Sony RX1R II : les meilleures offres


Gabarit

Cette troisième itération de la gamme RX1 ne vient pas complètement bouleverser la donne ; le RX1R II, comme ses prédécesseurs, reste l'un des boîtiers 24x36 les plus compacts. Il est plus petit que l'A7R II fraîchement testé ou que son concurrent direct, le Leica Q (Typ 116). Au niveau de la masse, le nouveau compact expert de Sony accuse 527 g sur la balance. Là encore, il est plus léger que la concurrence.

Sony RX1R 2 comparaison taille A7R 2
Sony RX1R Mark 2 comparaison taille Canon Leica Q (typ 116)
Capture d'écran issue du site Camerasize. (Crédits : Camerasize)

Ergonomie

Le photographe délesté d'un peu moins de 3 500 € peut se permettre d'être exigeant quant à la qualité de fabrication de son boîtier et sa prise en main, au-delà du simple aspect technique.

Sony RX1R 2 test review vue de face
Le RX1R II est toujours très compact pour un 24x36.

Comme toute la série RX, le RX1R II est bâti autour d'un châssis en magnésium. L'appareil semble solide et bien équilibré quant au poids. Peu d'évolutions extérieures à noter : il reprend peu ou prou la même ligne que les précédents modèles — une ligne assez sobre, notamment sur le devant où seul un petit grip en caoutchouc permet de bien maintenir l'appareil. Nous aurions apprécié une petite poignée pour faciliter la prise en main, d'autant que l'impressionnant objectif accapare une bonne partie de l'espace disponible.

Sony RX1R 2 test review vue de 3/4
Toujours pas de (petite) poignée pour assurer une meilleure préhension.

Au final, on sent parfois un peu à l'étroit et on a du mal à caler ses doigts. Certes, il existe un cale-pouce (TGA-1) à fixer sur la griffe porte-accessoire et qui facilite grandement la prise en main, mais il est tarifé à 250 € (!!) et vient bloquer l'accès à la molette de réglage arrière ! Pire, lorsque vous utilisez le viseur électronique et basculez le repose-pouce sur la gauche pour accéder au bouton lecture, l'affichage bascule automatiquement dans le viseur, le détecteur de présence étant recouvert...

Sony RX1R 2 test review cale-pouce position 1Sony RX1R 2 test review cale-pouce position 2
Le cale-pouce dans les deux positions (droite ou gauche).

Il faut alors basculer le repose-pouce de l'autre côté de l'appareil (le geste est simple et rapide) pour accéder à la touche lecture et à la molette. Nous sommes donc loin d'une panacée. Sony devrait peut être réfléchir à une poignée additionnelle qui permettrait également d'intégrer une seconde batterie, l'autonomie étant un autre problème du RX1R II. Certes, on s'éloignerait du concept initial qui est de proposer un boîtier compact et léger.

Je regrette également que Sony n'ait pas fait évoluer son appareil en apportant une finition à l'épreuve des intempéries. Une fois de plus et même si le raccourci est (trop) rapide, j'ai du mal à comprendre que Nikon soit capable de commercialiser un AW1 à objectif interchangeable étanche jusqu'à 15 m à moins de 700 €, et qu'un appareil à 3 500 € ne soit pas capable de résister à un verre d'eau ou à une grosse pluie.

Sony RX1R 2 test review vue de 3/4
La molette pour le choix de la mise au point dispose enfin d'un mode continu.

Sur l'avant, vous trouverez la molette de réglage pour les différents modes AF et désormais un mode C jusqu'alors absent de la série. Malgré un crantage bien présent, cette commande est particulièrement résistante et il est difficile de modifier le mode AF en conservant un œil dans le viseur.

Sony RX1R 2 test review vue de dessus
Pour passer en mode de vue rapprochée, il faut tourner la bague sur 0,2-0,35 m.

Sur le dessus de l'appareil, vous trouverez désormais le viseur électronique escamotable, en lieu et place du flash, ainsi la griffe porte-accessoire, qui dispose d'un connecteur électronique pour relier des accessoires "communicants" (comme un module pour micro XLR, ou encore un second écran LCD de visée ou retour vidéo). Sur l'épaule droite se trouve un barillet pour le choix du mode d'exposition avec les traditionnels PSAM, auto, scène, panoramique par balayage et vidéo. En outre, 3 modes personnalisables sont rapidement accessibles. La commande de mise sous tension se situe autour du déclencheur pour une mise en route facile et rapide. Notez que si vous êtes réfractaire au Wi-Fi, le déclencheur est pourvu d'un pas de vis pour les déclencheurs souples. Vous trouverez également une commande personnalisable C1 (49 options accessibles !) ainsi qu'un correcteur d'exposition sur ±3 IL.

Sony RX1R Mark 2 vue de dos
La griffe porte-flash permet de connecter différents accessoires communicants.

Le dos de l'appareil n'évolue pas non plus avec toujours une roue codeuse doublée d'un bouton central, une touche de mémorisation de l'exposition, une commande Fn pour accéder à un menu rapide et personnalisable. En bas, la touche Menu jouxte une autre commande paramétrable C2.

Visée

Viseur électronique escamotable

L'une des nouveautés les plus importantes est bien entendu l'intégration d'un viseur électronique escamotable. Une simple pression sur la targette située le long de l'écran permet l’éjection du viseur électronique. Contrairement à celui des RX100 Mark III et IV, ce modèle déploie automatiquement les verres de visée. Pas besoin, donc, d'une seconde opération à l'éjection et à l'enfoncement. Voilà qui est beaucoup plus fluide et agréable.

Test Sony RX1R 2 sans viseurTest Sony RX1R 2 avec viseur
Le viseur pop-up, une spécialité de Sony depuis le RX100 III.

La dalle, par contre, est identique à celle du RX100 IV : Oled de 2 359 000 points (XGA) qui affiche en 1 024 x 768 px dans un ratio 4/3 (bandes noires en haut et en bas avec affichage des infos). Le grossissement est de 0,74x, ce qui le rend large et confortable. Le dégagement oculaire, lui, n'est que de 19 mm, ce qui s'avère à peine suffisant pour certains porteurs de lunettes qui ne pourront pas embrasser toute la scène d'un seul coup d’œil. Un imposant œilleton livré en standard rend la visée plus confortable, notamment pour les porteurs de lunettes ; toutefois, il devient alors impossible de rétracter le viseur. Là encore, il faudra faire un choix.

Test Sony RX1R 2 viseur vue de dos
Bon point, le viseur se déploie complètement d'un seul geste.

Ce choix d'un viseur pop-up est d'ailleurs difficile à comprendre. Autant, sur le RX100, l'excroissance permet de dégager un peu le boîtier du visage, autant sur le RX1 cette mécanique n'a à notre sens que peu d'utilité. Elle rend le système forcément plus fragile (poussière, eau, chocs mécaniques...) et l'utilisation moins fluide : vous devez sortir le viseur avant de l'utiliser. Pourquoi ne pas l'avoir intégré comme sur le Leica Q ? Mystère.

Test Sony RX1R 2 oeilleton
L'imposant œilleton ne rend pas la visée plus confortable pour les porteurs de lunettes.

L'un des avantages d'une visée électronique est la possibilité d'afficher de nombreuses informations, comme des grilles d'aides à la composition, un histogramme d'exposition, un niveau électronique et les différents paramètres de prise de vue. Sony a presque tout prévu pour vous assister : vous pouvez également afficher un focus peaking, des zébras d'exposition et zoomer dans l'image.

Le risque est bien sûr d'avoir une visée saturée d'informations mais heureusement, l'affichage est modulable. Vous pouvez bien sûr opter pour un affichage dépouillé pour vous concentrer sur le cadrage et le sujet. C'est au choix. Dommage que les collimateurs AF ne soient pas symbolisés en permanence dans le viseur pour faciliter le choix de la zone de mise au point.
Au-dessus de l'écran LCD, un détecteur de présence permet d'éteindre automatique l'afficheur au dos de l'appareil. Il manque uniquement la possibilité d'éteindre complètement l'afficheur arrière pour n'utiliser que le viseur escamotable.

Vous pouvez en outre effectuer une grande partie des réglages sans quitter l’œil de votre viseur, qui
peut également simuler l'exposition. En mode M par exemple, vous savez immédiatement si votre photo est trop claire ou trop sombre.

L'affichage, très précis, est assez fluide dans la plupart des situations. En basse lumière, le grain monte, mais la visée reste assez fluide quoiqu'un peu "baveuse". Bon point, il n'y a pas de gel de l'image pendant la mise au point et la visée reste opérationnelle dans la plupart des cas. Le "noir" au moment du déclenchement n'est pas trop pénalisant. Seule l'adaptation de la luminosité lors de changements rapides d'ambiances lumineuses est un peu lente.

Écran LCD

Sony RX1R 2 écran orientable
Un écran certes orientable, mais toujours pas tactile.

Au dos du RX1R II, vous trouverez un écran LCD monté sur une double charnière qui permet une inclinaison de 45° vers le bas et plus de 90° vers le haut.

L'intégration d'un écran LCD à quadruplet de sous-pixels (BBRV : blanc, bleu, rouge et vert) est un vrai plus. L'écran offre une meilleure luminance et donc un meilleur contraste. Il fait donc toujours 7,5 cm de diagonale, mais affiche désormais 1 228 800 points. La définition reste identique, à 640 x 480 px (ratio 4/3), avec une partie basse réservée à l'affichage des informations de prise de vue.

Nous regrettons que Sony n'ait pas opté pour un écran sur charnière (pour une orientation plus large et une meilleure protection) et refuse toujours de proposer un écran tactile. Dommage. Notez que la surface de l'écran reste assez fragile ; il conviendra d'en prendre soin.

Optique

Sony reconduit le 35 mm f/2 des précédents modèles. Vous retrouverez donc la bague de diaphragme crantée par 1/3 d'IL, la bague souple et fluide de mise au point ainsi que la bague pour basculer en mode prise de vue rapprochée (0,2-0,35 m). Dommage qu'il n'existe pas un système pour débrayer la bague d'ouverture comme sur le RX10 II, pour notamment faciliter son utilisation en vidéo.

Sony RX1R 2 test review optique détail

Autonomie, Mémoire

Au niveau de la batterie, aucun changement. Voilà qui est bien dommage, car l'autonomie du boîtier est un véritable talon d'Achille. Dans le cadre d'une utilisation classique (visée écran et visée viseur), nous n'avons pas dépassé 180 vues par cycle de charge, ce qui est finalement assez peu. Avec le froid, il faut même s'attendre à une autonomie moindre. Et inutile de préciser qu'avec une connexion Wi-Fi activée, l'autonomie de la batterie fond comme neige au soleil...

Le RX1R II n'est pas livré avec une seconde batterie (contrairement à l'A7R II), mais il est désormais possible de recharger la batterie par la prise micro-USB pendant l'utilisation du boîtier. Ainsi, on pourra étendre l'autonomie de la batterie avec une batterie externe.

Sony RX1R 2 test review batterie
Batterie et carte mémoire sont accessibles par la semelle du boîtier.

Côté mémoire, le RX1R II dispose d'un seul emplacement compatible avec les formats SD et Memory Stick PRO Duo. Il accepte les cartes SD/SDHC et SDXC à la norme UHS-I. Notez au passage qu'une carte SDXC est indispensable pour filmer en XAVC-S. Dommage que les ingénieurs n'aient pas réussi à déplacer le logement mémoire sur le côté de l'appareil, ce qui est beaucoup moins pénalisant en utilisation sur trépied.

Connexions

Le Sony RX1R II dispose d'une connexion micro-USB pour transférer les données et recharger les batteries, ainsi qu'une sortie micro-HDMI (type D) non compressée. Vous trouverez également une entrée micro stéréo, mais toujours pas de sortie casque pour le contrôle de la qualité de la captation sonore.

Le boîtier offre de plus une griffe porte-accessoire Multi-Interface permettant de connecter des micros XLR et différents accessoires. Il propose également une connexion Wi-Fi / NFC que nous détaillons dans la dernière partie.

Sony RX1R M2 test review connecions
Tout est là ou presque : micro-USB, HDMI, entrée micro... mais pas de sortie casque.

Mise au point et réactivité

Autofocus

Comme avec l'A7R II, Sony monte sérieusement en puissance et propose un nouveau module autofocus par corrélation de phase intégré au capteur de 399 points.

La couverture du champ visée est d'environ 70 % verticalement et 70 % horizontalement, soit environ 50 % de la surface du capteur : c'est largement supérieur à la couverture AF d'un reflex 24x36 conventionnel. Voilà qui devrait faciliter le suivi autofocus. Le tout est également couplé à un autofocus par détection de contraste à 25 points, ainsi qu'à la reconnaissance des visages et des yeux.

Sony RX1RM2 test review couverture AF
Les 399 points AF en corrélation de phase (vert)

Malheureusement, et contrairement à l'A7R II, il n'est pas possible de recadrer la prise de vue au format APS-C et ainsi optimiser d'avantage la couverture AF qui approche, dans ce cas, de 100 %.

Mise au point manuelle

En mode manuel, la mise au point se montre facile à mettre en œuvre, le boîtier proposant une loupe de grossissement ou un focus peaking ou... les deux.

Réactivité

Le manque — certain — de réactivité est l'un des points d’achoppement des premiers RX1. Sony a bien travaillé sur le sujet et le RX1R version 2 est nettement plus rapide. Si le temps de mise sous tension reste toujours trop long (plus de 2 0secondes), l'autofocus lui, est beaucoup plus véloce. En pleine lumière, il faut moins de 0,3 s pour faire le point. En basse lumière, le module AF patine un peu et requiert environ 0,8 s.

La latence au déclenchement (après la mise au point) est de 0,04 s, ce qui est très bon.


Suivi de sujet

En mode rafale à priorité vitesse, le RX1R II frôle les 5 i/s. Avec le suivi AF, la cadence baisse à 2,7 i/s, et le suivi est correct, sans plus. Que l'on opère avec le mode AF continu et un seul collimateur, ou avec le mode détection et suivi de sujet, le taux d'images nettes est d'environ 60 %.


Bruit au déclenchement

Le RXR1 II profite d'un obturateur central dans l'optique, ce qui rend son utilisation très silencieuse. L'obturateur grimpe au 1/4 000 s, mais se trouve limité au 1/2 000 s à pleine ouverture f/2. Il permet une synchro flash à toutes les vitesses disponibles.

Sony RX1R M2 déclenchements
Cliquez sur la vignette pour écouter le déclenchement du Sony RX1R II.

Logiciels

En septembre 2014, Sony nouait un partenariat avec le fabricant danois Phase One pour livrer en standard Capture One Express avec la série A7 et RX1 : une heureuse initiative. Capture One est sans doute l'un des plus complets du marché et c'est une excellente nouvelle qu'il soit livré avec l'appareil.Capture One est sans doute l'un des plus complets du marché et c'est une excellente nouvelle qu'il soit livré avec l'appareil. Le logiciel, largement éprouvé, a trouvé sa place dans les studios pour travailler en mode connecté, notamment avec les dos numériques. Le passage en version "Pro" devrait être facturé 23 € ; elle vous ouvre les portes dudit travail en mode connecté (ce qui n'est pas possible en version de base "Express").

Sony RX1RM2 , test review, logiciel, Capture One Express, capture d'écran Le logiciel Capture One Express livré avec le RX1R II.

Connexion sans fil

Le Sony RX1R II dispose d'une puce Wi-Fi et NFC. La configuration de la connexion avec un smartphone compatible NFC est donc grandement facilitée. Toutefois, nous n'avons pas réussi à faire fonctionner la puce NFC en question avec notre smartphone (Panasonic CM1).

Pour les smartphones non compatibles, il faudra se connecter manuellement via un QR Code, ce qui est assez simple à mettre en œuvre.

Une fois connecté, il est facile de visionner les images présentes dans l'appareil et de les transférer sur votre smartphone ou votre tablette pour un partage sur Internet. Vous pouvez les transférer soit en pleine définition ("Original"), soit dans un format plus rapide à transmettre (2M, VGA). Vous l'avez noté, il n'est pas possible de transférer les fichiers bruts.

Sony RX1R 2 (RX1RM2) test review Wi-Fi
L'application Commande à distance, pour piloter à distance le boîtier.

L'application PlayMemories permet également de piloter à l'appareil à distance. Par défaut, elle est très (trop) basique et ses options sont limitées. De manière assez étonnante, Sony propose une version bien plus complète sur son service d'applications : PlayMemories Online. Vous devez créer un compte et télécharger l'application, qui est gratuite. Pourquoi ne pas installer directement cette version ? Mystère et boule de gomme (c'est sans doute une bonne manière d'opérer une création de compte sur PlayMemories...).

Cependant, atteindre le service en ligne PlayMemories Online via un réseau déjà existant est plutôt ardu. Sans interface tactile, saisir des identifiants et des mots de passe requiert une infinie patience et comme précédemment, on est à deux doigts de la crise de nerfs, selon son degré de paranoïa et l'efficacité de son mot de passe... Ensuite, l'interface reste assez lente.

Sony RX1R 2 (RX1RM2) test review Wi-Fi configuration
Sans écran tactile, la configuration Wi-Fi et au PlayMemories est fastidieuse...

L'application Commande à distance numérique permet quant à elle de configurer un minimum d'options, comme la sensibilité ISO, l'ouverture et la vitesse, la balance des blancs et le mode autofocus. En outre, vous pouvez sélectionner directement à l'écran la zone de mise au point. Étonnamment, cette application est gratuite et plus évoluée que la fonctionnalité installée par défaut. Pourquoi diable obliger l'utilisateur à se connecter au service Sony pour en bénéficier alors qu'il serait si simple de préinstaller cette version ?

Enfin, la plupart des applications disponibles sur la boutique PlayMemories Online sont généralement payantes et l'addition est plutôt salée. Ne comptez pas moins de 10 € pour une fonction "timelapse" par exemple, que l'on trouvera peut-être par défaut (du moins nous l'espérons) dans la prochaine évolution du boîtier. Des fonctionnalités que l'on retrouve déjà chez certains concurrents... gratuitement. Bref, difficile de stimuler le client avec une offre au final assez restreinte et très chère.

Sony RX1R II : les meilleures offres
Contact Vie privée, Cookies Conditions Générales d'Utilisation