Présentation

À l'occasion du NAB 2015, Manfrotto se livrait à une étonnante présentation de produit : celle du Digital Director, un objet permettant de transformer un iPad Air en écran de visionnage et de contrôle pour reflex. La société italienne, plus connue en tant que constructeur d'accessoires matériels pour les domaines de la photographie et du cinéma, s'aventurait ainsi sur le terrain du développement logiciel à destination des amateurs de prise de vues en mode connecté.

Le concept même du Digital Director réside ainsi dans l'union d'un objet physique (doté d'un processeur) permettant d'effectuer la liaison entre un appareil reflex et un iPad, et d'une application de prise de vues (photo et vidéo) disponible sur l'App Store. À travers ce nouvel accessoire, Manfrotto souhaite donc proposer une interface de contrôle à distance et en temps réel des principaux paramètres de l'appareil photo auquel il est connecté, ainsi que le visionnage, la gestion et la retouche des images capturées.

Test Manfrotto Digital Director

Notons que le Manfrotto Digital Director est pour l'instant compatible avec un nombre limité d'appareils reflex Canon et Nikon, et nécessite un iPad Air ou Air 2 pour fonctionner (une version pour l'iPad Mini serait également prévue).

Prise en main

Fabriqué en majeure partie en plastique, le Manfrotto Digital Director atteint un poids de 290 g (sans piles). Les dimensions du modèle testé (MVDDA13), taillé pour l'iPad Air premier du nom, sont de 17,5 x 4,5 x 26,5 cm.

Si le faible poids du Digital Director constitue un avantage indéniable, sa solidité semble inférieure à celle de la plupart des produits Manfrotto auxquels nous avons été confrontés. On évitera donc de transporter cet objet au fond d'un sac, aux côtés d'un trépied de la même marque... L'un des deux ne survivrait certainement pas au voyage. Le produit de Manfrotto se rattrape cependant par un design plutôt sympathique et résolument professionnel (en accord avec l'iPad Air).

Test Manfrotto Digital Director

Le Manfrotto Digital Director peut être alimenté par 4 piles AA ou être branché sur secteur par le biais d'un câble d'alimentation, tandis qu'un port USB autorise la connexion avec un appareil photo. Le produit de Manfrotto se démarque notamment de ses concurrents par sa connexion filaire (plus fiable et plus rapide qu'une connexion WiFi), mais nous aurions apprécié que le constructeur italien donne aux utilisateurs la possibilité de faire leur propre choix.

Test Manfrotto Digital Director

Au dos du Digital Director, se trouve un solide pas de vis de 3/8" : si la prise en main du produit de Manfrotto est aisée, son utilisation nécessite presque obligatoirement d'investir dans un support adapté, tel qu'un bras magique.

Test Manfrotto Digital Director

L'iPad Air se glisse à l'intérieur du Digital Director, auquel il se raccorde par le biais du connecteur priopriétaire Lightning. Une fois mis en place, le produit de Manfrotto prend ainsi la forme d'une armature en plastique venant ceindre le dos de l'iPad. L'attache semble solide et la tablette d'Apple est correctement maintenue.

Test Manfrotto Digital Director

Test Manfrotto Digital Director

En pratique

Avant même de tenir en main le Digital Director, votre aventure avec le produit de Manfrotto commencera indubitablement par un examen scrupuleux de la liste relativement réduite des boîtiers officiellement compatibles : 8 chez Canon et 10 chez Nikon. Notez également que le niveau de compatibilité n'est pas le même pour chaque appareil : à titre d'exemple, les modes vidéo du Canon 5D Mark III et du Nikon D810 ne disposent du réglage de la sensibilité qu'en mode manuel.

Nous sommes cependant parvenus à utiliser le Digital Director avec un Canon 5D Mark II et un 5Ds R, boîtiers dont la compatibilité n'est pas assurée. Un message d'alerte dédouane alors Manfrotto de toute responsabilité dans le cas où la connexion entre les différents appareils entraînerait de quelconques dommages matériels. Une implosion impromptue du pentaprisme n'est donc pas exclue.

Après installation de l'application Digital Director, vous vous trouverez face une interface de prise de vues à la fois complète et épurée : sensibilité, vitesse d'obturation, ouverture du diaphragme, compensation d'exposition, balance des blancs, histogramme, etc. Il est d'ailleurs possible d'enregistrer les réglages sélectionnés pour les utiliser à nouveau lors d'une séance de prise de vues présentant des similitudes.

Test Manfrotto Digital Director
Interface de prise de vues photo.

Test Manfrotto Digital Director
Interface de prise de vues photo en plein écran.

Le Live View (affichage en temps réel) a une réactivité tout à fait honorable et représente un véritable avantage par rapport à l'écran arrière de n'importe quel appareil photo. L'autofocus se gère quant à lui par une simple pression du doigt sur l'écran de l'iPad et est à la fois précis est relativement rapide. Si l'interface de prise de vues permet de contrôler manuellement le moteur de l'autofocus, cette solution s'avère décevante car imprécise.

Les réglages correspondant aux boutons physiques de l'appareil photo sont inaccessibles par le biais du Digital Director. Il est ainsi impossible de changer de mode de prise de vues ou de passer en mise au point manuelle sans accéder au boîtier.

Le basculement en mode vidéo se fait par une simple pression sur l'icône correspondant, situé dans le coin supérieur droit de l'interface de prise de vues. Les mêmes réglages sont alors disponibles, pour peu que la compatibilité entre le Digital Director et votre boîtier soit complète. Les vidéastes apprécieront la possibilité d'activer le Focus Peaking (également disponible lors de la capture d'images fixes) et la présence d'indications concernant le niveau d'enregistrement sonore.

Test Manfrotto Digital Director
Interface de prise de vues vidéo.

Les photographies capturées sont classées par albums et accessibles par le biais d'une galerie d'images. Le Digital Director dispose d'un système de notation (de 0 à 5 étoiles), mais les informations ainsi enregistrées ne semblent pas pouvoir être transférées à des programmes tiers (tel qu'Adobe Bridge). Toute notation est donc inutile pour qui désire gérer ses images sur un ordinateur par la suite.

Test Manfrotto Digital Director
Galerie d'images.

Si l'affichage des miniatures ne nécessite aucune opération, les photos sont automatiquement transférées sur l'iPad lors d'un visionnage en plein écran. Il est alors possible de partager directement les photos sur un serveur FTP, par email, ou sur les réseaux sociaux. Une interface de retouche est également disponible, mais les options proposées nous semblent trop limitées pour constituer une alternative sérieuse aux logiciels professionnels.

Test Manfrotto Digital Director
Outil de luminosité.

Test Manfrotto Digital Director
Outil de recadrage.

S'il est bien entendu possible de capturer des photos au format RAW, l'affichage plein écran et la retouche de ce type de fichiers ne sont malheureusement pas gérés par le Digital Director. Si vous photographiez uniquement dans ce format, un fichier JPEG est donc créé de façon à rendre possibles les différentes opérations proposées par l'application de Manfrotto.

Verdict

Test Manfrotto Digital Director

En proposant de transformer un iPad Air en écran de visionnage et de contrôle pour reflex, Manfrotto adresse le Digital Director aux photographes de studio et d'architecture, ainsi qu'aux vidéastes utilisant un boîtier reflex.

Bien que l'aspect plastique du Digital Director ne soit pas un gage de solidité, celui-ci reste un bel objet, tentant clairement de séduire une clientèle professionnelle. L'interface de prise de vues parvient à combiner simplicité et efficacité, et l'écran Retina de l'iPad Air permet de contourner les limitations induites par l'utilisation de l'écran arrière d'un appareil photo.

La gestion du workflow (flux de travail) reste néanmoins partielle puisque le format RAW n'est pas géré, le système de notation est incompatible avec tout autre logiciel, et les outils de retouche sont trop peu nombreux. Les fonctions disponibles semblent donc destinées aux photographes souhaitant trier et retoucher leurs images de façon succincte, pour les partager rapidement sur un serveur FTP, par mail ou sur les réseaux sociaux.

La question de la compatibilité révèle le principal défaut du Digital Director : avec la nécessité d'utiliser l'un des plus récents boîtiers Canon ou Nikon, un iPad Air ou Air 2, un bras magique et autres accessoires, le produit de Manfrotto demande une configuration matérielle bien précise et très onéreuse.

Nous saluons la volonté de Manfrotto de se diversifier en proposant une nouvelle gamme de produits, mais il est réellement dommage que cette proposition ne s'adresse qu'à une minorité de photographes et vidéastes.

Points forts

Points faibles

Interface de prise de vues simple et efficace

Nécessite un iPad Air ou Air 2

Confort d'utilisation de l'écran Retina de l'iPad Air

Compatible avec un nombre restreint d'appareils reflex Canon et Nikon

Mode Live View fluide

Système de notation incompatible avec un flux de travail sur ordinateur

Autofocus réactif

Retouche des fichiers RAW impossible par le biais de l'application Digital Director

 

Options de retouche des fichiers JPEG limitées




Lire également :
> Tous nos tests de télécommandes et dispositifs de contrôle pour appareil photo
> Astuce photo : Lightroom en mode connecté


PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation