L'exposition Perspective Playground qui se déroule jusqu'au 25 novembre fut l'occasion de rencontrer Haruo Ogawa, président d'Olympus pour la partie image. 40 Mpx, 4K et le futur de la photo, nous avons abordés divers sujets.

Haruo Ogawa président pour la partie image chez Olympus interviewFocus Numérique : Avec l'E-M5 Mark II, vous avez introduit une technologie qui permet d'atteindre 40 Mpx par déplacement du capteur. Pour vous, est-ce le seul moyen de proposer plus de définition ou allez-vous travailler avec d'autres imageurs à plus de 16 Mpx ?

Haruo Ogawa : Pour la plupart de nos clients, une image en 16 Mpx est suffisante et nous permet d'avoir une excellente qualité. Toutefois, il se peut que parfois, dans certaines situations, cela ne soit pas assez. Je pense aux photographes pour la publicité par exemple. Il faut parfois imprimer en très grande taille avec beaucoup de détails. C'est pour ça que nous avons développé cette technologie. Mais attention, cela ne veut pas dire que nous arrêtons la recherche sur des capteurs plus précis. En même, nous devons surveiller le bruit électronique. Nous devons trouver un excellent compromis entre le nombre de pixels et le bruit électronique.

C'est vrai que Panasonic utilise déjà un capteur 4/3" de 20 Mpx, mais pour nous, il y a encore quelques problèmes. Quand nous serons satisfaits de la gestion du bruit électronique, alors nous pourrons envisager son utilisation.

Actuellement, beaucoup des photographes montrent leurs clichés sur des tablettes. Dans un futur proche, nous pourrons voir des photos sur des écrans 4K, des téléviseurs, des tablettes et des smartphones. Une définition 4K, c'est "simplement" 8 Mpx. Nous avons donc le double d'information avec notre capteur 16 Mpx. Si vous voulez imprimer en grande taille, alors oui, vous devez avoir plus d'information. Mais nous accordons également beaucoup d'importance à la taille des boîtiers. S'il est trop lourd ou trop gros, vous n'avez pas envie de sortir avec pour vous promener.

Haruo Ogawa président pour la partie image chez Olympus interviewFocus Numérique : Effectivement, les boîtiers Olympus sont plus petits et légers que les reflex Canon ou Nikon, mais Sony propose, avec la série A7, des boîtiers plein format 24x36 très compacts également. Quel est votre sentiment ?

Haruo Ogawa : C'est vraiment intéressant. Sony propose une nouvelle voie pour les appareils 24x36. Nous pensons chez Olympus que les boîtiers doivent être compacts, mais les optiques doivent l'être également pour plus de cohérence. Avec un capteur 24x36, les optiques sont encore très imposantes et assez lourdes. Si vous êtes en safari et que vous êtes attaqués par un lion, vous ne pouvez pas courir avec votre télézoom et votre trépied. Avec un boîtier Olympus et les optiques légères et peu encombrantes, vous avez une chance de pouvoir vous enfuir !



Focus Numérique : Toujours au sujet des optiques, que pouvons attendre dans les années à venir dans le domaine ? Des optiques plus lumineuses, plus légères ?

Haruo Ogawa : Depuis les deux dernières années, nous avons développé des modèles "pro". Nous allons nous concentrer sur des optiques très lumineuses et des modèles télé. Nous voulons garder une excellente qualité d'image tout en préservant la taille et le poids.

Focus Numérique : Depuis quelques années, Canon et Nikon utilisent des technologies diffractives (Canon DO, Nikon PF, NDLR)pour réduire la taille et le poids des optiques. Est-ce une voie pour vous également ?

Haruo Ogawa : Effectivement, ces deux marques travaillent pour réduire l'encombrement des optiques, mais elles restent encore très volumineuses. Ces deux marques doivent en plus gérer la stabilisation optique ce qui est un autre problème pour réduire la taille des optiques. En outre, il y a toujours des vibrations avec un système à miroir. Même en utilisant un trépied, il reste des vibrations.

Haruo Ogawa président pour la partie image chez Olympus interviewFocus Numérique : Parlons maintenant de la visée. Olympus n'utilise plus aucun viseur optique sur ses produits. Pensez-vous que c'est maintenant une voie obsolète ?

Haruo Ogawa : Une fois de plus, nous avons choisi ce système pour, réduire la taille du boîtier. Les deux technologies ont des avantages et des inconvénients. Vous pouvez afficher plus d'information sur un viseur électronique, mais le temps de réponse encore un peu long. Nous devons travailler dans ce domaine. Nous devons passer en dessous de 6 millisecondes pour que l'oeil humain ne puisse pas être gêné.

Focus Numérique : Vous pensez que le temps de réponse est la seule spécificité à améliorer ?

Haruo Ogawa : Oui, le contraste est un domaine à améliorer, mais le temps de réponse est notre priorité. En visée optique, il y a toujours ce problème de passage au noir lorsque le miroir est relevé. Si nous arrivons à améliorer le temps de réponse, alors la visée électronique sera meilleure que la visée optique.

Focus Numérique : L'E-M1 est le seul boîtier qui dispose d'un système autofocus hybride avec corrélation de phase et détection de contraste. Pourquoi et quel est pour vous le système du futur ?

Haruo Ogawa : Dans un futur proche, nous allons encore améliorer ce système hybride. Actuellement, ce n'est pas la meilleure solution pour tous les scénarios et nous cherchons à le rendre plus polyvalent. Nous voulons que ce système soit le meilleur pour toutes les situations. Dès que nous aurons réussi à résoudre ces problèmes, alors oui, nous pourrons l'implémenter dans les autres boîtiers et le reste de la gamme.

Dans un futur proche, nous essaierons d'avoir un appareil avec un mode vidéo 4K. Hauro Ogawa, président d'Olympus pour la partie Image.


Focus Numérique : La concurrence arrive avec une stratégie clairement définit pour la vidéo et notamment la vidéo 4K. Quelle est votre position ?

Haruo Ogawa : Dans un futur proche, nous essaierons d'avoir un appareil avec un mode vidéo 4K. Avec la vidéo 4K, nous avons encore quelques problèmes à résoudre notamment pour la stabilisation. À main levée, c'est encore très compliqué. Avec un trépied, les vidéos 4K de Panasonic ou Sony sont très intéressantes et les images très belles, mais à main levée, la stabilisation est un réel problème et l'expérience n'est pas réussie pour l'utilisateur. Nous devons encore améliorer notre système de stabilisation avant de proposer ce mode d'enregistrement.

Haruo Ogawa président pour la partie image chez Olympus interviewFocus Numérique : Pour vous, quelle est la technologie la plus marquante depuis 2 années ?

Haruo Ogawa : Chez Olympus, c'est sans hésiter, c'est notre système de stabilisation sur 5 axes. Mais c'est Sony, je suis impressionné par le A7S et son capteur de 12 Mpx très sensible et avec une dynamique très importante. Nous ne pouvons atteindre ces résultats. Si nous allions dans cette direction, il faudrait utiliser un capteur 4/3" de 3 Mpx !

Focus Numérique : En 2014, vous avez annoncé le système Air. Quelle est votre vision du futur ?

Haruo Ogawa : Après une forte baisse, le marché photo est en train de se stabiliser. Actuellement, ceux qui utilisent des smartphones pour réaliser des images ne souhaitent probablement pas utiliser des systèmes plus encombrants, mais nous pensons que l'accès à Internet est important. Nous travaillons à rendre les connexions plus simples. Nous devons rendre les appareils photo plus légers, plus compacts et plus facilement connectés à Internet. Nous voulons également accumuler les informations comme les coordonnées GPS, la température, la pression atmosphérique...

Focus Numérique : L'année dernière, Panasonic a proposé le CM1. C'est compact et connecté. Qu'en pensez-vous ?

Haruo Ogawa : C'est vraiment très intéressant. Mais apparemment, il n'a pas réussi à faire une rupture dans le marché. Il y a encore quelques problèmes à régler pour transformer le CM1 en véritable alternative. C'est un peu pareil avec le système Air. C'est un appareil unique, mais il reste des problèmes à résoudre. Il faut également travailler sur une nouvelle expérience utilisateur et créer une vraie communauté autour de ce produit. J'ai le même sentiment avec le Theta de Ricoh par exemple. Ce sont des appareils photo vraiment étonnants, mais il faut encore les améliorer.

Focus Numérique : De notre point de vue, il y a deux positions pour les photographes avertis. Certains souhaitent avoir toutes les dernières technologies. D'autres veulent seulement un bon appareil très performant, mais très simple à utiliser. Leica, avec M Typ 60, a même présenté un boîtier numérique sans écran. Qu'en pensez-vous ?

Haruo Ogawa : C'est très intéressant en effet. Il faut bien définir qui vous voulez atteindre avec vos appareils photo, quelle est votre communauté. Sur les 5 dernières années, les smartphones ont permet aux utilisateurs d'avoir une nouvelle expérience : prendre des photos et les partager sur Internet. Maintenant, nous devons tous nous renouveler. Quelles sont les prochaines expériences utilisateurs ?
Nous travaillons sur différentes voies, mais il faut encore beaucoup de temps.

Haruo Ogawa président pour la partie image chez Olympus interview

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation