Sony RX1R II : les meilleures offres

Sony RX1R 2 test review recommandé

Il n'est pas simple de conclure sur le Sony RX1R Mark II. En 2012, le RX1 premier du nom, compact 35 mm, avait fait l'effet d'une bombe. Si le premier essai n'était pas tout à fait transformé avec notamment des lenteurs au niveau de l'autofocus, nous attendions avec impatience une version 2.

Il faudra se contenter, pour l'instant, d'un Mark II. Et cette nouvelle version apporte à la fois son lot de bonnes et de mauvaises nouvelles.

Commençons par les bonnes, et en particulier l'autofocus. Nos mesures montrent un réel progrès et le RX1R II est presque 2 fois plus rapide qu'avant. Sans être un foudre de guerre, son utilisation est donc désormais confortable. En outre, le compact expert propose enfin un mode autofocus continu qui fonctionne aussi bien en photo qu'en vidéo. Seule la mise sous tension (plus de 2 s) pourrait être améliorée.

L'arrivée du nouveau capteur BSI de 42,4 Mpx s'effectue sans trop de mal : la gestion du bruit électronique est superbe jusqu'à 6 400 ISO et les images sont exploitables jusqu'à 12 800 ISO, ce qui est remarquable. La dynamique est excellente et l'optique 35 mm f/2 donne de très bons résultats au centre, même si la périphérie manque de mordant.
La possibilité de jouer avec le filtre passe-bas est, sur le papier, une bonne idée, mais dans les faits, il est rare de passer d'un mode à un autre. Au final, je pense que chacun verra midi à sa porte et choisira ou non de traiter sur ordinateur le moirage parfois visible. Dans tous les cas, le filtre passe-bas n'est pas capable d'éliminer totalement ce problème.

La nouveauté la plus marquante est sans doute l'intégration d'un viseur électronique pop-up. Si le viseur électronique faisait cruellement défaut sur la première série, nous nous demandons pourquoi Sony s'est évertué à proposer un modèle escamotable forcément plus fragile (avec des pièces mécaniques en mouvement). Un modèle fixe comme le propose Leica sur le Q aurait parfaitement fait l'affaire. L'intégration est toutefois réussie avec un viseur clair, spacieux et fluide.

Sony a donc bien corrigé les deux principaux reproches que nous avions faits aux premiers modèles de la série RX1 : l'autofocus et l'absence de viseur intégré. En bonus, Sony a intégré un écran LCD orientable et le meilleur capteur 24x36 du moment.

Pourtant, il est difficile de le cacher, nous n'avons pas le même coup de foudre que nous avons pu avoir en découvrant le RX1. En effet, nous attendions également des améliorations plus sensibles au niveau de l'ergonomie et à 3 500 € le boîtier, les errements que nous avons notés ont du mal à passer.

Nous aurions aimé une poignée un peu plus dessinée pour faciliter la préhension qui reste un peu délicate tant l'appareil est compact et l'objectif, imposant. Si le repose-pouce est une bonne idée, son utilisation est plus problématique, car il limite l'accès aux commandes et impose une gymnastique peu pratique. On a plus l'impression que Sony a cherché à mettre un pansement plutôt que de repenser son boîtier. Une poignée plus marquée aurait aussi pu permettre de proposer une batterie dimensionnée aux besoins énergétiques du nouveau capteur et du viseur électronique. La batterie "fond" beaucoup trop rapidement et même si la possibilité de la recharger par la prise micro-USB tout en continuant à utiliser le boîtier est séduisante, ce n'est qu'un pis-aller.

Nous aurions également aimé une fabrication à l'épreuve des intempéries (il n'y a pas de joints d'étanchéité au niveau des trappes...), une refonte des menus pour les rendre plus cohérents, un écran tactile et surtout une stabilisation (optique ou mécanique) pour faciliter l'utilisation du boîtier, notamment en vidéo. L'absence de 4K (Télé / Ciné) est également dommageable. C'est vraisemblablement un problème technique qui à l'origine de cette "omission", le capteur CMOS BSI chauffant sans doute trop en 4K.

Enfin, et pour créer une communauté autour du RX1, il aurait peut être été intéressant pour Sony de créer un programme de mise à jour afin de faciliter le passage des générations RX1/RX1R à la version Mark II.

Quoi qu'il en soit, le RX1R II reste un excellent compact expert et le seul 35 mm dans sa catégorie. Il reçoit un recommandé.

Points forts

Points faibles

Très bonne gestion du bruit électronique jusqu'à 6 400 ISO voire 12 800 ISO

Autonomie de la batterie trop courte : moins de 180 vues

Dynamique importante des fichiers bruts (.ARW)

Le filtre passe-bas à la demande ne permet pas d'éliminer complètement le moirage

Autofocus agréable à utiliser dans la plupart des situations

Bordure des images en retrait au niveau du piqué

Micro-contraste important en l'absence de filtre passe-bas

Écran LCD toujours pas tactile (!)

Excellent piqué au centre dès f/2

Pas de stabilisation optique

Viseur électronique de qualité et escamotable

Manque de dégagement oculaire pour les porteurs de lunettes. Plus de flash intégré.

Écran LCD enfin orientable

Pas de sortie casque.

Nombreuses touches personnalisables. 3 modes perso.

Pas de poignée pour faciliter la prise en main

Déclenchement silencieux (obturateur central dans l'optique)

Accès au logement carte par la semelle (pas pratique une fois installé sur un trépied)

Obturateur jusqu'à 1/4 000 s (1/2 000 s à f/2)

Les menus manquent de cohérence (photo et vidéo mélangées)

Synchro flash au 1/4 000 s

Pas d'enregistrement vidéo au format 4K (Ciné / Télé)

Possibilité de connecter des accessoires via le port Multi-interface (micro XLR...)

Le téléconvertisseur numérique ne fonctionne pas en mode JPEG + RAW

Possibilité d'utiliser le boîtier même pendant la recharge. Possibilité d'utiliser des batteries externes sur le terrain. Chargeur livré en standard.

Pas de finition à l'épreuve des intempéries. Écran LCD encore trop fragile (pas de Gorilla Glass...)

Connexion Wi-Fi / NFC. Installation d'applications possible.

Bague de diaphragme non débrayable comme sur le RX10. Pas de sortie au format USB 3.0

Boîtier compact pour un 24x36. Bonne qualité de fabrication.

Format RAW propriétaire (.ARW)

 

Pas de programme de mise à jour RX1/RX1R vers RX1R II



Face à la concurrence

Sony RX1R

Sony reste le seul constructeur à proposer un compact expert à capteur 24x36 et focale fixe 35 mm. Les RX1/RX1R sont donc les seuls "vrais" concurrents du RX1R MII.

Nous l'avons vu, le Mark II vient pallier les deux principaux défauts de la génération précédente, à savoir : l'absence de viseur intégré et un autofocus trop lent. Pour le viseur, vous avez la possibilité d'utiliser un viseur optique (600 €) ou un viseur électronique vendu en option à 450 €. L'addition grimpe alors rapidement pour se retrouver à 3 000 €. Reste alors une question : l'autofocus plus rapide, le capteur à 42 Mpx et l'écran orientable sont-ils vraiment indispensables ?

Leica Q review test

Marchand Stock Prix €
Fnac4200,00Voir l'offre  
Leica Q (Typ 116)

Déjà attaqué sur son pré carré — les compacts à objectifs interchangeables 24x36 —, Leica a superbement réagi à l'arrivée des RX1 avec le Q. Ce compact à focale fixe 28 mm f/1,7 est un parfait mariage entre la technologie (capteur 24x36 de 24 Mpx, écran LCD tactile, rafale à 10 i/s, viseur électronique à 3,7 Mpx...) et le savoir-faire photographique de la marque (optique manuelle et stabilisée ergonomie simple et efficace).

Le Leica Q séduit par sa qualité de fabrication et sa ligne épurée qui laisse place à la pratique photographique. Le capteur de 24 Mpx est bon sans être excellent et le compact profite d'un autofocus légèrement plus rapidement que celui du RX1R II. Le viseur intégré est également de bonne facture ; globalement, le Leica Q est très agréable à utiliser.

De son côté, le RX1R II joue la carte haute technologie avec le meilleur capteur 24x36 du moment avec une définition en 42,4 Mpx, un filtre passe-bas à la demande, des commandes et des menus personnalisables, la possibilité de télécharger des applications...

Pas simple de trancher, les deux boîtiers fournissant des images de qualité. Le reste est une histoire de goût, de prise en main et de manière d'appréhender la photographie.

Reste alors la question : 28 ou 35 mm ? Difficile de répondre pour vous et chacun défendra sa paroisse. Objectivement, un 28 offre des avantages pour le reportage et les photos en intérieur, mais il est moins universel que le 35 mm qui autorise (plus facilement) le portrait, par exemple.

Sony RX1R II : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation