, mais le temps de mise a point est rédhibitoire.



Sur une personne en train de se déplacer normalement vers l'opérateur, le système AF est en permanence en retard sur le sujet, même avec la reconnaissance des visages.

Conclusion vidéo

Une fois de plus, nous ne comprenons pas vraiment la stratégie de Nikon en vidéo. Alors que son concurrent direct doit préserver une gamme de caméscopes et de caméras de cinéma, Nikon devrait tout miser sur son reflex professionnel pour pénétrer le marché de la vidéo professionnelle. Au final, le D5 ne semble pas totalement aboutit. Certes il dispose de l'enregistrement vidéo UHD, mais limité à 3 minutes ! (une mise à jour du firmware pourrait étendre la durée de captation). Nous aurions aimé plus d'assistants pour la mise au point (loupe pendant l'enregistrement, focus peaking), la possibilité d'utiliser des courbes Log, d'enregistrer en RAW (le Hasselblad H6D 100c en est bien capable...), d'enregistrer en MJPEG et proposer différents formats 4K et UHD. Le problème le plus sérieux reste à notre avis le système autofocus beaucoup trop lent, qui rend le filmage trop aléatoire. Nous apprécions toutefois la possibilité de connecter un micro, un casque et de disposer d'une sortie HDMI non compressée pour connecter des accesoires. 

Exemple sans compression

> Saut athlétique (UHD / 160 Mo)
> Saut épée (UHD / 178 Mo)
> Soirée basse lumière (HDTV 1080 / 62 Mo)


Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation