Photographier une manifestation est un exercice aussi formateur que difficile à bien des égards. En effet, s'il est possible au sein d'un rassemblement de réaliser de très belles photos pleines d’émotion et de couleurs, cette pratique nécessite une grande capacité d’observation, une réactivité à toute épreuve ainsi qu’une bonne maîtrise de son matériel.

La photographie de manifestation est ainsi une très bonne école pour améliorer son regard et son positionnement par rapport à l’action afin d’apprendre à composer un reportage photo.

Photographier une manifestation
Lors d'une manifestation, vous trouverez toujours des personnes volontaires pour se faire photographier.

Préparer son reportage

Avant de se préoccuper de la question du matériel, de la technique ou du positionnement, une manifestation se prépare en amont. Vos photos doivent raconter une histoire, témoigner d’un fait, et pour ce faire, mieux vaut maîtriser un minimum le sujet avant de vous lancer.

Pour être au courant des manifestations prévues dans votre ville ou votre région, il existe de nombreux agendas spécialisés sur Internet, en plus de Twitter qui est une mine d’or en la matière. Une fois votre manifestation choisie, essayez de vous renseigner un maximum dessus afin de vous imprégner du contexte. Chaque manifestation étant singulière, il ne s’agit pas d’anticiper ce qui va s’y passer mais de connaître les grandes lignes de la mobilisation, le parcours du cortège, le degré d’engagement des participants, les précautions d’usage et le matériel à emporter.

En effet, on ne se prépare et on ne se comporte pas de la même manière selon qu'il s'agisse de la contestation d’un plan social, d’un mouvement d'opposition politique ou d’une marche blanche.

Photographier une manifestation
Ce travail de préparation doit aussi vous servir pour situer l'action dans vos photos. Ici, on retrouve le message de la manifestation et la Colonne de Juillet situant l'action dans le quartier de la Bastille, à Paris.

Préparer son matériel

Concernant le matériel à emporter, il n’y a aucune règle absolue : chacun compose selon ses moyens et ses habitudes de travail. Il y a cependant quelques prérequis à connaître :
  • pour ce qui est du boîtier, un reflex numérique offrant une multitude de possibilités de réglages et surtout permettant une bonne montée dans les ISO est recommandé.
  • pour ce qui est des optiques, essayez d’avoir une plage de focale assez large pour couvrir toutes les situations, mais, avant tout, privilégiez des optiques lumineuses et de qualité. Un 50 mm f/1,8 sera plus utile qu’un 17-55 mm f/3,5-5,6, car si vous ne couvrirez pas tout, les photos obtenues seront de bien meilleure qualité.

Idéalement, avec un 24-70 mm f/2,8 et un 70-200 mm f/2,8 ou f/4, aucune photo ne devrait vous échapper et la qualité sera au rendez-vous. Si vous n’en possédez pas, pas de panique, vous pourrez tout de même réussir à tirer le meilleur de votre matériel grâce à de bons réglages.

À titre personnel, en manifestation, j’utilise deux boîtiers :
  • un sur lequel je monte soit un 24-85 mm f/3,5-5,6 ou un 50 mm f/1,8 ;
  • un autre sur lequel je monte un 70-200 mm f/4.

Les réglages du boîtier

La photographie de manifestation nécessitant une grande réactivité, il est important de pouvoir confier une partie des réglages au boîtier, d’où l’intérêt d’en avoir un qui permet de nombreux paramétrages.

Les réglages suivants sont ceux que j’utilise le plus en manifestation. Pour autant, s’ils offrent un bon point de départ, il faudra parfois les adapter en fonction de votre matériel ou de la situation.
  • Passez en mode Priorité Ouverture (A ou Av selon les marques).
  • Configurez le menu "Réglage de la sensibilité" de la manière suivante :
    • - ajustez la sensibilité au plus bas — 50 ISO dans mon cas,
    • - limitez la sensibilité maximale à 3 200 ISO,
    • - bloquez l’obturation minimale à 1/500 s afin de toujours figer le mouvement.
  • Réglez la balance des blancs en Auto,
  • Photographiez au format RAW pour pouvoir corriger certaines erreurs d’interprétation du boîtier.
  • Privilégiez la mesure d’exposition matricielle.

Avec ce type de réglages, il ne vous reste plus qu’à gérer votre profondeur de champ selon la scène que vous photographiez et être attentif à votre environnement.

Photographier une manifestation
Un boîtier correctement configuré vous permettra de vous concentrer uniquement sur la composition.

Une fois à la manifestation

Prévoyez d’arriver au minimum 30 minutes avant le départ du cortège. Ce moment est l’un des plus importants dans votre préparation, car il permet de s’imprégner de l’ambiance sur le terrain et de peaufiner ses réglages si nécessaire.

Rentrez dans votre bulle, préparez votre matériel et mélangez-vous à la foule déjà présente. Il ne s’agit pas ici nécessairement de déclencher, mais avant tout d’observer et d’écouter l’ambiance, et de repérer les groupes susceptibles d’animer le cortège. Même s'il y a quelques photos à prendre, ce sont rarement celles que vous retiendrez à la fin du reportage. Ce temps préalable sert aussi à échanger avec les manifestants et les autres photographes présents.

Comment bien se positionner

Au moment où le cortège s’ébranle, il est préférable de revenir devant pour en photographier la tête. On y trouve toujours les leaders du mouvement : qu'il s'agisse de syndicalistes, d'hommes politiques ou de simples anonymes, ils marchent en général tous derrière une grande banderole avec le message qu’ils veulent faire passer. C’est la photo la moins originale à prendre, mais la plus indispensable.

Photographier une manifestation
Photo de la tête de cortège montrant les leaders du mouvement et le message qu’ils veulent faire passer.

D’un point de vue technique, cette photo va se prendre au 24 mm en ouvrant à f/8. À ce moment, il faut essayer d’être le plus centré possible et de cadrer tout le monde en étant debout ou accroupi, pour renforcer l’impression de masse.

C’est aussi le moment de sortir votre plus longue focale pour photographier les personnalités présentes. Ouvrez au maximum le diaphragme afin de réduire la profondeur de champ et d’isoler le sujet de la foule.

Photographier une manifestation
Portrait de Jean-Luc Mélenchon et Éric Coquerel pendant une manifestation contre l’austérité.

Cette photo, tout le monde la veut et tous médias confondus, il y a bien souvent des dizaines de personnes dans un périmètre minuscule. Inutile d’aller jouer des coudes pour vous placer correctement, patientez et imposez-vous avec douceur au moment opportun. Contrairement à tout ce que vous allez photographier au sein d’une manifestation, c’est peut-être la seule scène qui sera quasi identique du début à la fin, alors patience.

Une fois cette photo prise, prenez un peu d’avance sur le cortège et allez chercher un point haut qui vous offrira une vue d’ensemble de la foule. N’importe quel mobilier urbain (banc, abri-bus, terre-plein surélevé, etc.) fera l’affaire.

Une fois installé, avec votre plus longue focale, fermez le diaphragme pour augmenter la profondeur de champ et cadrez la foule qui vous fait face.

Photographier une manifestation
En gagnant un peu en hauteur on peut avoir une vue d’ensemble de l’ampleur du cortège.

Profitez d’être en hauteur pour vous laisser dépasser par le cortège, gardez votre longue focale mais cette fois ouvrez au maximum et scrutez la foule à la recherche d’une scène représentative de ce qui se passe, ou au contraire atypique, d’un regard fort, d’un message puissant. Laissez place à votre créativité, à votre sensibilité, et photographiez ce qui vous marque. C’est à ce moment que le travail d’imprégnation doit porter ses fruits.

Photographier une manifestation
On trouve toujours une personne et/ou un sujet qui se démarque du reste du cortège.

Quand vous jugez avoir couvert ce qu’il y avait à voir, descendez, prenez votre grand-angle ou votre 50 mm, remontez le cortège et mêlez-vous à la foule. Pour cette partie du travail il faudra être mobile et réactif tout en restant discret. Observez les endroits où il y a de l’animation, des manifestants qui portent des pancartes, scandent des slogans, jouent de la musique ou quoi que ce soit qui retranscrit l’ambiance telle que vous la vivez. C’est dans ces moment-là que vous capterez le mieux l’ambiance et la détermination des manifestants.

Photographier une manifestation
Repérez les personnes avec des mégaphones et qui mettent l’ambiance.

Photographier une manifestation

Photographier une manifestation
Rapprochez-vous des manifestants qui crient ou portent des pancartes et essayez de capter leur regard.

Photographier une manifestation
Au sein d’un cortège vous en trouverez toujours qui se donnent plus que les autres : ce sont les sujets parfaits pour vos photos.

Quelques précautions d’usage

Si, dans l’immense majorité des manifestations, tout se passe dans une bonne ambiance, on ne peut omettre de parler de celles où la situation dégénère. Il est indéniable que c’est lors de moments de tensions ou d’affrontements que vous ferez des photos avec un impact fort. Cependant, n’oubliez jamais que certaines règles de sécurité doivent prévaloir sur la volonté de faire "LA" photo.

Si le climat devient hostile et que vous ne savez pas comment vous placer, essayez de vous rapprocher d’autres photographes qui semblent savoir ce qu’ils font. Être groupé vous assurera toujours plus de sécurité en cas de débordement. Dans l’immense majorité des cas, on ne fera pas plus attention à vous qu'au début du reportage, mais il s’agit de ne pas se mettre en danger inutilement en se fixant les bonnes limites.
  • D’un point de vue matériel, n’hésitez pas à visser votre pare-soleil sur l’objectif, cela protégera un minimum la lentille frontale des chocs.
  • D’un point de vue personnel, la meilleure protection est de rester attentif et de mesurer le risque pour éviter de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Photographier une manifestation
Quand la tension commence à monter, n’hésitez pas à photographier les médiateurs qui tentent de calmer la pression.

Photographier une manifestation
Même si aucun débordement n’est à signaler, il y a toujours des instants à saisir entre manifestants et forces de l’ordre.

Le traitement des images

Une fois la manifestation terminée, vous allez vite vous retrouver avec un nombre impressionnant de photos. En effet, afin de capter le moment parfait, il n’est pas rare de devoir déclencher 3, 4 ou même 5 fois sur la même scène, alourdissant un peu plus votre travail de sélection.

Une fois vos photos importées dans le logiciel de votre choix, dégrossissez votre lot par étapes. Dans un premier temps, allez-y à l’instinct, choisissez la meilleure de chaque rafale, les plus fortes, les plus marquantes, même si vous en avez encore beaucoup trop après la première sélection.

Ensuite, relisez toutes vos photos sélectionnées de la première à la dernière, puis de la dernière à la première et ainsi de suite, en éliminant à chaque fois celles qui ne vous semblent pas indispensables. Rapidement, vous allez dégager une sélection très restreinte, mais où chaque photo apportera un élément de compréhension à l’histoire dont vous vous êtes fait le témoin.

Maintenant que votre sélection est arrêtée, corrigez ce qu’il faut sur vos photos en ayant la main légère. Il s’agit là d’ajuster la balance des blancs, un écart d’exposition, le contraste, la courbe ou encore réduire le bruit et c’est presque tout. Gardez un rendu naturel, vos photos n'en seront que plus intéressantes.

Photographier une manifestation
N’oubliez pas pour autant de vous faire plaisir et captez quelques images insolites.

Pour conclure

Si vous respectez les règles de composition de base de la photographie couplées à ces quelques conseils techniques et personnels pour la photo de manifestation, à force d’expérience, vous serez en mesure de produire des photos fortes lors des prochains rassemblements.

Lire également :
> Tous nos articles pratiques
> Toutes nos astuces photo

PARTAGER
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation